Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 30 octobre 2013 par Philippe Degouy

Stephen Hawking, ou la brève histoire d’une vie réussie

Se battre pour vivre, ou plutôt survivre. Se battre pour être le meilleur dans sa branche. Pour oublier ce foutu fauteuil roulant et ce corps tordu au cerveau génial. Un défi de tous les instants vécu par le scientifique le plus populaire au monde : Stephen Hawking (« le plus reconnaissable des écrivains, à défaut d’être le plus reconnu »). Sa biographie vient d’être traduite aux éditions Flammarion sous le titre  «La brève histoire de ma vie.» Un ouvrage, illustré de nombreuses photos de famille, qui se révèle passionnant, même pour un non-initié. Il aborde en effet toute l’étendue de son œuvre scientifique, indissociable d’une vie extraordinaire. Une entreprise intellectuelle qui n’a, heureusement, pas encore atteint ses limites. Ni sur le plan personnel  ni professionnel.  L’homme a de la ressource et des projets pour des lustres encore. Il a déjà réservé sa place à bord du futur Virgin Galactic pour un voyage dans l’espace. Sa dernière limite à franchir. Son vaste «home sweet home» à qui il a tout consacré.

 STEPHEN HAWKINGUne passion pour l’espace qui aurait pu être le résultat du hasard mais qui est peut-être à rechercher au moment de sa naissance : un huit janvier 1942. Soit trois siècles jour pour jour après la mort de Galilée. Être soutenu par un père scientifique  a sans doute aidé également le jeune Stephen à viser haut. Dans toute sa biographie cependant, nulle trace de vantardise n’est décelable. Lui, que ses condisciples avaient baptisé Einstein, préfère l’autodérision. «J’ai toujours été un élève moyen. (…) Quand j’avais douze ans, un de mes amis paria avec un autre un sac de bonbons que je ne donnerais jamais rien de bon. Je ne sais pas si l’un ou l’autre gagna un jour les bonbons, ni lequel des deux avait raison. »

Il est assez amusant d’imaginer un savant de son envergure en fonctionnaire. Et pourtant, c’était sa solution de repli en cas d’échec dans le secteur de la recherche. On est passé à côté d’un beau gâchis intellectuel non ?

Avec sa volonté de tout démonter pour comprendre, l’auteur prend la main de ses lecteurs pour les introduire dans ses champs de recherche. Et  là, malgré sa bonne volonté, on coince un peu devant ce vocabulaire scientifique et ces thèses pour le moins complexes.

Avouons cependant que celle relative au voyage dans le temps se révèle plus ou moins accessible à tous, et nettement plus abordable que ses démonstrations sur les ondes gravitationnelles ou les trous noirs. Quant à savoir si on parviendra un jour à voyager dans le temps, sa réponse est limpide : un non catégorique. «Si c’était possible, nous serions déjà envahis de touristes venus de l’avenir

 Que retenir de cette biographie ? Une joie de vivre, réelle, une volonté de rompre avec un destin tragique qui s’affiche  sur cette photo de couverture avec un jeune homme fier et presque insolent, qui vit ses derniers moments de valide. Torse bombé face à la Camarde qui le menace. Un être frêle qui n’a toujours pas déposé les armes, plus de 50 ans après le déclenchement de sa maladie de Charcot. Mort, où sera ta victoire !

« Au fond, j’aurai eu une belle vie. Mon handicap n’a jamais été un obstacle sérieux pour mon travail

Un ouvrage en forme de formidable message d’espoir pour tous les malades, important également pour sa notion relativité. Celle de nos petits tracas quotidiens et auxquels nous donnons trop d’importance. Lui-même, pourtant salement amoché par la vie, a gardé en mémoire le besoin de relativiser ses gros soucis de santé. Il a ainsi conservé le souvenir d’un voisin de chambre à l’hôpital, un jeune garçon atteint de leucémie en phase terminale. «Chaque fois que j’ai tendance à m’apitoyer sur mon sort, je me souviens de ce garçon
En bon Britannique, le professeur Hawking ne ne se rendra jamais, ne capitulera jamais et restera digne jusqu’au bout, avec son humour qui est le sien.

 «Je suis heureux si j’ai pu contribuer à notre compréhension de l’univers.» (Stephen Hawking)

 Philippe Degouy

 «La brève histoire de ma vie », par Stephen Hawking. Éditions Flammarion, 16,90 euros

 Couverture : éditions Flammarion

Réactions