Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

septembre 2016

Posté le 23 septembre 2016 par Vincent Papaleo

Un « Pinterest-Like » plutôt réussi

WakeletLa curation a bien évolué ces dernières années, principalement grâce au succès de Pinterest et aux services qui tentent constamment de lui ravir sa place de leader. Preuve en est Wakelet, un curateur puissant et facile d’utilisation.

Sur Wakelet, vous n’allez pas créer des dossiers thématiques mais bien des « Wakes », ce qui, entre nous, revient exactement à la même chose ! Ces Wakes vont en effet accueillir vos collections par sujet sous pratiquement n’importe quel format : images, vidéos, notes ou encore publications faites sur l’un ou l’autre réseau social. Vous pourrez enrichir vos collections grâce à un petit dropplet à installer dans votre navigateur. Ce dropplet vous sera très utile pour agréger les médias rencontrés au fil de vos surfs et lectures et ce, d’un simple petit clic. Notez pour terminer que les collections sont entièrement modifiables au niveau de leur présentation, tant au niveau de l’ordre d’affichage que des images de fond et de couverture.

Wakelet est également un réseau social puisque vous pouvez partager vos collections facilement dans un mode public et suivre l’un ou l’autre membre qui vous semble avoir les mêmes goûts et intérêts que vous. Jolies trouvailles assurées !

 

Posté le 23 septembre 2016 par Vincent Papaleo

Le Libre pour la gestion de projet

FrameoFramasoft a une nouvelle fois frappé fort dans l’univers du Libre avec Framemo, un service collaboratif pour organiser et suivre vos projets.

Les chefs de projets connaissent déjà certainement la méthode Kanban qui consiste à placer des petites fiches dans les colonnes d’un tableau blanc. Le principe reste le même avec Framemo puisque, dès le nom du tableau choisi, vous vous retrouverez en face de celui-ci. Vous pourrez bien entendu ajouter des colonnes à votre tableau, changer leurs intitulés et créer autant de petites fiches à épingler que souhaité. Le nom du tableau que vous choisissez lors de sa création est utilisé pour former l’url unique à partager avec les collaborateurs au projet. En suivant le lien, ils pourront également éditer les fiches, en ajouter ou encore les déplacer d’une colonne à l’autre.

Framemo démontre une nouvelle fois que le Libre produit encore et toujours des services de qualité sur Internet sans pour autant entrer dans une logique uniquement commerciale.

Posté le 23 septembre 2016 par Vincent Papaleo

Google et la suprématie quantique

OrdiQantiqueDans le domaine des ordinateurs quantiques, on a dit un peu tout et n’importe quoi, aveuglé par ce Saint Graal scientifique qui permettrait des calculs inimaginables et un dépassement puissance X des capacités de nos supercalculateurs actuels. Pourtant, il n’en est rien. Pour une simple et bonne raison : les physiciens n’ont pas la preuve pratique qu’un calculateur quantique peut effectivement faire mieux qu’un supercalculateur classique doté d’algorithmes complexes. Tout du moins, jusqu’à présent…

Une équipe de chercheurs travaillant pour Google avec, à sa tête, John Martinis, travaille sur une preuve pratique et non plus théorique de la suprématie quantique. Le défi est de taille puisqu’il s’agit de démontrer avec tout au plus 50 qubits que l’on peut battre un supercalculateur comme, par exemple, Edison. L’équipe de John Martinis a peut-être trouvé un moyen : simuler un circuit quantique aléatoire, ce qui signifie calculer l’état quantique en sortie d’un circuit comportant divers choix aléatoire, chaque choix ou variations entraînant un comportement différent du circuit ou du système dans sa totalité. En pratique, ce type de calcul permet de prédire par exemple le comportement d’un fluide et de ses turbulences. Ce type de calcul est pour l’instant hors de portée des supercalculateurs classiques mais peut-être pas des calculateurs quantiques puisque, selon New Scientist, Martinis et ses collègues ont d’ores et déjà obtenu des résultats encourageants avec des circuits supraconducteurs ne portant que 9 qubits. D’ici 2017, si tout se passe bien, les chercheurs de Google devraient atteindre les 50 qubits et donc une puissance de calcul supérieurs à celle du supercalculateur Edison.

