Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

La curation sans limites

KumbuLa grande famille des outils dédiés à la curation et au partage de contenus web accueille un nouveau venu : Kumbu, un service qui va un cran plus loin que la plupart de ses concurrents…

La particularité de Kumbu réside principalement dans sa capacité non seulement à sauvegarder un lien mais également des pages entières tirées de sites web ou de blogs. En sus de cette fonctionnalité plutôt pratique, Kumbu propose d’archiver le contenu d’e-mails depuis Gmail ainsi que les publications faites sur pratiquement tous les réseaux sociaux. Pour les retrouver, aucun souci : tout est organisé par collection et par ordre chronologique, et ce, quel que soit le format du contenu. Un système de tag est également mis à disposition pour filtrer vos résultats plus aisément. Pour réaliser la curation en elle-même, il vous suffira d’installer une petite extension dans votre navigateur Chrome. Un simple clic sur le bouton Kumbu niché dans votre navigateur et vous pourrez lancer votre première collecte. Kumbu intègre bien entendu une fonctionnalité de partage afin de faire profiter vos collègues, vos amis ou votre famille de vos trouvailles.

Dernière bonne nouvelle concernant Kumbu : le service est entièrement gratuit. Peut-être est-ce dû au fait que le service soit encore en version bêta, donc, profitez-en tant qu’il est encore temps !

 

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Chime, le nouveau concurrent de Skype et de Hangouts

ChimeDans le monde de la communication professionnelle et privée, il est difficile de passer à côté des grands noms que sont le Skype de Mircrosoft et le Hangouts de Google. Pourtant, un troisième géant vient se jeter dans la mêlée : Amazon avec son tout nouveau service Chime.

Du côté des fonctionnalités, Chime n’a certainement pas à rougir par rapport à la concurrence puisque cet outil de communication sécurisé peut être tout autant utilisé pour le tchat que pour des vidéoconférences ou encore des appels. De même, il offre la possibilité aux utilisateurs de partager facilement du contenu et son écran. Chime offre une haute qualité, tant au niveau du son que de la vidéo et offre des salles de réunion virtuelles pouvant accueillir jusqu’à 16 participants sur PC et 8 sur smartphone. En parlant de smartphone, notez qu’il est possible de lancer une conférence sur un PC et de la poursuivre sur votre smartphone ou une tablette, ce qui est on ne peut plus pratique !

Amazon Chime peut être utilisé gratuitement durant 30 jours pour vous faire une idée de ses capacités. Après cette période, vous ne devrez rien sortir de votre portefeuille si vous lancez des appels ne comprenant que 2 participants. Pour 15 euros par mois et par participant, vous pourrez accéder à la version professionnelle, une version qui lève les limitations et offre également de belles fonctionnalités complémentaires comme, par exemple, l’enregistrement intégral de votre conférence.

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Automatisez vos procédures en un tournemain !

IntegromatL’automatisation de tâches telles que l’envoi d’e-mail, la sauvegarde d’images trouvée sur les réseaux sociaux sur un Cloud ou encore la notification d’évènements particuliers n’est pas seulement l’apanage des informaticiens, surtout si vous utilisez les services d’Integromat !

Pour résumer à l’extrême, Integromat automatise de nombreuses tâches en interconnectant divers services en ligne les uns aux autres et déclenche ces tâches selon certaines conditions ou évènements. Pour vous lancer dans ce service, le mieux est encore d’utiliser une tâche déjà construite sur la plateforme, de choisir un service en tant que point de départ, un deuxième service pour le faire interagir et le tour est joué. En pratique et pour donner un exemple, vous pourrez facilement envoyer automatiquement un e-mail lorsqu’une nouvelle publication apparait dans un flux RSS. Bien entendu, ce type de flux est très simple et, au fur et à mesure que vous appréhenderez le service, vous pourrez complexifier vos procédures en leur ajoutant d’autres services et des filtres.

La force d’Integromat réside dans sa simplicité d’utilisation et son ergonomie qui mettent à portée de pratiquement tout le monde la création de processus complexes. Le tout est gratuit jusqu’à mille opérations par mois et un transfert de données ne dépassant pas 100 Mo. Il faudra donc passer à un abonnement payant de pratiquement 9€ par mois pour se débarrasser de ces limitations.

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Regardez des vidéos Youtube en mode collaboratif

DroomeDroome est un petit service bien sympathique qui propose de regarder des vidéos à plusieurs, en temps réel et d’en discuter entre spectateurs.
Droome permet de lancer une recherche sur les vidéos en cours de lecture sur sa plateforme ainsi que sur les canaux créés par les membres de sa communauté.

Après une rapide inscription, vous pourrez créer votre propre salle pour partager et lire des vidéos Youtube en ligne, à plusieurs et de manière synchrone. Il suffira d’ajouter les vidéos dans votre salle en lançant une simple recherche ou en spécifiant l’URL. Dans la colonne de droite, vous trouverez une messagerie instantanée pour lancer les discussions entre vous ainsi que l’URL unique de votre salle virtuelle. Notez qu’il est possible d’éviter l’inscription, mais, dans ce cas, la salle virtuelle ne survivra que 24 heures et la messagerie instantanée ne sera pas disponible, ce qui est bien peu pratique.

Droome est entièrement gratuit mais souffre de quelques petits défauts de jeunesse que les développeurs devront impérativement corriger : la version française est en effet loin d’être une réussite et le mode « sans inscription » est pratiquement inutilisable. Le service devrait néanmoins se montrer plus qu’utile dans un cadre de formation ou tout simplement pour visionner à distance des vidéos Youtube en famille ou entre amis.

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Un drone pour remplacer les abeilles ?

DroneLes mises en garde des apiculteurs et de toutes les organisations de protection de la nature ne semblent pour l’instant pas suffire : les abeilles continuent de mourir en masse avec les conséquences que l’on devine sur le processus de pollinisation et la biodiversité. Dans l’éventualité d’une catastrophe, certains voient dans les drones une planche de salut.

Au Japon, des chercheurs du National Institute od Advanced Industrial Science ont développé et conçu un drone pollinisateur. Ce drone a même été testé plus ou moins avec succès puisque ce drone a collecté du pollen d’une fleur de lys mâle et l’a déposé sur une fleur de lys femelle. Le quadricoptère miniature et télécommandé était équipé au niveau du ventre d’une bande de crin de cheval enduite d’un gel adhésif afin de collecter le pollen. Il a suffi à l’équipe de chercheurs de faire voler le drone de telle manière qu’il vienne effleurer une fleur mâle et une fleur femelle pour effectuer la pollinisation.

Ce drone n’est pas autonome, n’a aucune capacité de géolocalisation ni intelligence artificielle et même s’il était équipé de tous ces atouts technologiques, il ne parviendrait pas à la cheville des insectes. Cette tentative de pollinisation par des drones ne doit cependant pas être jugée comme pathétique, les chercheurs eux-mêmes la décrivant plus comme une aide pour les insectes pollinisateurs que comme une alternative crédible. Il ne reste plus qu’à sauver les abeilles…

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Une batterie révolutionnaire qui tient 10 ans en développement à Harvard

BatterieLa batterie ultime serait-elle en cours de développement à l’université de Harvard ? Si l’on en croit les chercheurs et en examinant les caractéristiques de cette batterie, on peut sans conteste répondre par l’affirmative…

À titre de comparaison, une batterie classique Lithium-Ion ne tient pas plus d’un millier de cycles complets charge-décharge tandis que celle en développement au sein de la célèbre université ne perdrait que 1% de sa capacité après le même nombre de cycles. Pour faire bref, ce type de batterie tiendrait près de 10 ans ! Le rêve pour les consommateurs, un cauchemar pour les constructeurs de smartphone ! Pour atteindre un tel résultat, les scientifiques utilisent un liquide composé de molécules organiques de ferrocène et de l’eau pH neutre. Cette technologie est donc non seulement non-toxique, contrairement aux batteries lithium-ion, mais également moins coûteuse puisque la membrane de séparation des deux parties d’une même batterie peut être construite en matériaux bon marché en lieu et place des polymères utilisés dans une batterie classique.

