Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

juillet 2016

Posté le 15 juillet 2016 par L'Echo

WhatsApp débarque sur PC et Mac

Parmi les nouveautés de la mise à jour anniversaire de Windows 10 qui sortira le mois prochain, l’une des plus notables est sans doute la possibilité d’envoyer et de recevoir des SMS via le bureau. De leur côté, les adeptes de WhatsApp peuvent d’ores et déjà échanger des messages de cette manière grâce au nouveau programme WhatsApp pour PC et Mac.

Il y a de cela quelques semaines, nous vous expliquions comment «whatsapper» via le navigateur. Si vous êtes à l’ordinateur, cette possibilité se révèle extrêmement pratique : vous pouvez en effet laisser votre smartphone de côté et taper vos messages sur un clavier grandeur nature. Le gain de temps est plus qu’appréciable. En outre, envoyer une photo ou un document va aussi bien plus vite avec l’ordinateur, car il suffit de faire glisser les fichiers vers la fenêtre de chat.

Fonctions supplémentaires

Comprenant plusieurs nouvelles fonctions (également présentes dans l’app mobile), le nouveau programme WhatsApp pour PC et Mac vous permet de ne plus devoir passer par le site Web du service de conversation. Vous pouvez ainsi enregistrer vos messages audio via le micro de l’ordinateur ou réaliser un autoportrait via la webcam. La version de bureau nécessite également que votre smartphone reste connecté durant les séances de chat. Les messages sont en effet toujours envoyés via votre téléphone, même si on ne le dirait pas.

Lorsque vous utilisez WhatsApp pour PC ou Mac pour la première fois, vous devez commencer par associer le logiciel à l’app mobile. Pour ce faire, il vous faut scanner le code QR qui apparaît sur la fenêtre du programme.

Michel van der Ven

Posté le 11 juillet 2016 par L'Echo

Quelques réglages pratiques sur Netflix

Netflixtip

Lorsque vous regardez Netflix via la télévision ou une app, les réglages possibles sont somme toute assez limités. Par contre, si vous l’utilisez sur votre ordinateur, les possibilités de personnalisation sont bien plus nombreuses, de la qualité du flux vidéo à la couleur des sous-titres. Explications.

En tant qu’abonné Netflix, vous avez sans aucun doute déjà visionné une série ou un film via votre navigateur. Depuis l’écran d’accueil, vous pouvez accéder directement aux nombreux réglages du service vidéo : placez le curseur de votre souris sur votre nom d’utilisateur jusqu’à ce qu’un menu déroulant apparaisse, et cliquez sur Votre compte.

Dans la section Mon profil, vous trouverez six réglages possibles. Avec Affichage des sous-titres, vous pouvez non seulement choisir la couleur du texte, mais aussi sa police, sa taille, le type et la couleur de l’ombre sous les lettres. Si vous préférez, vous pouvez aussi placer un arrière-plan ou une fenêtre derrière les sous-titres – ici aussi de la couleur de votre choix ou légèrement transparente.

Si cela vous énerve que Netflix lance automatiquement l’épisode suivant lorsque vous venez d’en visionner un, désactivez cette fonction dans Paramètres de lecture. Ici, vous pourrez également choisir la qualité vidéo souhaitée, bien que le choix automatique soit le plus souvent préférable. En cas de (trop) faible bande passante, Netflix rétrograde légèrement la qualité d’image, pour que le flux ne bafouille pas et ne doive pas « tamponner » pendant des heures. Si vous avez un abonnement Netflix Ultra HD, mieux vaut utiliser le câble Ethernet pour connecter votre téléviseur 4K à votre routeur : les réseaux Wi-Fi classiques ne sont pas assez performants. Vous pouvez faire le test en cochant Élevée, puis en lançant un programme en qualité 4K. Chez nous, il ne n’est ensuite rien passé, jusqu’à ce que nous connections un câble. Autre solution, choisir la position Auto : la qualité d’image sera alors réduite, mais n’en restera pas moins très bonne.

La section Historique contient elle aussi plusieurs extras pratiques. Vous voyez exactement quand vous avez regardé tel film ou série, sur quel appareil et votre évaluation du contenu. Vous pouvez d’ailleurs ensuite très facilement modifier ce score, exprimé en étoiles.

Michel van der Ven

Posté le 11 juillet 2016 par L'Echo

Un PC flambant neuf en un tour de main

Agvtuneup

Grâce à sa version de base gratuite, AVG est depuis longtemps l’une des solutions antivirus les plus populaires qui soient. La société tchèque à l’origine de ce logiciel, AVG Technologies, développe toutefois également divers autres programmes informatiques. Parmi ceux-ci, PC TuneUp, un outil puissant pour accélérer et nettoyer votre PC Windows. Ici aussi, une version gratuite est proposée.