L’ordinateur quantique n’est pas pour demain, nous n’en verrons probablement le bout du nez que d’ici une grosse trentaine d’années. Néanmoins, le calculateur quantique, lui, est bel et bien sur les rails et va certainement d’ici peu révolutionner le monde scientifique en lui fournissant un outil de calcul puissant. Pour information, la différence entre un ordinateur quantique et un calculateur quantique est que le premier est théoriquement capable de digérer tous les algorithmes et d’être programmé pour toutes les tâches tandis que le second ne peut effectuer qu’un seul algorithme ou, tout au plus une seule classe d’algorithmes.

Posté le 23 septembre 2016 par Vincent Papaleo

Des bateaux autonomes à Amsterdam

AmsterdamÀ l’évocation d’Amsterdam, la première image qui vous vient certainement à l’esprit est une nuée de vélos qui inondent les rues et les ponts de cette grande ville du nord. Mais Amsterdam, c’est aussi un port et surtout de nombreux canaux découpant méthodiquement la ville. Un endroit parfait pour accueillir les premiers tests de bateaux autonomes !

Dès 2017, l’AMS (Amsterdam Institute for Advanced Metropolitan Solutions) en partenariat avec le célèbre Massachussetts Institute of Technology, va lancer le projet “Roboat”, un programme de recherche sur les bateaux autonomes. Les premiers prototypes devraient voir le jour dès l’année prochaine avec pour objectif le transport de personnes et de marchandises. Ces bateaux-robots pourraient également être employés comme éboueurs de canaux afin de récupérer les plus de 12 000 vélos qui finissent chaque année dans les eaux de la Venise du Nord batave. Le MIT, quant à lui, voit également dans ce projet Roboat, l’opportunité de développer des infrastructures flottantes automatisées comme des plateformes ou encore des ponts éphémères.

Le projet Roboat va profiter d’une belle enveloppe de 25 millions d’euros et devrait s’étendre sur une période de 5 ans. En 2021, vous vous baladerai peut-être sur les canaux d’Amsterdam dans un bateau-mouche ou un bateau-taxi sans qu’il y ait qui que ce soit à la barre...

Posté le 23 septembre 2016 par Vincent Papaleo

Un smartphone, deux systèmes d’exploitation ?

NougatGoogle a intégré une nouvelle fonctionnalité dans son système d’exploitation Android Nougat : la mise à jour silencieuse. Selon un développeur, le fonctionnement de cette mise à jour silencieuse pourrait être détourné pour installer un deuxième système d’exploitation sur son smartphone.

Android Nougat est pour l’instant en cours de déploiement sur les smartphones Android compatibles à travers le monde. Avec ce nouveau système d'exploitation, Google intègre le « Seamless update », c’est-à-dire la mise à jour silencieuse du système en arrière-plan, sans que l’utilisateur ne soit ennuyer d’une quelconque façon lors d’une mise à jour du système Android. Selon Dees Troy, un développeur Android, le fonctionnement même du Seamless Update repose sur un dédoublement de la partition système, un dédoublement qui devrait s’étendre à d’autres partitions dans les futurs terminaux Pixel. Ce point a son importance puisqu’il ouvre la voie au « dual boot » ou, autrement dit, à la possibilité de lancer un autre système d’exploitation sur le même smartphone. Les geeks et autres bidouilleurs en tout genre s’en frottent déjà les mains !

Est-ce qu’il sera possible de lancer soit Android soit Cyanogen ou encore Ubuntu Touch dans un proche avenir sur son smartphone ? Certainement pas si cela ne tient qu’à Google. Cependant, on risque bien de retrouver sous peu sur le Net des procédures détaillées pour y parvenir. Á vos risques et périls, bien entendu…

Posté le 23 septembre 2016 par Vincent Papaleo

La modèle S de Tesla hackée et contrôlée à distance

TeslaLa Tesla Modèle S, ce véritable petit bijou technologique ambulant, vient de prendre un sérieux coup dans la portière ! La faute à un groupe d’ingénieurs chinois ayant profité de plusieurs failles du logiciel embarqué pour prendre le contrôle à distance de la Tesla.

S’attaquer au système informatique de la désormais célèbre modèle S de Tesla, fut loin d’être une sinécure pour les chercheurs du Keen Security Lab de Tencent, tant la marque d’Elon Musk prend soin de la cybersécurité de ses véhicules. Au final, pourtant, les chercheurs ont pris possession à distance du CAN Bus (Controller Area Network), c’est-à-dire du réseau local de plusieurs modèles S. L’attaque profite de la présence de plusieurs failles pour actionner les feux de direction, contrôler le toit ouvrant, l’affichage central, le tableau de bord, le coffre, les essuie-glaces ou encore le verrouillage du véhicule. Pire : via ce contrôle à distance, les scientifiques ont pu actionner le système de freinage de la Tesla alors même qu’elle se trouvait à 20 kilomètre d’eux!