Il ne faut bien entendu pas crier victoire trop tôt : la batterie développée par ces chercheurs de Harvard n’en est pour l’instant qu’au stade du prototype et le chemin est encore long avant une potentielle mise sur le marché. Si cette batterie révolutionnaire tient vraiment toutes ses promesses, chaque foyer pourra stocker facilement de l’énergie éolienne ou photovoltaïque dans un accumulateur, le problème du stockage de l’énergie électrique sera pratiquement résolu ! Il ne reste plus qu’à croiser les doigts…

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Une IA pour l'électroménager

DysonLe constructeur Dyson, surtout connu pour ses aspirateurs, ne veut en aucun cas rater le train de la domotique et de l’Antelligence Artificielle. Et pour prendre ce train, le groupe a ouvert un tout nouveau centre de recherche et développement à Singapour.

Même si Dyson a déjà lancé sur le marché des aspirateurs-robots complètement autonomes, le constructeur d’appareils électroménagers se doit d’innover pour poursuivre sa croissance. Pour y parvenir, Dyson a injecté pas moins de 561 millions de dollars dans un tout nouveau centre de recherche basé à Singapour. Ce centre sera spécialisé dans la recherche en robotique et en Intelligence Artificielle.

Le groupe britannique ne cache pas son intention : produire des aspirateurs, des sèche-cheveux ou encore des ventilateurs connectés et équipés d’une Intelligence Artificielle. Les robots domestiques sont à nos portes…

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Les internautes peuvent être pistés même en changeant de navigateurs

NavigateursPour éviter d’être pisté sur le Net, cela ne suffit pas de vider le cache du navigateur, et ce, pour une simple et bonne raison : la constitution d’une empreinte constituée par les caractéristiques du navigateur. Changer de navigateur pour éviter la construction de cette empreinte et le pistage qui s’ensuit est donc la seule solution, mais peut-être plus pour longtemps….

Des chercheurs des universités de Lehigh et Saint Louis ont développé un nouveau type d’empreinte qui ne se base plus sur le navigateur, mais bien sur les caractéristiques de l’ordinateur utilisé par l’internaute. Pour créer ce nouveau type d’empreinte, les chercheurs se servent des API (Application Programming Interface) du système ainsi que des ressources matérielles de l’ordinateur qui, habituellement, ne changent pas. Les tests menés sur près de 2000 utilisateurs montrent que cette technique de pistage atteint un taux de réussite de 99,2% !

Les chercheurs ne veulent pas vendre leur développement – le code source est d’ailleurs disponible en Open Source sur Internet – mais plutôt démontrer qu’il est possible de créer une empreinte qui ne soit pas liée au navigateur. Néanmoins, la technique n’est pas encore tout à fait aboutie et un navigateur résiste encore et toujours à l’envahisseur : Tor Browser. Le navigateur sécurisé bloque en effet des fonctionnalités et des technologies utilisées par les chercheurs pour créer leurs empreintes.

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

Convertissez des fichiers PDF en un tournemain !

PdfcandySi vous êtes un utilisateur régulier du format PDF, vous rencontrez souvent la même problématique avec ce type de fichier : comment convertir un fichier PDF dans un autre format et vice-versa. La solution ? PDF Candy !

Il n’y a rien de vraiment compliqué à expliquer au sujet de ce service, vous comprendrez tout dès la page d’accueil sur laquelle vous trouverez tous les différents formats de conversion. Une fois votre fichier à convertir chargé sur le système, les serveurs de PDF Candy se chargeront du travail. Vous pourrez également changer le découpage de vos pages, les assembler, compresser le fichier, le protéger, ajouter un filigrane ou effectuer une rotation. Si vous n’avez plus d’autres manipulations à appliquer à votre nouveau fichier, il ne vous restera plus qu’à le télécharger sur votre disque dur.

PDF Candy n’est bien entendu pas la seule plateforme proposant ce type de service, mais ici vous aurez droit à une relativement bonne qualité de conversion, à la gratuité et à une interface exempte de toute publicité.

 

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

Du dessin vectoriel simple et rapide

VecteezyLes logiciels qui se dédient au dessin vectoriel sont souvent de véritables usines à gaz difficilement utilisables pour les novices. Sauf si vous utilisez l’éditeur en ligne proposé par Vecteezy

Le leitmotiv de Vecteezy pourrait être « keep it simple ! ». Oubliez en effet toute inscription ou autre installation d’add-on sur votre navigateur : tout reste simple d'utilisation. Un dessin d’exemple vous est même proposé dès votre arrivée sur le site. Vous pouvez facilement importer un fichier dans Vecteezy et même utiliser un fichier svg que la plateforme supporte sans aucun problème. Au niveau des outils d’édition, rien de bien compliqué, même pour un débutant. Le travail peut ensuite être sauvegardé en ligne pour y revenir ultérieurement ou être exporter dans un format bmp, png et, cela va de soi, svg.

Vecteezy est gratuit et sans aucune publicité. On regrettera donc uniquement l’impossibilité de gérer les calques, un défaut qui ne devrait embêter que les plus habitués au dessin vectoriel et ceux qui veulent absolument utiliser des fonctionnalités plus poussées.

 

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

Le diffuseur de présentations

BeamiumLa plupart du temps, les éditeurs de présentations en ligne vous aident à réaliser de superbes présentations, avec de beaux rendus, l’intégration de média ou encore des liens, mais une fois cette préso terminée, il est parfois difficile de la récupérer et de la diffuser en direct à votre auditoire. C’est là que Beamium intervient.

Le service se charge donc de diffuser en direct et en temps réel votre présentation PDF et ce, sans devoir installer un quelconque logiciel ou module dans votre navigateur puisqu’il suffit de glisser et déposer le fichier PDF directement sur la page de Beamium. Une fois votre fichier en place, vous recevrez un lien à partager avec les participants, qu’ils suivent la réunion à distance ou sur place. Ils suivront votre présentation slide après slide, en temps réel, et pourront réagir à celle-ci soit durant la présentation, soit à la fin. Notez au passage qu’il est possible pour les participants de télécharger la présentation si tel est votre souhait à la fin de la conférence.

Le système proposé par Beamium est simple d’utilisation, rapide et gratuit si vous limitez la présence en ligne de votre présentation à deux semaines. Dans la version payante, vous aurez la possibilité bien entendu de laisser la présentation en ligne le temps que vous voulez, mais également d’analyser le succès de votre présentation et de récolter des données de contact.

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

Rendez vos vidéos interactives

H5pDans un cadre pédagogique, la vidéo est un support largement apprécié par les formateurs. Ils savent également que rendre une vidéo interactive, c’est avoir la certitude que leur public sera attentif et participera beaucoup plus à la leçon ou la formation. H5P est justement un outil formidable pour transformer vos simples vidéos en véritables outils interactifs.

Pour ajouter une vidéo dans l’éditeur de H5P, rien de plus simple : indiquez tout simplement l’URL Youtube sur laquelle le système pourra récupérer la vidéo ou fournissez directement une vidéo stockée sur votre disque dur. Attention qu’il y a une limite de taille : 16 Mo. Indiquez le titre et une rapide description avant de vous lancer dans l’intégration d’outils interactifs. Ces derniers peuvent être glissés et déposés sur la vidéo au moment désiré lors de la lecture. Les interactions peuvent ^rendre la forme de textes, d’images, de boutons, de liens web et bien entendu des questions à choix simples ou multiples. Notez au passage que la correction de ces questions est immédiate pour renforcer la compréhension de l’apprenant. Un récapitulatif des résultats peut être inséré en toute fin de lecture de la vidéo. La vidéo rendue interactive peut finalement être sauvegardée sur la plateforme et être lancée via un lien unique.

H5P est un outil très puissant qui devrait ravir les professionnels de la formation, non seulement pour sa simplicité d’utilisation, mais également pour ses nombreuses fonctionnalités et, surtout pour sa gratuité !

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

De l’acide gastrique comme source d’énergie pour les médicaments électroniques

GeluleSi vous vous souvenez encore vaguement de vos cours de physique et de chimie, vous savez déjà que la plupart des piles et autres batteries fonctionnent avec de l’acide. Le MIT a utilisé cette vieille technique pour produire du courant avec de l’acide chlorhydrique, un acide produit par notre bon vieil estomac !

