Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 24 février 2017 par L'Echo

T-zine tire sa révérence

KnopOFFNous n’irons pas par quatre chemins : vous lisez actuellement la toute dernière T-zine. Cette newsletter a vu le jour il y a plus de 20 ans, le 31 mai 1996, sous forme de rubrique de De Tijd, avant de se voir adjoindre une version francophone en 2007. Aujourd’hui, le moment est venu de tirer notre révérence.

Vous ne recevrez donc plus d’autres e-mails de notre part et nous ne publierons plus de nouveaux articles sur tzine.be. Mais rassurez-vous, nous ne disparaîtrons pas totalement. L’ensemble des archives restera encore consultable – soit plus de 10 ans d’astuces, de tests, de sites Web, avec toujours cette approche pratico-pragmatique. Et puis, les pages (en ligne) de L’Echo continueront de s’intéresser à l’univers des technologies et d’Internet.

Enfin, nous tenons à vous remercier chaleureusement de nous avoir fait une petite place dans votre boîte de réception. Nous sommes fiers d’avoir fait partie de vos habitudes de lecture, et ce que vous nous ayez rejoints dès le début ou en cours de route.

Raphael Cockx et Vincent Papaleo

Posté le 24 février 2017 par L'Echo

Logitech invente un pointeur laser « antistress »

Spotlight1Ne qualifiez surtout pas la nouvelle Télécommande de Présentation Spotlight de Logitech de « pointeur laser ». Ce gadget aux nombreuses fonctionnalités ne saurait être comparé au pointeur classique que l’on retrouve dans la plupart des salles de conférence. En effet, Logitech propose ici un accessoire conçu pour aider l’utilisateur à booster ses présentations, et lui donner ainsi bien plus d’assurance. Une app est également disponible pour régler la Spotlight au gré de vos envies.

Cette télécommande est en réalité un système avancé de pointage qui propose au présentateur différents outils. Il est ainsi possible de marquer ou d’agrandir certaines informations sur l’écran, au pixel près, pour mettre en lumière le cœur de votre argumentation. La Spotlight dispose de plus d’un curseur de type « souris » pour lancer des vidéos, ouvrir des liens, etc. Avec une portée de trente mètres, la technologie Bluetooth offre de plus une appréciable liberté de mouvement et vous permet de parcourir votre diaporama sans entrave. Si vous avez oublié de recharger votre Spotlight, pas de panique : branchez-la une seule minute dans un port USB de votre ordinateur et vous êtes reparti pour trois heures d’autonomie.

Alertes de vibration

Spotlight2« Donner une présentation est souvent source de stress, constate Marcel Stolk, responsable du Creativity & Productivity Business Group chez Logitech. Le principal écueil rencontré par beaucoup de personnes est un manque de confiance en soi, qui se traduit par une nervosité palpable. La Spotlight est facile à utiliser et offre de nouvelles possibilités d’interaction avec votre public, qui ne sont pas possibles avec un pointeur laser souvent difficile à suivre. »

Grâce à l’app Spotlight dédiée, vous activez le mode de présentation idéal, vous réglez une minuterie ou d’autres alertes par vibration, et vous contrôlez les fonctions plus avancées, comme le réglage du volume, à l’aide de gestes de la main. Logitech promet en outre des mises à jour régulières qui ajouteront à l’avenir de nouvelles fonctionnalités. La Spotlight est compatible avec toutes les apps populaires de présentation, se décline en quatre coloris (or, argent, gris foncé, slate) et est vendue au prix de 129,99 euros.

Michel van der Ven. Traduit par Sébastien Renard

Posté le 24 février 2017 par L'Echo

Odrive : le cloud qui réunit tous les clouds

OdriveL’expression « stockage dans le cloud » vous fera sans doute directement penser à des services en ligne tels que Dropbox et OneDrive. Mais sur Facebook, Gmail et Instagram aussi, vous sauvegardez, peut-être même sans vous en rendre compte, toutes sortes de données dans le cloud, comme des photos, des vidéos et des pièces jointes d’e-mails. Odrive vous facilite la vie en vous proposant de gérer toutes ces données, de les synchroniser et – surtout – de les partager avec vos collègues ou amis.