PC TuneUp se profile comme un outil de nettoyage tout-en-un pour votre PC Windows. Le programme accélère votre ordinateur, libère de l’espace en vous délestant des ballasts, et promet en plus moins de plantages et – pour les ordinateur portables – une autonomie accrue de la batterie. Utilisable pendant quinze jours, la version d’essai de PC TuneUp est gratuite. Vous pouvez ensuite opter pour une mise à niveau en souscrivant sans engagement un abonnement d’un an au prix de 29,99 €.

Approche en profondeur

Notre première impression de PC TuneUp est que le programme ne fait pas les choses à moitié. Pour vous donner une idée : après un premier scan, près de 519 problèmes ont été identifiés, dont une flopée d’entre eux situés dans le registre de Windows. D’un clic, la plupart des problèmes étaient résolus et nous récupérions plus d’un gigaoctet d’espace ! PC TuneUp s’occupe également des raccourcis invalides, il défragmente le disque dur, et le cache et les journaux système retrouvent leur prime jeunesse.

La version Pro payante de PC TuneUp va quant à elle bien sûr encore plus loin. Elle vous débarrasse des doublons, des fichiers les plus gourmands et de tous les vestiges des précédentes versions de Windows éventuellement oubliés lors de votre migration vers Windows 10. En outre, la version Pro propose un très efficace Startup Optimizer, vous permettant d’accélérer le démarrage de votre PC en désactivant les applications facultatives, qui ne servent qu’à ralentir votre machine. Bref, un programme qu’il ne coûte rien d’essayer, mais dont vous pourriez bien ne plus pouvoir vous passer.

Michel van der Ven

Posté le 11 juillet 2016 par L'Echo

Votre "Internet des objets" est-il sûr?

Iotscanner

Du thermostat intelligent à la caméra de surveillance en passant par la lampe et la balance, les gadgets connectés à Internet sans passer par un ordinateur sont de plus en plus nombreux. Mais quel est l’impact de cet Internet des objets (IdO ou IoT pour Internet of Things en anglais) sur votre vie privée et votre sécurité ? Le spécialiste de la sécurité BullGuard est un des premiers à avoir développé un scanneur IoT qui vérifie quels appareils intelligents sont susceptibles d’être vulnérables aux hackers.

Le BullGuard IoT Scanner est disponible gratuitement via tout navigateur récent. Pour repérer les appareils les plus exposés, l’application Web contrôle les données de Shodan.io, le premier moteur de recherche dédié aux appareils connectés à Internet. Après le scan, vous voyez immédiatement quelles TV intelligentes, appareils portables intelligents et autres gadgets de la maison sont accessibles aux hackers. Un rapport envoyé par e-mail et contenant les résultats du scan vous aide à identifier les failles de sécurité.

« L’Internet des objets est très vite passé du marché de niche pour early adopters à un marché grand public, mais cette évolution s’accompagne de nouveaux risques de sécurité pour le consommateur, confie Paul Lipman, CEO de Bullguard. Avec l’IoT Scanner, nous avons franchi une étape importante vers la résolution de ces problèmes. » Selon une récente enquête du spécialiste de la sécurité, réalisée au Royaume-Uni, 66 % des répondants sont très préoccupés par la sécurité des appareils connectés, tandis que 72 % ne savent pas comment protéger efficacement ces appareils du monde extérieur.

BullGuard a également rédigé un guide du consommateur sur l’IdO, que vous pouvez télécharger gratuitement ici. Le guide contient notamment des trucs et astuces pratiques pour rendre les appareils invisibles aux hackers.

Michel van der Ven

Posté le 11 juillet 2016 par L'Echo

5 bonnes raison d’installer macOS Sierra

Sierra

Lors de la Conférence mondiale des développeurs (WWDC) de San Francisco, la grand-messe annuelle d’Apple consacrée aux développeurs, la marque à la pomme a dévoilé un aperçu du futur macOS Sierra. Nous avons réuni pour vous les principales nouvelles fonctions que vous retrouverez bientôt sur votre iMac ou MacBook.

Avec les différents iOS, watchOS et tvOS, le dernier OS X faisait depuis quelque temps figure d’ancêtre. Le système d’exploitation pour ordinateurs d’Apple s’appelle désormais – logiquement – macOS, et la nouvelle version 10.12 annoncée pour l’automne reçoit comme surnom Sierra. Le successeur d’OS X El Capitan comprend une multitude de nouvelles fonctionnalités. Voici, à nos yeux, les cinq évolutions les plus notables :

1. Siri arrive sur Mac

Comme on dit, mieux vaut tard que jamais. Vous pourrez – enfin ! – bientôt commander votre iMac ou MacBook avec votre voix. Les possibilités sont bien plus étoffées que sur iPhone, iPad et Apple Watch. Vous pouvez ainsi demander à cette assistante de chercher un document spécifique sur lequel vous avez travaillé la semaine dernière. Il est de plus possible d’exporter les résultats de la recherche de Siri dans un document ou un e-mail, de les épingler dans le Centre des messages, comme par exemple pour conserver des résultats sportifs ou les cours de la Bourse. Sierra vous permet également de modifier vos paramètres système à l’aide d’une commande vocale.