Mais pourquoi donc concevoir un générateur qui fonctionne à l’acide gastrique ? Tout simplement pour alimenter en énergie des médicaments électroniques qui pourraient, par exemple, diffuser un traitement spécifique, à un moment donné. Le MIT a donc développé un microgénérateur à base d’acide gastrique, un générateur de la taille d’une grosse gélule et comprenant un capteur de température et un transmetteur radio de 900 MHz ! En entrant en contact avec l’acide gastrique, ces deux pièces du générateur agissent en tant qu’électrodes, le courant passe et le tout s’alimente en électricité. Des tests ont d’ores et déjà été réalisés sur des porcs avec succès.

La gélule électronique doit encore être un peu plus miniaturisée et être déclinée sous plusieurs formes afin de diffuser un traitement ou devenir un capteur de signes vitaux. Le médicament électronique est bel et bien une réalité !

 

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

L’ISS sera-t-elle reconvertie en hôtel de l’espace ?

IssLa Station Spatiale Internationale devrait arrive en fin de vie aux alentours de 2028. Seulement voilà, cette station a une envergure de 109 mètres et un poids de 400 tonnes, ce ne sera donc pas une mince affaire de l’enlever de son orbite et de la faire se désintégrer dans l’atmosphère terrestre. À moins que les modules ne soient pas détruits, mais trouvent plutôt une autre utilité…

L’agence spatiale russe pense en effet que la désintégration de l’ISS n’est pas une bonne idée, qu’une reconversion est possible en tant qu’hôtel de l’espace pour touristes richissimes. L’idée pourrait faire son petit bout de chemin auprès des responsables des autres agences spatiales puisque dans ce cas le financement de la maintenance de l’ISS ainsi que la poursuite d’expériences scientifiques seraient possible encore longtemps après la fin des missions prévues en 2028. Des entrepreneurs privés américains ont d’ailleurs plus ou moins la même idée, ce qui amène encore plus de poids au concept. Du côté européen, on penche plutôt pour un remorquage de plusieurs modules de la station jusqu’au point Lagrange 2 du système Terre-Lune pour en faire une station lunaire. Des études ont déjà démontré qu’il est effectivement possible de développer et de construire un remorqueur spatial électrique capable d’effectuer le boulot en tout au plus un an.

La NASA, quant à elle, se frotte les mains puisque ces idées, qu’elles soient privées ou d’origine étrangère, ont toutes un point commun : elles lui enlèvent une épine du pied. Ne pas mener une opération risquée de désintégration dans l’atmosphère terrestre, cela ne peut que plaire à l’agence spatiale américaine.

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

Une IA chez « les Experts »

BrainGoogle Brain est la division en charge du développement des Intelligences artificielles au sein de Google. Cette division a terminé une nouvelle IA capable de rendre plus nettes et plus visibles des images qui sont en basse résolution à l’origine.

Vous vous êtes certainement déjà dit que ces séries policières américaines exagéraient un tantinet lorsque l’un ou l’autre agent demande à son ordinateur de donner plus de définition à cette vieille webcam un peu pourrie qui a filmé le coupable, non ? Pourtant, cette technique est en passe de devenir réalité grâce à l’utilisation d’une IA conçue à partir de 2 réseaux neuronaux. Le premier de ces réseaux va se charger d’analyser et de cartographier une image qui lui est proposée en basse résolution. Un travail de comparaison avec d’autres images similaires, mais possédant une meilleure résolution sera ensuite lancé par ce premier réseau neuronal. Il ne restera plus ensuite au deuxième réseau neuronal qu’à rendre l’image originelle plus nette, à l’ajuster et à y ajouter quelques détails réalistes pour obtenir au final une image de meilleure qualité et donc, plus lisible.

Pour l’instant, le résultat laisse encore un peu à désirer, mais la division Brain de Google espère encore faire évoluer son IA pour parvenir à des reconstitutions beaucoup plus fidèles à la réalité et même, à terme, à des restaurations complètes d’images en basse résolution.

 

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

8 milliards d’objets connectés en 2017!

IdOLes objets connectés sont de plus en plus présents dans notre quotidien, tant dans la sphère professionnelle que privée. Une nouvelle étude du cabinet Gartner démontre à quel point et à quelle vitesse ce déploiement des objets connectés se déroule. Un seul chiffre pour 2017 : les dépenses dans ce secteur devraient avoisiner 1 700 milliards de dollars !

En terme de volume, c’est le secteur grand public qui tient le haut du pavé avec 3,1 milliards de capteurs et autres terminaux connectés devant être installés en 2017. Il s’agit principalement de systèmes automobiles, des TV connectées et des boitiers numériques. Si l’on se place sur un angle comptable, c’est le secteur professionnel qui dépense bien entendu le plus : près de 1000 milliards de dollars seront consacrés à l’achat et au déploiement des objets connectés au sein des entreprises. Il s’agit ici principalement de capteurs de mesure énergétique, de caméras de sécurités et de systèmes de localisation et de capteurs destinés au secteur de la santé en général.

1 700 milliards de dollars, une somme astronomique qui représente, pour 2017, une augmentation de 8,3 milliards d’objets connectés dans le monde entier, c’est-à-dire 2 milliards de plus qu’en 2016. Mais derrière ces chiffres se cache une autre réalité : l’infrastructure nécessaire au support et à la communication de ces objets connectés doit suivre le mouvement ce qui fait redouter à certains spécialistes un engorgement des réseaux de communication.

Posté le 3 février 2017 par Vincent Papaleo

Une présentation interactive, à distance et en temps réel

PresentainIl y a déjà bien longtemps que la T-Zine ne s’était plus penchée sur un outil de présentation en ligne. Pourtant, ce n’est pas ce qui manque, la preuve avec Presentain

Presentain propose d’élargir votre audience en proposant un outil capable de diffuser tout type de présentation en direct. L’accès à votre préso se fait via une URL unique que les invités peuvent suivre autant à partir de leur PC que de leur tablette ou smartphone. En parlant de smartphones, notez que Presentain se décline en applications pour Android, iOS et même Windows Phone. Chargez votre présentation sous la forme d’un PDF ou un Google Slides en ligne et le tour est joué. Vous pouvez même lier votre smartphone à la présentation afin de contrôler à distance le passage d’un slide à un autre ! Pratique, non ? Autre gros avantage de la solution : la possibilité d’ajouter des quizz et des sondages pour animer vos présentations. Les participants, qu’ils soient distants ou pas, peuvent interagir avec vous et vous posez des questions directement à partir de leur PC ou smartphone.

Presentain est franchement complet en terme d’outils et de fonctionnalités. Pour ce qui est des tarifs, comptez 2 euros pour une utilisation durant une journée. Vous pouvez également opter pour une utilisation à la semaine, au mois ou carrément à l’année. À tester sans tarder !

Posté le 3 février 2017 par Vincent Papaleo

Un petit tableau blanc entre amis ?

StoodlePour le travail en équipe, rien de mieux que le tableau blanc en ligne collaboratif. Stoodle en propose un, simple d’utilisation et extrêmement facile à prendre en main.

Une fois sur la page d’accueil de l’outil, il suffira d’un simple clic pour créer votre premier tableau blanc. Sur ce tableau vous pourrez dessiner, écrire directement avec votre souris, insérer du texte, importer des images à partir de votre PC ou depuis un service de stockage en ligne. Rien de bien compliqué en somme. Du côté collaboratif, le tableau blanc est accessible vie une URL unique que vous pouvez partager par email ou sur les réseaux sociaux. Les personnes qui y accéderont pourront modifier le tableau blanc en temps réel. Question outils, Stoodle n’est pas avare puisqu’il propose en prime une messagerie instantanée pour les participants.

Stoodle est entièrement gratuit, mais a néanmoins un très gros défaut : les tableaux blancs créés ne peuvent être sauvegardés. Il vous faudra donc vous rabattre sur une simple capture d’écran si vous voulez le conserver.

Posté le 3 février 2017 par Vincent Papaleo

La frise chronologique en 3D

TikitokiSi vous n’êtes pas satisfait de la dernière frise chronologique que vous avez créée, direction Tiki-Toki, un outil en ligne qui va vous en mettre plein la vue.