Les informations récoltées par les chercheurs chinois ont directement été remises à Tesla via un programme de primes aux bugs que l’entreprise a mis sur pied pour traquer les éventuelles failles dans ses logiciels. Le correctif a d’ores et déjà été mis en place sur les véhicules concernés via une mise à jour des firmwares et ce, avant même que la vulnérabilité ne soit rendue publique.

Posté le 20 septembre 2016 par L'Echo

HP et Ockel surprennent avec leurs mini PC

Hp1

Nous ne parlerons pas encore de nouvelle tendance, mais le nombre de PC miniatures présentés au salon IFA avait de quoi surprendre cette année. Deux modèles sortent du lot : le modulaire Elite Slice de HP et le Sirius A de la start-up néerlandaise Ockel, un minuscule ordinateur Windows doté un écran tactile Full HD. T-zine a pu prendre en main ces deux appareils.

Proposé en version noir mat, le HP Elite Slice n’est pas sans rappeler le Revo Build, le PC « empilable » présenté par Acer lors de l’IFA 2015. S’il n’a finalement jamais été commercialisé chez nous, la version de HP arrivera bel et bien ce mois-ci dans les boutiques belges. Le prix reste néanmoins encore inconnu à l’heure actuelle.

Rechargez votre smartphone sans fil

Hp2

Comme pour le Revo Build, avec le HP Elite Slice, vous choisissez vous-même les composants de votre ordinateur. Vous commencez naturellement par le module de base comprenant tout le matériel nécessaire, comme le processeur, la mémoire de stockage et la mémoire RAM. Ce composant ne mesure que 165 x 165 x 35 mm et pèse moins d’un kilo. Ensuite, vous avez l’embarras du choix. Un module audio avec technologie de son à 360° signé Bang & Olufsen, un lecteur d’empreinte digitale pour une protection et une authentification renforcées et un module ODD (Optical Disk Drive) pour lire et graver des CD et DVD. Pour chapeauter le tout, vous avez le choix entre un Wireless Charging Cover (pour recharger votre smartphone sans fil) et un Collaboration Cover, un module spécialement conçu pour les environnements de bureau et qui transforme l’Elite Slice en téléphone Microsoft Skype for Business.

Ce mini-ordinateur est proposé avec différents processeurs, dont un Intel Core i7 de sixième génération. Soulignons enfin que l’Elite Slice est le premier ordinateur de bureau pouvant être alimenté par un écran, via un câble USB Type-C. Mais cela nécessite bien sûr un écran compatible avec cette technologie, comme par exemple le Quad HD EliteDisplay S240uj de HP, pour ne citer que lui.

Un PC dans votre poche

Ockel1

L’Ockel Sirius A, développé avec le soutien de Microsoft et de la plateforme de financement participatif Indiegogo, est un authentique bijou de miniaturisation. L’ordinateur de poche, à peine plus grand qu’un smartphone, propose néanmoins les possibilités et la connectivité d’un véritable PC Windows 10 – y compris un écran tactile Full HD de 6 pouces.

Le cœur du Sirius A se compose d’un processeur Intel Atom, 4 Go de RAM et 64 Go de stockage, extensible par carte microSD. Mais ce qui impressionne surtout, c’est le nombre de ports disponibles. Jugez vous-même : 2 x USB 3.0, USB C, HDMI, DisplayPort, LAN pour réseaux filaires et même une prise jack audio de 3,5 mm pour votre casque. Un équipement plus que complet pour un si petit ordinateur ! Il est naturellement parfois plus pratique de connecter le Sirius A à un plus grand écran. Dans ce cas, vous pouvez utiliser l’écran tactile comme clavier et touchpad. Ou même brancher un véritable clavier, cela va de soi.

Ockel2

Après avoir brièvement pu prendre en main un exemplaire fonctionnel du Sirius A lors de l’IFA 2016, il nous tarde de découvrir sa version finale grand public. Le prix de l’appareil, qui doit d’ailleurs son nom à l’astronaute néerlandais décédé en 2014 Wubbo Ockels, reste pour le moment un mystère.