2. Déverrouillage automatique

Il n’est plus nécessaire d’introduire un mot de passe pour vous identifier sur votre Mac. Si vous portez une Apple Watch, vous pourrez vous connecter automatiquement dès que vous approcherez (très près) de votre ordinateur. Il sera également possible de régler vos achats en ligne en toute sécurité via Apple Pay à l’aide de cette même montre intelligente, ou du lecteur d’empreintes digitales de votre iPhone. La technologie de paiement d’Apple arrivera bientôt dans plusieurs pays européens (comme la France et la Suisse), mais aucun lancement en Belgique n’est pour l’instant à l’ordre du jour.

3. Copier et coller entre appareils

Sierra3

Grâce au presse-papiers universel contenu dans iCloud d’Apple, vous pouvez désormais copier en un clin d’œil une photo, un dessin ou un texte de votre Mac vers votre iPhone ou iPad. Les informations sont protégées par un cryptage de bout en bout.

4. Fonctions iCloud améliorées

Où conservez-vous les documents sur lesquels vous avez travaillé ces derniers jours ? « Sur le bureau », me direz-vous certainement. Avec Sierra, ces fichiers sont également disponibles sur les bureaux de vos autres Mac, et même sur votre iPhone ou iPad, grâce à une synchronisation via iCloud. Manque de place sur votre disque dur ou votre SSD ? Sierra déplace toutes les données les moins utilisées vers iCloud, pour libérer, localement, les précieux gigaoctets nécessaires. Vous pouvez ainsi gagner jusqu’à 130 Go sur un disque de 250 Go, selon Apple. Sierra ne fait d’ailleurs pas la fine bouche lorsqu’il s’agit de télécharger vos fichiers sur le cloud : cela fonctionne aussi bien avec les films déjà visionnés qu’avez les anciennes pièces jointes d’e-mail, la mémoire cache de votre navigateur ou tous ces vieux fichiers qui stagnent dans une corbeille que vous n’avez plus vidée depuis longtemps.

5. Retrouver des souvenirs avec Photos

Sierra2

Le programme de photos d’Apple disposait déjà de la reconnaissance des visages, mais peut désormais aussi reconnaître des objets et des paysages grâce à la technologie Advanced Computer Vision de Sierra. Cette dernière est à la base de la nouvelle fonction Souvenirs qui dépoussière de façon originale vos anciennes photos et vidéos. Avec les photos de votre dernier voyage à la Côte d’Azur, le programme vous ressort par exemple aussi des clichés de précédents séjours à la plage, voire même, éventuellement, en même compagnie. Des photos que vous aviez sans doute oubliées, mais que Sierra ressuscite à l’improviste. Souvenirs crée de plus automatiquement des petits films d’événements similaires, en mixant des vidéos, des photos et un morceau de musique.

La version définitive de macOS Sierra sortira à l’automne. Si vous n’avez pas la patience d’attendre jusque-là, vous pourrez déjà installer la version bêta publique dès le mois de juillet, mais qui contiendra encore très certainement de nombreuses erreurs.

Michel van der Ven

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Sécurisez vos documents sensibles

DigifySi votre métier inclus le traitement de documents sensibles, vous savez déjà à quel point il est périlleux d’envoyer par email de tels documents, sans trop savoir qui va les consulter ou les imprimer. C’est pour répondre à ce besoin de sécurité renforcée que Digify propose une solution en ligne plutôt bien conçue…

Digify veut que vous gardiez le contrôle sur un document lorsque vous le partagez sur sa plateforme avec d’autres personnes. Pour ce faire, le service propose diverses options de sécurisation toutes plus pratiques les unes que les autres. Vous pouvez par exemple interdire la copie, empêcher l’impression ou le téléchargement, crypter le document ou encore le récupérer et couper les accès précédemment accordés. Autre possibilité très pratique : que le document s’auto-détruise ! En sus de ces fonctionnalités de sécurisation, Digify offre un système de pistage de documents pour savoir qui les a consulté et quand. Il est également possible de savoir si les fichiers ont été transmis à quelqu’un d’autre. Le tout est facilement intégrable aux outils déjà utilisés en entreprise, sur Dropbox ainsi que sur Gmail via une extension.

Digify est limité dans sa version gratuite. Il vous faudra donc passer par un abonnement payant pour l’utiliser professionnellement et ce, pour au minimum un peu moins de 10 euros par mois.