À partir de votre navigateur, sans devoir installer un quelconque module, vous pourrez créer des frises chronologiques au rendu fantastique. Il vous suffit de choisir un modèle, d’insérer le contenu qui peut être du son, de la vidéo et du texte et d’ajuster un tant soit peu les tailles de vos médias. Toute la force de Tiki-Toki réside donc dans son rendu puisque l’application propose d’afficher votre frise en 3D. Et si la 2D vous suffit, pas de problème : un simple clic et votre frise est mise à plat. La frise peut ensuite être partagée via une URL unique à publier sur les réseaux sociaux ou à envoyer par email.

Tiki-Toki offre une version gratuite, mais comprenant quelques limitations. Il vous en coûtera plus ou moins 7 euros par mois pour lever ces limitations.

Posté le 3 février 2017 par Vincent Papaleo

Créez vos graphiques le plus simplement du monde !

ChartblockChartblocks s’est autoproclamé « l’application de création graphique la plus simple au monde ». Nous n’irons certainement pas jusque-là, mais il faut quand même avouer que sa simplicité en fait vraiment un outil facile d’utilisation et très rapide.

L’outil gobe facilement tout type de données pour en régurgiter des graphiques tout aussi facilement, que vos données proviennent d’un tableur ou d’une base de données. Lors du pas-à-pas accompagnant l’import de vos données, Chartblocks vous demandera de choisir quelles données utiliser dans le graphique. Le reste n’est plus qu’une question de mise en forme avec un choix des couleurs, des tailles, de la polices et ainsi de suite. Votre graphique une fois achevé, vous pourrez le partager par email, sur les réseaux sociaux, en l’insérant directement dans votre site web ou blog ou encore le télécharger dans un format .PNG.

Le grand avantage de ChartBlock réside effectivement dans sa simplicité d’utilisation qui nous évite de longues préparations et autres modifications compliquées. Le tout peut être utilisé gratuitement et ne demande que quelques euros par mois pour accéder aux fonctionnalités avancées.

Posté le 3 février 2017 par Vincent Papaleo

Des chercheurs créent une libellule-cyborg

LibelluleUne libellule cyborg et télécommandée ! On se croirait en plein roman de science-fiction steampunk. Pourtant, des chercheurs du Charles Stark Draper Laboratory et du Howard Hughes Medical Institute ont réellement créé cet insecte-cyborg en lui greffant un petit système électronique sur le système nerveux.

Le dispositif miniaturisé est installé sur l’abdomen d’une libellule. Grâce à de la fibre optique et l’optogénétique, c’est-à-dire une technique d’identification et de stimulation des neurones par de la lumière, les chercheurs devraient parvenir à contrôler le coléoptère. L’énergie nécessaire au système provient de cellules photovoltaïques également intégrées dans le dispositif afin de lui offrir une totale autonomie.

Après la phase d’essai qui consistera à mieux comprendre le mouvement des ailes et à développer un algorithme de pilotage, les chercheurs se lanceront dans des tests pour réellement influer sur le vol de la libellule. Ils devront également plancher sur une encore plus grande miniaturisation de cette technologie. L’objectif étant de transformer des insectes plus petits comme les abeilles pour des missions de pollinisation ou encore pour en faire des capteurs vivants ayant pour mission la surveillance de l’environnement.

Posté le 3 février 2017 par Vincent Papaleo

Une clé USB pour s’authentifier sur Facebook

UsbAvec plus d’ un milliard et demi d’utilisateurs, Facebook se doit d’assurer la sécurité sur sa plateforme sociale. Pour ce faire, Facebook accepte à présent les clés d’authentification physiques, c’est-à-dire les clés USB chiffrées.

Une clé USB chiffrée entre dans le système d’authentification à deux facteurs. L’utilisateur doit donc non seulement entrer un mot de passe, mais également insérer une clé USB pour terminer l’authentification sur le site. S’il n’est pas tellement difficile pour un bon hacker de trouver un mot de passe, c’est une tout autre histoire pour s’emparer d’une clé physique en prime ! On se doute bien que ce type d’authentification par clé USB est fort peu répandu. Néanmoins, Facebook espère que les membres du réseau social vont employer de plus en plus ce type d’authentification, tout comme le font les employés de l’entreprise américaine.

La clé USB en question pourra être proposée prochainement pour une vingtaine d’euros dans les commerces et pourra être également utilisée pour s’authentifier sur d’autres services en ligne.

Posté le 3 février 2017 par Vincent Papaleo

Lego lance un réseau social pour les enfants

LegoFacebook ne peut être utilisé qu’à partir de 13 ans et c’est tant mieux pour nos chères petites têtes blondes qui ne n’ont aucune idée des dangers que l’on rencontre sur les réseaux sociaux. Cependant pour les plus jeunes, Lego lance Lego Life, un réseau social destiné aux moins de 13 ans.

En collaboration avec l’Unicef et l’Autorité de la Concurrence américaine, Lego a développé un environnement totalement sécurisé pour les plus jeunes des internautes et pour qu’ils apprennent à utiliser un réseau social. La sécurité repose sur l’adresse e-mail des parents pour la création du compte et l’anonymisation de l’enfant : pas de vrai prénom et nom, uniquement un pseudonyme. Sur la plateforme, les enfants pourront simplement partager entre eux leurs créations Lego, un algorithme se charge de vérifier qu’aucun visage ou autre moyen d’identification n’est présent sur les photos partagées. En sus de leurs créations lego, les enfants pourront également partager des lignes de code pour leurs robots Lego.

Le réseau social Lego Life est téléchargeable pour les tablettes iOS et Amazon Kindle Fire aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France depuis le 31 janvier. Il continuera son déploiement dans les autres pays européens les jours suivants.

Posté le 3 février 2017 par Vincent Papaleo

Les bloqueurs de pub s’installent durablement sur les mobiles

AdblocksSelon le dernier rapport PageFair, les internautes utilisent de plus en plus le bloqueur de publicité Adblock. Le logiciel serait à présent plus utilisé sur les mobiles que sur les PC.

Il y aurait à ce jour 615 millions d’utilisateurs du bloqueur de publicités Adblock de par le monde. Un peu plus de la moitié de ces utilisateurs l’ont installé sur leurs smartphones alors que cette version mobile n’existe que depuis 2014. Le manque à gagner des sites internet comptant sur la publicité comme revenu augmente donc de la même manière et aucune stratégie ne semble fonctionner. Bloquer Adblock et demander aux internautes de le désactiver pour continuer leur visite sur un site web ne fonctionne pas : 74% des internautes quittent purement et simplement la page web.

Le rapport montre cependant que les internautes utilisent Adblock pour des raisons de sécurité. La part des internautes l’ayant installé uniquement pour bloquer les publicités sur les sites ne s’élève qu’à 14%. Améliorer l’expérience utilisateur et la sécurité sur les sites les plus visités pourrait donc logiquement freiner l’expansion de Adblock. Retour à l’envoyeur…

Posté le 2 février 2017 par L'Echo

Au banc d’essai: surveillez vos affaires avec GuardPeanut

Gp1

Nous avons déjà eu l’occasion de tester plusieurs gadgets intelligents capables de déclencher une alarme dès que quelqu’un s’empare de vos effets personnels. Le GuardPeanut de Sen.se va encore un cran plus loin. Ce petit appareil veille non seulement sur vos affaires, mais aussi sur tout ce qui peut se déplacer d’une manière ou d’une autre. Le volet de la chatière, par exemple, ou le couvercle de la boîte à biscuits.

Le GuardPeanut est le deuxième produit d’une gamme complète de capteurs intelligents que le développeur Sen.se s’apprête prochainement à commercialiser. Tout a commencé en septembre avec le ThermoPeanut, un petit thermomètre connecté. Entre-temps, le SleepPeanut et le MedPeanut ont également été annoncés. Le premier surveille votre sommeil, l’autre rappelle aux personnes qui suivent un traitement qu’il est de temps de prendre leurs médicaments. La famille accueillera bientôt quatre autres Sense.Peanuts (qui doivent en effet leur nom à leur forme de cacahuète), mais nous avons déjà de quoi nous occuper avec l’alarme antivol intelligente.

