Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 12 août 2017 par Philippe Degouy

Do you do Saint-Tropez?

Son port pour milliardaires, ses nuits folles, ses plages de sable fin, ses gendarmes... Saint-Tropez inspire l'imagination. Mais que trouve-t-on derrière ces images d’Epinal pour touristes?
Tropézien pur jus, l’écrivain et éditeur Michel Goujon publie chez Michel Lafon le portrait de L'autre Saint-Tropez, son bréviaire sentimental. Pour (re)découvrir l’authentique et historique cité.  Celle qui s'ouvre davantage après le raz-de-marée touristique estival.
«Saint-Tropez a accédé à une notoriété internationale, souvent tapageuse. Du fait de son décor d'opérette. Mais l’autre Saint-Tropez existe encore. Il existera toujours pour ceux qui se lèvent avant l’aube, explique l’auteur, amoureux fou de son lieu de naissance, à qui il a fait quelques infidélités parisiennes, avant de le retrouver. Les yeux dans le bleu du Midi. Avec l’odeur de la lavande, le chant des vagues sur la petite plage de son enfance.
ReduitSAINTOKAu gré de la lecture défilent lieux mythiques, personnages pittoresques ou musées d’exception. Le Byblos, l’Annonciade, le vieux port, la place Blanqui et l’ancienne gendarmerie transformée en musée du cinéma, la brasserie Sénéquier où chacun aime voir et être vu. Un ouvrage qui rend hommage aux disparus, comme la boutique Vachon, Le Gorille, et à celles qui ont participé à la notoriété des lieux, Françoise Sagan, Colette et Brigitte Bardot.
De A comme aïoli à Z comme porte de Zanzibar, il ne manque rien dans les pages de ce livre émouvant, tendre et coloré comme un livre de Pagnol. Ah si, il manque quelque chose : pas de n comme dans nudistes. Cauchemar vivant de l’adjudant Gerber qui perdait la fesse, la face dans sa lutte pour les coffrer dans la saga du Gendarme de Saint-Tropez.

SAINTROPEZBREVIAIRECe bréviaire, savoureux comme une bonne portion de tarte tropézienne, offre un menu séduisant, composé de quelque 180 entrées. Dans lesquelles chacun peut picorer selon son appétit.

REDUITOKIUne visite guidée dans les coulisses d’un décor de cinéma qui distille les bons conseils pour profiter au mieux des richesses de l’endroit. On suit avec plaisir Michel Goujon, fin connaisseur de son alma mater. «Le soir à Saint-Tropez, si la saison s’y prête, il faut passer au bar très british de l’hôtel Sube (autrefois fréquenté par Guy de Maupassant). De ce point de vue idéal, on a tout le loisir d’observer les bateaux et d’admirer les façades des vieilles maisons du port. (…) Les soirs d’été, on ‘farniente’ plage des Salins, jusqu’à pas d’heure, jusqu’à la nuit
REDUITok4L’auteur, pas avare en bon conseils, invite également à la redécouverte de vieux quartiers, comme celui de la Ponche, pour y retrouver les sons de Saint-Germain-des-Prés, avec les fantômes de Mouloudji ou de Boris Vian.
Si le cœur de la ville mérite le détour, il ne faut pas avoir peur de s’aventurer hors-les-murs, pour découvrir des lieux à couper le souffle : Gassin, Grimaud ou Ramatuelle, charmant village où repose le comédien Gérard Philipe. «L’éternel estivant qui passe sa mort en vacances», pour reprendre les propos de Georges Brassens, qui préférait quant à lui Sète. Soit.

Le bréviaire sentimental (et nostalgique) se referme sur un air d’opéra : Casta Diva, le préféré de «la» légende de Saint-Tropez, Brigitte Bardot. La meilleure ambassadrice des lieux, omniprésente dans les vitrines de la cité historique. 
Oui, Françoise Sagan avait bien raison quand elle déclarait que «Saint-Tropez est beau, étonnamment beau. Il a une beauté indestructible.» Quant à citer Françoise Sagan, pourquoi ne pas l'imiter et rouler toute la nuit pour prendre le petit-déjeuner sur le vieux port. Chiche?

Philippe Degouy

L’autre Saint-Tropez. Bréviaire sentimental. Par Michel Goujon. Éditions Michel Lafon.
Photos thématiques de Philippe Degouy

Réactions