Odrive se révèle extrêmement facile à prendre en main. Pour vous y connecter, vous pouvez utiliser vos identifiants Facebook, Google, Microsoft ou Dropbox. Pas d’inquiétude : vos comptes restent en sécurité, vous autorisez simplement Odrive à communiquer avec les autres services. Une fois connecté, vous pourrez également associer tous vos autres services cloud à Odrive, via la fonction Link Storage. Tous les grands noms sont présents, une vingtaine au total, et les protocoles standards tels que FTP et WebDAV sont également parfaitement supportés.

Mot de passe et date de péremption

Du reste, Odrive fonctionne de la même manière que Dropbox ou OneDrive, pour ne citer qu’eux, à la différence près que vous accédez aux fichiers et dossiers de tous les services associés via un seul et même compte. Depuis ce nouveau hub, vous pouvez partager aussi facilement un PDF sur Box.com qu’un dossier de photos hébergé sur Google Drive. Odrive génère pour cela en un tour de main un lien que vous pouvez, le cas échéant, munir d’un mot de passe et d’une « date de péremption ». Autre point appréciable, les Spaces d’Odrive sont des espaces virtuels dans lesquels vous pouvez proposer en téléchargement différents fichiers provenant de plusieurs services cloud. Une liste de membres vous permet même de choisir qui peut accéder à quels Spaces.

Odrive est également décliné en programme pour Windows et Mac OS pour synchroniser des fichiers dans le(s) cloud(s) avec votre ordinateur, avec la possibilité d’indiquer précisément pour chaque service quels fichiers vous souhaitez ou non télécharger. Nous avons trouvé cette fonction particulièrement commode pour nos photos sur Facebook : il vous suffit de cliquer, sur votre ordinateur, sur le dossier choisi (Photos de profil, Photos de vous, Téléchargements mobiles ou un de vos albums) et les clichés ou vidéos y apparaissent automatiquement.

La version de base d’Odrive est gratuite et, en tant que nouvel utilisateur, vous pouvez également essayer sans frais l’abonnement Premium payant. Pour 99 euros par an, il vous offre principalement des possibilités plus avancées comme le chiffrage des dossiers, un contrôle supplémentaire sur le processus de synchronisation (avec des règles par dossier) et une fonction Unsync, utile pour récupérer de l’espace disque.

Michel van der Ven

Posté le 24 février 2017 par L'Echo

Passez au crible votre réseau Wi-Fi (et accélérez-le)

XirrusIl vous sera sans aucun doute déjà arrivé de vous dire que votre réseau Wi-Fi ramait. Mais la cause d’un tel ralentissement – et le moyen de l’éviter – échappe généralement à l’utilisateur lambda. Du moins, avant. Car aujourd’hui, le WiFi Inspector de Xirrus, un programme gratuit pour Windows et Mac OS, vous aide à résoudre un tel problème.

La principale raison d’un réseau Wi-Fi « hoquetant » réside dans les perturbations occasionnées par les autres réseaux sans fil, provenant le plus souvent des routeurs de vos voisins. Avec Xirrus WiFi Inspector, un simple clic suffit pour visualiser tous les réseaux présents dans votre environnement. Bien pensée, la fonction Radar vous montre même sous forme de graphique d’où proviennent les autres signaux, et leur puissance respective, exprimée en dBm.

Les informations les plus intéressantes sont néanmoins réunies sous l’onglet « Network ». Vous y voyez en effet précisément quels canaux et quelles fréquences utilisent les autres réseaux. Si plusieurs voisins utilisent le même canal radio, changez immédiatement le vôtre. Sur la bande 2,4 GHz, mieux vaut en principe choisir les canaux 1, 6 ou 11 : ce sont les seuls dont les signaux ne se chevauchent pas. Si vous pouvez vous mettre d’accord avec vos voisins pour que chacun n’utilise qu’un seul de ces canaux, vous améliorerez la vitesse et la fiabilité de chaque réseau. Pour changer de canal, il suffit généralement de passer par le menu de réglage de votre routeur.

Xirrus WiFi Inspector contient également d’autres outils pour tester la qualité et la vitesse de votre connexion, même s’il ne s’agit le plus souvent que de liens vers des programmes de mesure en ligne bien connus tels que Pingtest.net et Speedtest.net. Ces tests sont pratiques pour pouvoir constater immédiatement l’impact de certaines modifications – de la sélection d’un autre canal à l’orientation manuelle des antennes de votre routeur. Envie d’aller plus loin ? N’hésitez pas à consulter le manuel d’utilisation (intégré) du logiciel, dans lequel toutes les fonctions sont expliquées en détail (en anglais). Comme dit en préambule, Xirrus WiFi Inspector est gratuit, en échange de quoi le développeur ne vous demande que quelques informations via un court processus d’enregistrement.