Coques colorées

Gp5

Extérieurement, rien ne distingue les Sense.Peanuts, si ce n’est leur couleur. Le GuardPeanut est proposé par défaut en vert, mais sa coque est amovible et la boîte contient également une variante orange, ainsi qu’un clip, un porte-clés et plusieurs autocollants pour fixer le capteur sur une porte ou sur votre ordinateur portable, par exemple. Chaque Peanut est alimenté par une pile bouton (fournie) d’une autonomie d’environ quatre mois et facile à remplacer par la suite.

L’app SensePeanut pour iOS et Android détecte et ajoute automatiquement le GuardPeanut. Vous pouvez ensuite lui attribuer un autre nom et une autre couleur (identique à celle de la coque choisie) et, si nécessaire, modifier la sensibilité du capteur. La fonction d’alarme peut être activée de deux manières : à distance via l’app, ou simplement en appuyant environ cinq secondes sur le seul et unique bouton du GuardPeanut. Après quelques bips brefs et une petite mélodie, le gadget est «armé» et déclenchera une alarme au moindre mouvement détecté, et ce tant sur votre smartphone que via le petit haut-parleur embarqué. Pratique: le volume de votre téléphone est alors automatiquement tourné au maximum, puis rabaissé. Vous pouvez aussi opter pour une «alarme silencieuse» et ne recevoir alors qu’une notification sur votre smartphone. Histoire de ne pas faire une peur bleue à votre chat lorsqu’il rentre à la maison, pour revenir à notre exemple de la chatière.

Pris la main dans le sac

Gp4

Le fabricant présente toutefois son GuardPeanut avant tout comme une alarme antivol, et ce notamment pour les affaires susceptibles d’échapper à votre attention. Pensez à un sac à main ou à un sac d’ordinateur laissé quelques minutes sans surveillance au café ou au restaurant, le temps d’aller aux toilettes ou de répondre à appel, par exemple. L’éventuel voleur sera alors, littéralement, pris la main dans le sac. Vous pouvez également glisser un GuardPeanut dans votre sac à dos ou dans la poche intérieur de votre manteau de marque, et ainsi vous offrir une petite sieste à l’aéroport en toute tranquillité. La liste des scénarios imaginables est bien sûr encore longue. Cette méthode de surveillance se révèle très efficace, à condition bien sûr que vous ayez effectivement activé la fonction d’alarme.

La communication entre le GuardPeanut et votre smartphone s’effectue par connexion Smart Bluetooth, d’une portée de 60 mètres – dans des conditions idéales. Ce n’est pas mal en soi, mais cela implique une restriction de taille: si vous n’êtes pas à proximité de l’objet surveillé, vous ne recevrez aucune notification lorsqu’un mouvement sera détecté. Le gadget n’est donc pas destiné à surveiller vos biens les plus précieux lorsque vous n’êtes pas à la maison. Cependant, le GuardPeanut conserve un historique de toutes les activités enregistrées. Dès que votre smartphone se trouve à nouveau à portée du capteur, ces données sont automatiquement synchronisées. Vous pouvez ainsi vérifier, a posteriori, si vos enfants se sont effectivement tenus à distance de la boîte de biscuits, ou à quelle heure le chat est rentré à la maison.

If This Then That

Gp3

Déjà commercialisé, le ThermoPeanut supporte depuis quelque temps IFTTT (If This Then That), et ce devrait bientôt aussi être le cas du GuardPeanut. Il sera alors possible d’associer toutes sortes d’actions aux enregistrements du capteur: une lumière intelligente Philips Hue qui s’allume lorsque vous ouvrez une porte, ou une caméra qui commence à enregistrer au moindre mouvement (suspect).

Le GuardPeanut coûte 29€, à l’instar de tous les autres SensePeanut. Les frais de port sont gratuits si vous commandez deux appareils en même temps sur le site Web.

Points forts et points faibles

+ Sérénité. Le capteur intelligent sonne l’alerte au moindre mouvement.

+ Double fonction. Fonctionne comme système antivol et comme détecteur de mouvements classique. Avec IFTTT, le gadget sera bientôt encore plus polyvalent.

+ L’app réunit tous les SensePeanuts sous un seul toit et est un exemple de facilité d’utilisation.

+ Le prix de 29 € est plus que correct.

- La portée sans fil de 60 mètres impose certaines restrictions: vous devez être à proximité du capteur, sans quoi vous ne recevrez aucune notification.

Michel van der Ven

Posté le 2 février 2017 par L'Echo

Partagez vos to-do lists avec iOS 10

Oubliez les post-its jaunes sur la porte du frigo: rédiger des to-do lists et les partager instantanément avec le reste de la famille n’a jamais été aussi facile qu’avec la nouvelle app Notes d’iOS 10 (iPhone/iPad) et OS X Sierra (Mac). Suivez le guide.

Votre compte iCloud vos permet déjà depuis belle lurette de synchroniser vos notes avec votre iPhone, votre iPad et votre Mac. La nouveauté est que vous pouvez désormais partager très facilement vos notes avec votre famille, vos collègues ou amis. Et dès que quelqu’un y apporte une modification, celle-ci apparaît automatiquement chez les autres utilisateurs. Les applications possibles sont innombrables, mais la liste de courses partagée est sans aucun doute notre préférée – surtout combinée avec la fonction « checklist », qui permet de cocher littéralement des éléments.

La méthode de partage des notes est exactement la même dans iOS 10 et OS X Sierra. Pour envoyer une invitation à quelqu’un : cliquez dans une nouvelle note ou dans une note existante sur le bouton représentant un portrait accompagné d’un signe « + ». Vous pouvez ensuite choisir d’envoyer l’invitation par e-mail, iMessage, WhatsApp ou autre. Dès que l’autre accepte l’invitation, les notes apparaîtront également dans son app Notes, à condition bien sûr qu’il dispose d’une connexion Internet. Les notes partagées sont clairement identifiées par l’icône « portrait ».

Michel van der Ven

Posté le 1 février 2017 par L'Echo

N’oubliez plus aucun mot de passe

Dashlane

S’il vous arrive d’aller réparer les ordinateurs de vos amis ou de votre famille, vous aurez très certainement déjà eu affaire à des personnes qui ne connaissent pas leurs mots de passe, les ont oubliés ou ne parviennent plus à les retrouver. Et ce alors qu’il existe de très bons gestionnaires de mots de passe. Dashlane, notre outil de la semaine, est même entièrement gratuit et disponible sur toutes les plateformes.

Nonobstant les scandales de piratage ayant éclaté ces dernières années, le mot de passe le plus populaire serait encore et toujours « 123456 », si l’on en croit une récente étude. De plus, de nombreuses personnes n’utilisent pas qu’une seule fois ces mots de passe aussi simples, mais bien sur des dizaines de sites Web et services. Naturellement, un mot de passe sûr tel que « bCu6iWK@TaCB » est impossible à retenir. Alors pourquoi ne pas confier cette tâche à un gestionnaire de mots de passe tel que Dashlane? Ce dernier en est d’ailleurs à sa quatrième version. Considérez le programme comme un coffre-fort solidement verrouillé, avec un cryptage AES256, dans lequel vous conservez tous vos mots de passe. Tout ce qu’il vous reste à retenir, c’est votre « master password »: votre code d’accès personnel au coffre-fort.

Score de sécurité

Dès que vous avez paramétré votre mot de passe principal, vous pouvez commencer à utiliser Dashlane sur un PC Windows ou Mac, mais aussi sur un iPhone ou un appareil Android via les apps Dashlane. Nous avons essayé la version pour Mac. Celle-ci a automatiquement retrouvé tous les mots de passe que nous avions sauvegardés dans notre navigateur, après quoi il nous a suffi de cliquer sur un bouton pour les ajouter à Dashlane. Pratique ! Le programme ne se contente d’ailleurs pas de conserver votre mot de passe, mais l’introduit également pour vous – si nécessaire. De cette manière, vous économisez chaque année cinquante minutes de votre temps, selon les créateurs de l’app, que vous passeriez normalement à introduire vos identifiants de connexion. Autre point pratique : le Security Dashboard. Cette fonction attribue un score de sécurité à vos mots de passe existants et vous donne des conseils pour les améliorer.