Michel van der Ven

Posté le 20 septembre 2016 par L'Echo

WhatsApp? N'oubliez pas ceci avant le 27

Wafb

Le populaire service de messagerie WhatsApp a récemment actualisé sa politique de protection de la vie privée. Conséquence : tous les utilisateurs recevront bientôt des publicités plus personnalisées et leur numéro de GSM sera associé à leur profil Facebook. Dans cet article, nous vous expliquons comment empêcher cela. Mais ne tardez pas : à partir du 27 septembre, vous ne pourrez plus faire marche arrière.

Lors du rachat de WhatsApp par Facebook en 2014, Mark Zuckerberg promettait encore aux utilisateurs que les deux services n'échangeraient jamais d’informations entre eux. Fin août toutefois, WhatsApp a changé son fusil d’épaule en actualisant pour la première fois depuis quatre ans ses conditions de protection de la vie privée. Principale nouveauté : les données de votre compte WhatsApp, comme votre nom et votre numéro de téléphone, seront bientôt communiquées à Facebook pour permettre au réseau social d'« améliorer votre expérience à l'aide de publicités et produits ciblés ».

Publicité indésirable ?

Il n'y a a priori pas de quoi paniquer. Car quoi qu'il arrive, les conversations ou numéros de téléphone des utilisateurs ne seront en aucun cas publiés sur Facebook et vous ne devez pas non plus craindre – contrairement à ce qu'affirment certains médias – d'être assailli via WhatsApp par des messages publicitaires indésirables. Par contre, le service de messagerie entend bien se pencher au cours des prochains mois sur différentes manières d'améliorer la communication entre les entreprises et les consommateurs. On peut par exemple penser à des messages pour suivre la livraison de colis, à des mises à jour sur l'heure de départ de votre avion, etc. mais nous sommes encore bien loin des publicités indésirables.

L'acceptation des nouvelles conditions d'utilisation n'aura dans un premier temps que peu de conséquences sur Facebook. Vous y recevrez progressivement des publicités plus ciblées ainsi que de meilleures suggestions d'amis. Il s'agira naturellement avant tout de vos contacts WhatsApp avec lesquels vous n'êtes pas encore amis sur Facebook. Si vous souhaitez toutefois éviter un tel croisement entre les deux services, nous vous invitons à suivre les étapes suivantes avant le 27 septembre :

  • Ouvrez WhatsApp sur votre smartphone et rendez-vous dans les Paramètres.
  • Accédez à Mon Compte, et décochez l'option Partagez les informations de mon compte.
  • Choisissez ensuite sur la fenêtre de dialogue qui apparaît Ne pas partager pour confirmer votre choix. Comme nous l'avons dit précédemment, vous ne pourrez plus revenir en arrière, si ce n'est lorsque la politique de confidentialité de WhatsApp sera à nouveau mise à jour. Après avoir fait votre choix, l'option disparaîtra d’ailleurs automatiquement des paramètres WhatsApp.

Michel van der Ven

Posté le 19 septembre 2016 par L'Echo

LG glisse une tablette à écran transparent dans un frigo

Lginstaview

En matière d’innovations, les deux géants sud-coréens de l’électronique – LG et Samsung – ne se lâchent pas d’une semelle. Huit mois après Samsung, c’est donc au tour de LG de lancer un frigo intelligent avec caméra intégrée et – dans la porte – une tablette XL. À la différence près que l’écran du LG est encore plus cool, sans mauvais jeu de mots.

Mais commençons par le réfrigérateur Family Hub de Samsung : l’énorme version américaine side-by-side, dévoilée en janvier au salon CES de Las Vegas, sera bientôt également disponible chez nous. Samsung a par ailleurs profité de l’IFA pour présenter dans la foulée un modèle plus petit (lisez : à porte unique), davantage taillé pour les cuisines européennes. Affiché à 3500 €, ce frigo est d’ailleurs nettement « moins cher » que son grand frère qui vous coûtera la bagatelle de 6000 €.

Les deux modèles sont équipés d’un écran tactile Full HD allongé de 21,5 pouces. Grâce aux caméras installées dans le frigo, vous pouvez consulter son contenu sur l’écran (sans devoir ouvrir la porte), mais ce dernier sert également de tableau d’affichage numérique, de cadre photo, d’agenda partagé ou de centre multimédia. Vous pouvez même regarder votre série préférée dans la cuisine en couplant votre Family Hub à votre Samsung Smart TV via Screen Mirroring. Autre particularité : grâce à l’app pour smartphone dédiée, vous pouvez aussi jeter un œil au contenu de votre frigo à distance. Pratique si vous êtes au supermarché et que vous ne savez plus très bien où en sont vos stocks.