Michel van der Ven

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

La curation sans limites

KumbuLa grande famille des outils dédiés à la curation et au partage de contenus web accueille un nouveau venu : Kumbu, un service qui va un cran plus loin que la plupart de ses concurrents…

La particularité de Kumbu réside principalement dans sa capacité non seulement à sauvegarder un lien mais également des pages entières tirées de sites web ou de blogs. En sus de cette fonctionnalité plutôt pratique, Kumbu propose d’archiver le contenu d’e-mails depuis Gmail ainsi que les publications faites sur pratiquement tous les réseaux sociaux. Pour les retrouver, aucun souci : tout est organisé par collection et par ordre chronologique, et ce, quel que soit le format du contenu. Un système de tag est également mis à disposition pour filtrer vos résultats plus aisément. Pour réaliser la curation en elle-même, il vous suffira d’installer une petite extension dans votre navigateur Chrome. Un simple clic sur le bouton Kumbu niché dans votre navigateur et vous pourrez lancer votre première collecte. Kumbu intègre bien entendu une fonctionnalité de partage afin de faire profiter vos collègues, vos amis ou votre famille de vos trouvailles.

Dernière bonne nouvelle concernant Kumbu : le service est entièrement gratuit. Peut-être est-ce dû au fait que le service soit encore en version bêta, donc, profitez-en tant qu’il est encore temps !

 

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Chime, le nouveau concurrent de Skype et de Hangouts

ChimeDans le monde de la communication professionnelle et privée, il est difficile de passer à côté des grands noms que sont le Skype de Mircrosoft et le Hangouts de Google. Pourtant, un troisième géant vient se jeter dans la mêlée : Amazon avec son tout nouveau service Chime.

Du côté des fonctionnalités, Chime n’a certainement pas à rougir par rapport à la concurrence puisque cet outil de communication sécurisé peut être tout autant utilisé pour le tchat que pour des vidéoconférences ou encore des appels. De même, il offre la possibilité aux utilisateurs de partager facilement du contenu et son écran. Chime offre une haute qualité, tant au niveau du son que de la vidéo et offre des salles de réunion virtuelles pouvant accueillir jusqu’à 16 participants sur PC et 8 sur smartphone. En parlant de smartphone, notez qu’il est possible de lancer une conférence sur un PC et de la poursuivre sur votre smartphone ou une tablette, ce qui est on ne peut plus pratique !

Amazon Chime peut être utilisé gratuitement durant 30 jours pour vous faire une idée de ses capacités. Après cette période, vous ne devrez rien sortir de votre portefeuille si vous lancez des appels ne comprenant que 2 participants. Pour 15 euros par mois et par participant, vous pourrez accéder à la version professionnelle, une version qui lève les limitations et offre également de belles fonctionnalités complémentaires comme, par exemple, l’enregistrement intégral de votre conférence.

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Automatisez vos procédures en un tournemain !

IntegromatL’automatisation de tâches telles que l’envoi d’e-mail, la sauvegarde d’images trouvée sur les réseaux sociaux sur un Cloud ou encore la notification d’évènements particuliers n’est pas seulement l’apanage des informaticiens, surtout si vous utilisez les services d’Integromat !

Pour résumer à l’extrême, Integromat automatise de nombreuses tâches en interconnectant divers services en ligne les uns aux autres et déclenche ces tâches selon certaines conditions ou évènements. Pour vous lancer dans ce service, le mieux est encore d’utiliser une tâche déjà construite sur la plateforme, de choisir un service en tant que point de départ, un deuxième service pour le faire interagir et le tour est joué. En pratique et pour donner un exemple, vous pourrez facilement envoyer automatiquement un e-mail lorsqu’une nouvelle publication apparait dans un flux RSS. Bien entendu, ce type de flux est très simple et, au fur et à mesure que vous appréhenderez le service, vous pourrez complexifier vos procédures en leur ajoutant d’autres services et des filtres.