Dashlane se prête également à toutes sortes d’informations susceptibles d’être stockées dans un coffre numérique : des données concernant vos cartes de paiement et de crédit, votre carte d’identité et votre permis de conduire, les tickets de vos achats en ligne, et bien plus encore. Comme nous l’avons dit, la version de base du programme est gratuite. Pour 39,99 $ par an, vous pouvez opter pour la version Premium de Dashlane. Sa principale valeur ajoutée est que vous pouvez synchroniser vos mots de passe avec d’autres appareils, y compris votre smartphone, pour les avoir toujours sous la main. Le prix inclut également une sauvegarde en ligne, elle aussi solidement verrouillée, cela va sans dire.

Michel van der Ven

Posté le 31 janvier 2017 par L'Echo

Au banc d’essai: la caméra de surveillance Nest Cam Outdoor

Nestout1

Une caméra de surveillance intérieure ne vous avertit que lorsque les cambrioleurs sont déjà rentrés. Si vous préférez être prévenu un peu plus tôt d’une possible effraction, mieux vaut opter pour une caméra intelligente extérieure. Ces dernières semaines, nous avons permis à la nouvelle Cam Outdoor de Nest d’épier nos allées et venues.

Hormis son boîtier totalement différent, qui protège l’appareil contre les intempéries, la Cam Outdoor est en réalité identique à la Nest Cam d’intérieur. Ce nouveau modèle est à nouveau extrêmement bien construit, filme en qualité Full HD 1080p et dispose d’un objectif grand angle de 130° avec une excellente vision nocturne. Le système de notification fonctionne également de la même manière : dès que la Cam Outdoor détecte un mouvement, vous recevez une notification sur votre smartphone, votre Apple Watch ou par e-mail. Ce message contient également une photo de l’activité suspecte, mais celle-ci ne permet pas toujours d’en distinguer la cause. L’app Nest vous permet alors de voir en direct de tels moments, afin d’identifier de vos propres yeux la nature du problème. Si vous voulez également enregistrer une vidéo des activités (potentiellement suspectes) afin de pouvoir les revisionner ultérieurement, vous devrez souscrire un abonnement à Nest Aware. Nous reviendrons sur ce service cloud, qui se révèle d’ailleurs plus pertinent pour une caméra extérieure que pour une surveillance intérieure.

Nestout3

Nous avions déjà pu découvrir la fonction « Parler & écouter » sur la Nest Cam, mais elle s’avère ici encore plus utile. Votre smartphone vous permet ainsi d’interagir avec quiconque se présente à votre porte, même si vous n’êtes pas chez vous à ce moment-là. Vous pourrez ainsi effrayer des personnes douteuses (en faisant comme si vous étiez présent) ou indiquer à un livreur qu’il peut laisser le colis chez le voisin. Durant notre test de la Nest Cam, nous avions surtout utilisé cette fonction pour faire comprendre aux enfants qu’ils ne pouvaient pas sauter sur les fauteuils en cuir…

Wanted : prise de courant

L’installation logicielle de la Cam Outdoor est un jeu d’enfant : scannez le code QR avec votre smartphone, et la caméra est automatiquement ajoutée à votre compte Nest. L’installation physique, par contre, est une autre paire de manches, car, si la Nest Cam peut être simplement posée sur une table ou un meuble, la caméra extérieure ne vous dispensera pas de sortir votre foreuse et votre tournevis. Le défi consiste surtout à trouver un endroit adapté et à dissimuler proprement les 7,5 mètres (!) de câble qui pendent à l’appareil (3 mètres à la caméra et 4,5 mètres à l’adaptateur). La hauteur idéale pour la Cam Outdoor se situe à environ 3 mètres : la caméra peut ainsi couvrir votre allée ou votre jardin tout en restant hors de portée des petites mains… Quiconque essaiera de vous chiper la caméra sera de toute façon d’abord filmé, et l’appareil déclenchera encore une alerte. Les voleurs sont prévenus.

Nestout2

Pour l’alimentation électrique, Nest recommande une prise de courant extérieure, mais située à un endroit auquel les bandits ne peuvent pas accéder facilement, par exemple derrière un portail ou un abri. Si des brigands parviennent à débrancher la prise, ils auront en effet carte blanche. Vous recevez certes une notification « hors ligne » lorsque votre caméra n’est plus accessible, mais vous recevez exactement le même message en cas de panne de courant ou d’Internet. Vous ne savez donc jamais ce qui se passe dans un tel moment. Vous n’avez pas de prise de courant extérieure ? Faites-en installer une par un électricien ou tirez le câble « simplement » à l’intérieur, via un trou dans le mur (que vous devrez naturellement isoler).

Pour fixer le câble au mur, le fabricant fournit neuf serre-câbles et autant de chevilles et de vis. Dommage qu’il ne soit pas possible de raccourcir le câble de l’adaptateur : chez nous, les 4,5 mètres étaient beaucoup trop longs, nous obligeant à rester avec un horrible « rouleau ». Naturellement, il y aura sûrement des utilisateurs pour qui 4,5 m seront à peine suffisants ou même trop courts. Nous préférons néanmoins nettement la solution de la Netatmo Presence, une caméra de surveillance intelligente qui remplace votre lampe extérieure – sans câblage supplémentaire. Avec deux inconvénients toutefois : la Presence coûte cent euros de plus (299 € contre 199 €) et, sans une lampe extérieure existante, placée à un endroit qui se prête à une caméra, vous n’irez pas bien loin.

Aimant puissant

Saluons enfin la flexibilité de la Cam Outdoor. Un aimant extrêmement puissant logé dans le support vous permet d’orienter la caméra dans presque toutes les directions, sans que l’appareil ne se détache (elle pourrait aisément servir de perchoir à un aigle). L’autre côté du support, qui se fixe à la plaque murale, est lui aussi magnétique. Cela vous permet par exemple de « coller » la caméra sur une gouttière, si vous en avez la possibilité.

Nestout5

Une fois la Cam Outdoor suspendue, il n’y a plus grand-chose à dire. À l’instar de son homologue d’intérieur, l’appareil détecte réellement chaque mouvement. Précisément ce que l’on attend d’un tel gadget, mais à une différence près : il y a toujours quelque chose qui bouge sur votre allée ou dans votre jardin ! Tout d’abord des voitures, des cyclistes et des piétons qui passent, mais aussi des feuilles qui volent, vos poules dans le jardin, le chat des voisins, des arbres qui dansent dans le vent… Conséquence : vous recevez à tout bout de champ des notifications sur votre smartphone, dont 99 % de type « fausse alerte ».

La solution à ce problème s’appelle Nest Aware, le service cloud optionnel de Nest pour lequel il vous faudra débourser chaque année au moins 100 € (et 50 € par caméra supplémentaire). Nest Aware vous offre un historique détaillé de vos vidéos, qui vous permet de revisionner vos films. L’abonnement de base conserve vos vidéos pendant dix jours, la formule plus chère (300 € par an) pendant trente jours. De plus, Nest Aware vous permet de créer des « Activity Zones » : des zones de l’image que vous souhaitez surveiller plus particulièrement ou au contraire exclure, comme les activités innocentes de votre poulailler. Mais Nest Aware y ajoute encore une fonction supplémentaire, indispensable pour une caméra extérieure : « Advanced Alerts », un joli nom pour « précision ». En analysant les images, le service tient en effet compte de toute une série de facteurs supplémentaires, comme la distance jusqu’aux objets, les changements de couleurs ou de textures (comme un nuage qui passe devant le soleil), et même des sons subtils mais innocents, comme le coassement des grenouilles en arrière-plan. Depuis peu, Nest Aware distingue également les humains des animaux, ce qui vous permet de recevoir une notification (ou, le cas échéant : de n’être averti que) lorsqu’une personne entre dans le champ. Pour ce faire, Nest a recours au savoir-faire de Google, autre filiale de la maison mère Alphabet.