Écran OLED transparent

Lginstaview2

Le nouveau réfrigérateur LG Door-in-Door et sa technologie InstaView propose grosso modo la même fonctionnalité, si ce n’est qu’il possède un écran tactile encore plus grand (29 pouces) et Windows 10 en guise de système d’exploitation (le frigo Samsung utilise Tizen). L’écran vous présente toutes sortes d’informations pratiques, comme la météo ou un minuteur de cuisson, mais vous pouvez aussi laisser des messages aux membres de votre famille sur l’écran ou « coller » des autocollants virtuels sur les aliments, comme par exemple la date de péremption. Et comme il s’agit en réalité d’un ordinateur Windows 10 à part entière, vous pouvez également y installer toutes les applications de votre choix : YouTube pour regarder votre émission culinaire préférée, ou encore des applications musicales comme Spotify, avec en plus la possibilité de diffuser votre musique sans fil sur un ensemble d’enceintes LG.

La principale différence avec le Family Hub de Samsung réside toutefois dans la technologie InstaView : lorsque vous tapotez deux fois sur l’écran, l’interface disparaît et l’écran OLED devient totalement transparent. Vous pouvez alors voir le contenu de votre réfrigérateur et laisser ainsi la porte moins longtemps ouverte pour réfléchir à ce que vous allez prendre (c’est du moins l’argument avancé). Selon LG, cela permettrait de réduire de 41 % l’air froid perdu, et donc d’économiser l’énergie et de mieux préserver les aliments. Comme évoqué en préambule, nous trouvons la méthode InstaView bien plus cool que la solution de Samsung, qui utilise trois caméras (une par étage) pour afficher le contenu sur l’écran, mais cela n’en reste pas moins des gadgets. Lorsque vous avez faim, vous ne réfléchissez généralement pas avant de plonger dans le frigo, non ?

Le réfrigérateur intelligent de LG avec InstaView n’est pour l’instant disponible qu’en version side-by-side (américaine). Son fabricant n’en a pas encore annoncé le prix.

Michel van der Ven

Posté le 19 septembre 2016 par L'Echo

Le "placard" de Panasonic lave, repasse et plie vos vêtements

LaundryFoldingBot

S’il ne fallait retenir qu’un seul gadget du dernier salon IFA, ce serait sans aucun doute le Laundry Folding Bot de Panasonic : un placard encastré qui lave, sèche, trie, plie et range vos vêtements ! Ne criez toutefois pas victoire trop vite : la huitième merveille du monde est encore au stade de développement et ne devrait voir le jour qu’en 2020, au plus tôt.

De brillants cerveaux ont calculé que les femmes (car force est de constater que ce sont elles qui s’y collent le plus souvent) passent en moyenne 370 jours de leur vie à faire la lessive et à repasser. Avec le Laundry Folding Bot, vous récupéreriez donc l’équivalent d’une année complète, à consacrer aux choses qui vous plaisent vraiment. La seule chose qu’il vous reste à faire, c’est de jeter votre linge sale dans le dernier tiroir de votre placard. Le reste du processus se déroule, littéralement, à huis-clos.

Bras robotisés

Avant toute chose, le linge est trié à l’aide de smart labels (étiquettes intelligentes) selon la couleur et le type de textile. Ensuite, le linge traverse tout votre placard et est successivement lavé, séché, repassé et plié. À la fin du parcours, le Laundry Folding Bot range soigneusement vos chemises, pantalons et t-shirts à leur place habituelle dans le placard.

La machine capable de plier toute seule les vêtements existe depuis longtemps. Le défi majeur que doit maintenant relever le Laundry Folding Bot consiste à transporter les habits d’un module à l’autre. Des bras robotisés sont ainsi en cours d’expérimentation. L’ensemble du processus ne brille d’ailleurs pas par sa rapidité. Comptez environ sept heures pour un panier complet. Mieux vaut donc glisser le linge avant d’aller vous coucher, pour que le Laundry Folding Bot puisse faire son travail pendant la nuit.

Le prix de ce placard intégré ultra-moderne n’est pas encore connu, mais dire définitivement adieu aux lessives et au repassage n’a pas de prix.

Michel van der Ven

Suivez T-zine aussi sur Twitter Facebook RSS