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Le web en tutoriel vidéo

OpentestPour expliquer à un ami, un collègue ou encore à un client comment fonctionne une application web, il n’y a pas mieux qu’OpenTest, un outil qui va enregistrer dans une vidéo toutes vos actions sur un site web ainsi que votre voix et votre image.

L’outil, une extension pour Chrome, peut être utilisé à tout moment lors d’un surf sur l’Internet via une petite icône située dans la barre de menu du navigateur. Une fois OpenTest activé, il enregistrera dans une vidéo toutes les actions réalisées dans Chrome. Le son est également de la partie avec votre visage et votre voix en médaillon sur la vidéo. Un simple clic sur l’icône arrêtera l’enregistrement que vous pourrez ensuite partager facilement par email ou sur les réseaux sociaux. Vous pouvez également directement enregistrer la vidéo sur votre PC dans un format mp4.

L’outil est encore en développement mais au vu de ses performances, il devrait sortir rapidement de sa version bêta. Pour l’instant, il est entièrement gratuit et sans aucune limite pour ce qui concerne la taille ou la qualité des vidéos. Profitez-en !

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Dessine-moi une idée !

ChalkmotionChalkmotion est difficilement classable. Est-ce un outil de présentation ? De dessin à main levée ? Est-ce destiné aux professionnels ? Aux enseignants ? Ou est-ce uniquement pour le fun ? Peut-être est-ce un peu tout cela à la fois…

Une fois inscrit et dans l’éditeur de Chalkmotion, vous pourrez créer une série de slides dans lesquels vous pourrez soit dessiner à main levée, soit insérer l’un ou l’autre des dessins mis à disposition dans une librairie. Pour chaque diapo, vous pourrez ajouter un court texte pour un titre ou une rapide explication. Le résultat final est une préso composée d’une série de dessins qui prendront forme durant la lecture. Les présentations sont conservées sous votre profil et vous pouvez les partager sur les réseaux sociaux habituels.

Chalkmotion est gratuit et devra le rester tant les bugs sont nombreux ! Il faut en effet beaucoup de temps pour que le site et l’affichage demandé soient effectivement délivrés à l’utilisateur, sans parler des nombreux petits bugs plus énervants les uns que les autres. Pourquoi, dès lors, présenter Chalkmotion? Tout simplement parce que, un jour ou l’autre, le site sortira de sa version bêta et pourrait bien être un outil génial pour exprimer l’une ou l’autre idée de manière originale. À garder sous le coude donc !

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

La culture geolocalisée

GeopediaQue se passe-t-il lorsque l’on combine les cartes d’Openstreetmap et l’immense source de savoir encyclopédique qu’est Wikipedia ? Eh bien, on obtient Geopedia, un service de cartographie qui va vous faire voyager à travers la culture des lieux.

L’API de Wikipedia fait des merveilles une fois qu’elle est associée à Openstreetmap. Le service est idéal pour, par exemple, se faire une idée de la richesse culturelle d’un lieu que vous projetez de visiter. Il suffit d’entrer le nom d’une ville ou un lieu-dit pour se retrouver directement sur une carte parsemée de points d’intérêt et accompagnée sur la droite des articles Wikipedia correspondants. Au niveau de la carte même, vous pourrez afficher différentes vues, zoomer sur un point en particulier ou utiliser votre propre geolocalisation. Cette dernière fonctionnalité est surtout utile en utilisant un smartphone lors de la visite même d’un lieu.

Geopedia est le service à ne pas oublier si vous partez en vacances, surtout si vous n’êtes pas du genre à vous retourner comme une crêpe durant 15 jours sur une plage espagnole…

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Quand des protozoaires jouent à Pac-Man

PacmanLes chercheurs sont de grands enfants qui adorent jouer à Pac-Man, surtout ceux de l’University College Southeast en Norvège. Ces scientifiques ont cependant réussi un tour de force afin qui allie le jeu et le travail : le labyrinthe qu’ils ont conçu fait moins d’un millimètre et en lieu et place de Pac-Man et des fantômes, ce sont des protozoaires qui s’y baladent !

Pas de manette pour ce jeu culte mais plutôt un bon microscope braqué sur un labyrinthe microscopique fabriqué grâce à des nanotechnologies et sur une sarabande de micro-organismes qui se font la chasse dans ce dédale d’un autre monde. Ce micro-labyrinthe n’a bien entendu pas été créé pour des raisons ludiques mais bien pour étudier le comportement des protozoaires et de leurs prédateurs.

Outre l’objectif scientifique, le professeur Erik Andrew Johannessen espère que ce labyrinthe microscopique va également aviver l’intérêt du grand publique pour tous ces organismes invisibles à l’œil nu et pour leurs comportements.

Suivez T-zine aussi sur Twitter Facebook RSS