Nestout4

Résultat de tous ces algorithmes : la Cam Outdoor ne se trompe plus que rarement, voire jamais, et vous êtes ainsi nettement moins dérangé par de fausses alertes. Et si l’une ou l’autre devait lui échapper, vous pouvez la traiter dans la pratique avec la même nonchalance qu’une réaction Facebook : y jeter un œil, faire glisser, terminé. Votre première impression (légère préoccupation ou panique) disparaît donc aussitôt, et vous conservez votre tranquillité d’esprit.

Conclusion

La Cam Outdoor est sans nul doute aussi réussie que la Nest Cam. Utilisée seule, elle vous prévient avant qu’un cambrioleur ne s’introduise chez vous et, pour peu que vous l’associiez à une caméra intérieure, plus rien ne vous échappera. Et le service cloud payant Nest Aware ? À vrai dire, pour la Nest Cam, nous trouvons ce service – encore toujours – superflu. En effet, a priori, chaque mouvement dans votre maison est suspect si vous n’y êtes pas. Mais avec la Cam Outdoor, un tel abonnement est tout simplement essentiel. Vous ne serez ainsi pas dérangé à longueur de journée par des alarmes intempestives au moindre événement extérieur, mais uniquement lorsqu’il y aura vraiment un souci. Ce service est tout sauf bon marché, mais n’oubliez pas que vous ne payez que la moitié du prix pour chaque caméra supplémentaire.

Points forts et points faibles

+ Efficace. Rien ou presque n’échappe à l’attention de la Cam Outdoor, de jour comme de nuit.

+ Sérénité. Il vous arrivera certes de recevoir l’une ou l’autre fausse alerte, mais au moins aurez-vous la certitude que tout va bien chez vous. Sauf si quelque chose cloche réellement, bien sûr.

+ Parler & écouter. Fini les livreurs qui abandonnent négligemment vos colis devant chez vous. Ou effrayez de potentiels cambrioleurs en leur faisant croire que vous êtes à la maison.

- L’installation peut, dans certains cas, vous donner du fil à retordre. Optez de préférence pour une prise de courant extérieure dans un endroit inaccessible (aux voleurs).

- Abonnement payant. Nest Aware (àpd 10 € par mois) n’est pas obligatoire, mais nous le recommandons néanmoins pour une caméra extérieure.

Michel van der Ven

Posté le 30 janvier 2017 par L'Echo

Déclenchez en un instant avec votre smartphone

Fastercamera

Les meilleurs smartphones intègrent aujourd’hui des appareils photo d’une incroyable qualité. Mais le temps d’introduire votre code d’accès et de lancer votre app et le moment magique que vous vouliez immortaliser est souvent déjà passé. Heureusement, il existe une astuce pour sauter simplement toutes ces étapes.

L’iPhone dispose depuis iOS 5 d’une porte dérobée pour prendre ultra-rapidement des clichés. La nouvelle méthode introduite dans iOS 10 fonctionne encore plus vite, mais n’est plus expliquée nulle part. Il faut donc le savoir…

  • À partir du mode veille : enfoncez brièvement le bouton marche/arrêt, pour faire apparaître l’écran de veille.
  • Glissez simplement de droite à gauche et vous arrivez immédiatement dans l’app de l’appareil photo, prêt à photographier ou à filmer.

Toutes les autres fonctions de l’iPhone restent naturellement verrouillées, y compris votre album photo. Quelqu’un d’autre pourra donc faire des photos avec votre smartphone, mais ne pourra pas parcourir vos clichés.

Moins d’une seconde

Sur les smartphone Android, la méthode d’accès rapide à l’APN diffère d’une marque à l’autre. Sur les appareils Android 7.0 « purs », comme les Nexus 5X ou 6P, l’appareil photo se lance en appuyant deux fois d’affilée sur le bouton marche/arrêt. Il se peut que vous deviez encore activer cette fonction via Paramètres > Affichage > Double pression sur marche/arrêt pour caméra. Les téléphones des autres marques ne proposent pas toujours une telle fonction. Chez Huawei, elle se cache par exemple par défaut sous le bouton « – » du volume. Appuyez deux fois de suite dessus, et vous ouvrirez non seulement l’appareil photo, mais ferez également d’emblée une première photo. Tout cela se produit en moins d’une seconde (la durée exacte apparaît même brièvement à l’écran), de quoi vous permettre de saisir cet instant fugace. Enfin, d’autres marques placent simplement une icône de caméra sur l’écran de verrouillage, le plus souvent en bas à droite. Cette méthode est en réalité identique à celle de l’iPhone, jusqu’à iOS 9 inclus : il suffit de toucher l’icône ou de glisser votre doigt dessus et vous pouvez prendre une photo.

La méthode la plus simple de toutes nous est proposée par les Windows Phones. Ces appareils disposent d’usine d’un déclencheur séparé avec lequel vous pouvez activer directement la caméra à partir du mode veille.

Michel van der Ven

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Créez un site à partir de votre compte Facebook !

EkkoNon, créer un site web pour votre entreprise ou votre activité ne prend pas des lustres et ne demande pas forcément une armée de développeurs et un prix exorbitant ! La preuve en image et en texte avec Ekko, un service qui va créer un site en se basant sur votre compte Facebook.

L’idée est intéressante, surtout pour les petites entreprises qui n’ont pas forcément ni le temps ni les budgets pour créer un site web à partir de rien. En gros, Ekko va transformer votre compte Facebook en CMS. Cela signifie qu’une fois que votre site sera créé avec Ekko et lié à votre compte, toute publication sera automatiquement synchronisée et intégrée à votre site. Le seul travail qui vous sera demandé pour la création de ce site en synchronisation avec votre compte Facebook est le choix d’un modèle et l’association à un nom de domaine particulier.

Pour l’hébergement du site, le nom de domaine et bien entendu ce service de synchronisation avec votre compte Facebook, Ekko demande une vingtaine d’euros tout compris. Profite des deux semaines offertes pour vous faire une bonne idée des services proposés par Ekko

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Une belle alternative à Google Docs

BoxMarre de Google Docs ? Place à une belle alternative avec Box Notes, un outil collaboratif qui peut franchement trouver sa place parmi les grands acteurs du partage en ligne et de l’écriture collaborative.

Box n’est pas une nouvelle plateforme qui débarque sur le Net puisqu’elle propose depuis belle lurette un espace de stockage sécurisé qui a déjà conquis de nombreux utilisateurs. En sus de cet espace et pour suivre au mieux la concurrence, Box vient de lancer Box Notes. L’application permet la prise de notes et la création de documents, tout comme le fait Google Docs. Une URL unique est créée pour chaque document que l’on peut partager facilement avec les autorisations ad hoc. Les participants ont tous une icône d’identification pour repérer d’un seul coup d’œil qui fait quoi en temps réel sur un document. Les outils de mise en forme ne souffrent d’aucun défaut et sont excessivement simples à utiliser. Ajoutez-y un système de notification pour les personnes qui ne sont pas connectées lors d’une modification et vous obtenez un sérieux concurrent sur le marché des éditeurs en ligne.

Bref, Box notes est une belle réussite, tant d’un point de vue fonctionnalité que rapidité : aucune latence n’a été observée lors de nos tests. Pour terminer, sachez que le service est en cours de déploiement auprès de tous les utilisateurs du service de stockage en ligne de Box. Peut-être est-il temps de jeter un œil sur ce service également…

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

L’écriture collaborative en temps réel

PolynoteL’écriture à plusieurs mains demande obligatoirement que cela se passe en temps réel pour plus de rapidité, mais également un système performant de classement des notes, de comptes-rendus et autres écrits que l’on écrit habituellement en collaboration. Polynote propose justement tout cela.

Du côté de l’interface, il n’y a pas grand ’chose à dire : tout est simple et ergonomique, un enfant s’y retrouverait facilement. Comme déjà spécifié, les modifications apportées à un texte sont vues en temps réel par tous les collaborateurs. Il suffit que ces derniers suivent le lien que l’application en ligne leur a envoyé pou se retrouvé directement sur l’interface. Notez au passage la possibilité d’afficher l’éditeur en pleine page pour éviter toute distraction. Une fonctionnalité permet également de directement publier votre note sous la forme d’une page web avec une URL créée automatiquement par Polynote pour la consultation. La plateforme aide également à l’organisation de vos notes dans des dossiers ou en tant que projets particuliers.

