Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 14 novembre 2014 par Philippe Degouy

La prise de fonction, une étape à ne pas négliger

Mondialisation, fusions, Pdg débarqué ou décédé… Les exemples sont nombreux pour illustrer les changements de CEO qui s'opèrent régulièrement dans les entreprises. Pour le nouveau CEO, la tâche est loin d’être évidente s’il n’est pas issu de l’entreprise. Car la prise de fonction doit se dérouler rapidement pour être efficace.
Directeur associé chez EIM, une firme spécialisée dans le conseil en solutions managériales, Frédéric Marquette propose avec «Cent jours pour réussir» (publié aux éditions à contre-courant), un véritable manuel de guerre pour reprendre en main une firme et acquérir la confiance de son personnel.
Cent jours. C’est à la fois beaucoup et bien peu. Une période critique qui constitue une moyenne, pour réussir la réussite d’une prise de fonction. Comme l’explique l’auteur dans son introduction, «le temps compte et il faudra l’utiliser judicieusement, à quelle tâche faudra-t-il consacrer plus de temps, dans quel domaine devra-t-on agir rapidement?» Deux questions auxquelles le manuel répond avec de nombreux arguments.

Cent_Jours_pour_r_ussir_c1_largeDans sa préface, Jean-Pierre Clamadieu, président de Solvay, évoque quant à lui son expérience personnelle avec le cas de Rhodia. Il précise notamment les deux principes jugés essentiels pour la réussite de la  création d'une nouvelle direction : «la franchise dans les mots pour traduire la gravité de la situation quand c'est nécessaire et la détermination dans les actes pour faire accepter les changements utiles.» Frédéric Marquette ne dit pas autre chose quand il insiste sur l’importance de la communication entre le nouveau dirigeant et le personnel, souvent aussi perplexe que lui face aux changements à opérer. Il lui faut donc écouter ses troupes, «jusqu’à la dernière goutte» et descendre dans l’arène. Pour diversifier les sources et se choisir une équipe. Une étape importante pour séparer le bon grain de l’ivraie, les réfractaires au changement. Comme le disait Lao Tzu, «pour commander les hommes, marche avec eux

Ce n’est qu’après ces mesures, souvent difficiles à prendre, que le nouveau CEO pourra poursuivre sa poursuite en avant, pour profiter de cet état de grâce temporaire et engager l’entreprise sur la voie de réformes stratégiques.

Bien rédigé, dynamique et agréable, l’ouvrage délaisse le langage technique, trop abscons, pour cibler davantage le pragmatisme. Tic-tac, tic-tac. Pour le dirigeant, le temps c’est de l’argent. L’auteur va donc droit au but avec un discours directement opérationnel, renforcé par de nombreux conseils pratiques et les témoignages de plus de quarante CEO’s.  Plus que précieux.

Le guide refermé, il reste en tête ces propos attribués à Héraclite : «Dans l’univers, il y a une chose qui ne change pas, c’est la permanence du changement». Une pensée qui peut, et qui doit, être rattachée au sujet de ce manuel. La juste conclusion.

Philippe Degouy

«Cent jours pour réussir. Paroles de dirigeants», par Frédéric Marquette. Préface de Jean-Pierre Clamadieu. Éditions À Contre-Courant. 204 pages, 20 euros

Couverture : éditions À contre-courant

Réactions