Cet éditeur de textes collaboratif et en ligne n’est malheureusement proposé gratuitement qu’une quinzaine de jours pour effectuer vos tests. Après cette période d’essai, il vous en coûtera 20 euros par an.

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Enregistrez ce qui se passe sur votre écran

VieweditPour réaliser un tutoriel vidéo, expliquer l’une ou l’autre manipulation à ce collègue qui n’a aucune idée de comment utiliser l’un ou l’autre logiciel, il n’y a rien de mieux que l’enregistrement de ce qui se passe sur votre écran. Viewedit propose ce service, gratuitement et sans publicité.

Viewedit se présente sous la forme d’une petite extension à installer dans votre navigateur Chrome. Une fois cette extension en place et les accès à votre webcam et micro accordés, un seul clic sur le bouton situé dans la barre d’outils de votre navigateur suffira pour lancer l’enregistrement de ce qui se passe dans Chrome ou sur votre écran entier. L’accès que vous avez accordé pour le micro et la webcam va vous permettre d’enregistrer votre voix et d’ajouter votre joli minois en médaillon de la vidéo. Une fois votre vidéo terminée, il ne vous restera plus qu’à la partager par email ou sur les réseaux sociaux d’un seul nouveau petit clic.

Toutes les vidéos sont conservées sans aucune limite de temps. Lorsque quelqu’un suit le lien que vous avez envoyé par email ou sur les réseaux sociaux, vous en serez automatiquement averti. Le seul bémol à cette plateforme qui collectionne les qualités : il n’est pas possible de télécharger la vidéo sur votre PC ni de l’intégrer dans un site via un code. Presque parfait donc !

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Déchets électroniques: on peut faire mieux!

DeeePlusieurs articles sur des sites originaires de l’hexagone mettent en avant les bons résultats du recyclage des déchets électriques et électroniques (DEEE) en France. Une bonne nouvelle a priori mais ce serait oublier non seulement tous les déchets dormant dans les armoires mais également la forte hausse des déchets électroniques que connait pour l’instant l’Asie.

Alors qu’une directive européenne de 2012 prévoyait un taux de recyclage atteignant 65% (environs entre 14 et 17 kg par habitant selon différentes sources) pour les déchets électriques et électroniques, nous sommes encore loin du compte. Une nouvelle étude portant sur les ce type de déchets montre bien une progression de 10% du recyclage en France en 2016, mais nos voisins français sont encore loin du compte : seulement 49,2 % des appareils électriques et électroniques. En Belgique, nous oscillons aux alentours de 12 kg par habitant, ce qui nous place dans le groupe de tête, mais reste encore insuffisant. Le problème provient, tant en France qu’en Belgique, des appareils dit « dormants ». Ce sont les anciens appareils rendus obsolètes par cette course effrénée pour la nouveauté (exemple parmi d’autres : 12 versions de l’iPhone en 10 ans) ainsi que par l’obsolescence programmée. En Belgique, ce ne serait pas moins de 3 millions de GSM qui dormiraient dans les armoires !

L’autre mauvaise nouvelle concerne l’Asie qui voit une véritable explosion de ses DEEE non seulement causée par l’Europe qui en a fait sa déchetterie, mais également par l’émergence d’une classe moyenne qui entre aussi dans le cercle de la surconsommation électronique. Les mauvais résultats en terme de DEEE de l’Europe et du monde entier en général vont produire une masse encore plus importante de déchets, on parle de 50 millions de tonnes en 2018 ! À vos tiroirs et direction le parc à conteneur !

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

L’hyperloop en gare de Toulouse

HyperloopHyperloop Transportation Technologies (HTT), l’une des sociétés travaillant sur le développement du train supersonique imaginé par Elon Musk, va prendre ses quartiers chez nos voisins français, à Toulouse plus précisément.

Alors que HTT va plus que certainement signer un accord pour construire une ligne pour son futur train Hyperloop entre la ville de Brno en Tchéquie et Bratislava en Slovaquie, c’est à Toulouse, sur un ancien site militaire que l’entreprise a décidé d’installer son centre de recherche et développement. Pourquoi là ? Tout simplement parce que la ville de Toulouse héberge de nombreuses sociétés de l’aérospatial Européen qui sont des partenaires dans le projet Hyperloop. L’autre raison de ce choix tient à la présence de nombreux jeunes ingénieurs et étudiants spécialisés qui s’engageront certainement avec enthousiasme dans ce projet crowdsource. Il ne faut en effet pas oublier que les « employés » travaillent en échange non pas d’un salaire, mais de stock-options.

HTT installera non seulement un centre R&D, mais également une académie et un laboratoire. De plus, la société doit également tisser des partenariats pour concevoir le transport des passagers entre le centre-ville et la gare Hyperloop. Même si le nombre d’emplois n’est pour l’instant pas très important, il est certain que la ville de Toulouse vient de gagner une belle option sur l’avenir !

 

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Des applications Android utilisables sans devoir les installer

AndroidGoogle a présenté une toute nouvelle fonctionnalité : Google Instant Apps. Cette fonctionnalité vous dispensera d’installer une application pour pouvoir l’utiliser sur votre terminal Android.

Que ce soit pour tester une application, ne l’utiliser qu’une seule fois ou encore pour gagner de l’espace de stockage sur votre smartphone ou tablette Android, les raisons ne manquent pas d’utiliser une application sans devoir l’installer. Pour toutes ces raisons, Google travaille sur la fonctionnalité Google Instant Apps. Des éditeurs sont d’ores et déjà impliqués dans le redéveloppement de leurs applications pour acquérir une compatibilité avec cette nouvelle fonctionnalité, il s’agit de Periscope, Viki, Wish et le tout aussi connu Buzzfeed. Le principe repose sur la segmentation des applis en module de 4 Mo maximum pouvant être lancé séparément à partir d’un lien. Une fois le module fermé par l’utilisateur, il disparaît de son terminal Android.

Google Instant Apps sera on ne peut plus utile pour les applications qui sont utilisée une ou deux fois tout au plus ou encore pour passer outre la fragmentation des versions Android : la fonctionnalité sera supportée jusqu’à Jelly Bean, c’est-à-dire la version Android sortie en 2012 ! Néanmoins, le risque est que les éditeurs ne suivent pas la même démarche. Comment en effet, fidéliser un utilisateur si celui n’est plus obligé d’installer une application ?

 

Posté le 27 janvier 2017 par Vincent Papaleo

Le cœur authentifié

NimybandLes bons vieux mots de passe, bien qu’ayant encore la vie dure, vont petit à petit faire place à d’autres méthodes d’authentification, plus fortes et donc plus sécurisées. Le français AtoS prend d’ores et déjà en compte ce bouleversement dans les méthodes d’authentification en intégrant la biométrie dans un bracelet, un bracelet qui permettra l’accès à des applications sensibles.

Dédié plus particulièrement au monde de la santé, aux entreprises pharmaceutiques et aux laboratoires, le bracelet Nymi Band permettra à son porteur d’accéder à un réseau de connexions Bluetooth et NFC. Le bracelet va faciliter la vie aux équipes de chercheurs et aux techniciens travaillant dans des secteurs sensibles puisqu’ils ne devront plus entrer de mot de passe pour accéder à l’un ou l’autre terminal, gardant de fait les mains totalement libres. Le bracelet utilisant un mode d’authentification basé sur la fréquence cardiaque de son porteur, une fois enlevé de son poignet, il se désactive et devient complètement inutile.

Ce mode d’authentification à distance et basé sur la biométrie va prendre de plus en plus d’ampleur, non seulement pour l’accès aux terminaux, mais également pour chiffrer des informations. Aux États-Unis, de nombreux chercheurs planchent par exemple sur une méthode de chiffrement basé sur le rythme cardique pour protéger les données médicales. Il n’est donc plus si loin ce moment où, simplement à votre approche, votre PC, votre tablette ou votre smartphone se lancera tout seul et s’authentifiera selon votre profil cardiaque…

Suivez T-zine aussi sur Twitter Facebook RSS