La force d’Integromat réside dans sa simplicité d’utilisation et son ergonomie qui mettent à portée de pratiquement tout le monde la création de processus complexes. Le tout est gratuit jusqu’à mille opérations par mois et un transfert de données ne dépassant pas 100 Mo. Il faudra donc passer à un abonnement payant de pratiquement 9€ par mois pour se débarrasser de ces limitations.

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Regardez des vidéos Youtube en mode collaboratif

DroomeDroome est un petit service bien sympathique qui propose de regarder des vidéos à plusieurs, en temps réel et d’en discuter entre spectateurs.
Droome permet de lancer une recherche sur les vidéos en cours de lecture sur sa plateforme ainsi que sur les canaux créés par les membres de sa communauté.

Après une rapide inscription, vous pourrez créer votre propre salle pour partager et lire des vidéos Youtube en ligne, à plusieurs et de manière synchrone. Il suffira d’ajouter les vidéos dans votre salle en lançant une simple recherche ou en spécifiant l’URL. Dans la colonne de droite, vous trouverez une messagerie instantanée pour lancer les discussions entre vous ainsi que l’URL unique de votre salle virtuelle. Notez qu’il est possible d’éviter l’inscription, mais, dans ce cas, la salle virtuelle ne survivra que 24 heures et la messagerie instantanée ne sera pas disponible, ce qui est bien peu pratique.

Droome est entièrement gratuit mais souffre de quelques petits défauts de jeunesse que les développeurs devront impérativement corriger : la version française est en effet loin d’être une réussite et le mode « sans inscription » est pratiquement inutilisable. Le service devrait néanmoins se montrer plus qu’utile dans un cadre de formation ou tout simplement pour visionner à distance des vidéos Youtube en famille ou entre amis.

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Un drone pour remplacer les abeilles ?

DroneLes mises en garde des apiculteurs et de toutes les organisations de protection de la nature ne semblent pour l’instant pas suffire : les abeilles continuent de mourir en masse avec les conséquences que l’on devine sur le processus de pollinisation et la biodiversité. Dans l’éventualité d’une catastrophe, certains voient dans les drones une planche de salut.

Au Japon, des chercheurs du National Institute od Advanced Industrial Science ont développé et conçu un drone pollinisateur. Ce drone a même été testé plus ou moins avec succès puisque ce drone a collecté du pollen d’une fleur de lys mâle et l’a déposé sur une fleur de lys femelle. Le quadricoptère miniature et télécommandé était équipé au niveau du ventre d’une bande de crin de cheval enduite d’un gel adhésif afin de collecter le pollen. Il a suffi à l’équipe de chercheurs de faire voler le drone de telle manière qu’il vienne effleurer une fleur mâle et une fleur femelle pour effectuer la pollinisation.

Ce drone n’est pas autonome, n’a aucune capacité de géolocalisation ni intelligence artificielle et même s’il était équipé de tous ces atouts technologiques, il ne parviendrait pas à la cheville des insectes. Cette tentative de pollinisation par des drones ne doit cependant pas être jugée comme pathétique, les chercheurs eux-mêmes la décrivant plus comme une aide pour les insectes pollinisateurs que comme une alternative crédible. Il ne reste plus qu’à sauver les abeilles…

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Une batterie révolutionnaire qui tient 10 ans en développement à Harvard

BatterieLa batterie ultime serait-elle en cours de développement à l’université de Harvard ? Si l’on en croit les chercheurs et en examinant les caractéristiques de cette batterie, on peut sans conteste répondre par l’affirmative…

À titre de comparaison, une batterie classique Lithium-Ion ne tient pas plus d’un millier de cycles complets charge-décharge tandis que celle en développement au sein de la célèbre université ne perdrait que 1% de sa capacité après le même nombre de cycles. Pour faire bref, ce type de batterie tiendrait près de 10 ans ! Le rêve pour les consommateurs, un cauchemar pour les constructeurs de smartphone ! Pour atteindre un tel résultat, les scientifiques utilisent un liquide composé de molécules organiques de ferrocène et de l’eau pH neutre. Cette technologie est donc non seulement non-toxique, contrairement aux batteries lithium-ion, mais également moins coûteuse puisque la membrane de séparation des deux parties d’une même batterie peut être construite en matériaux bon marché en lieu et place des polymères utilisés dans une batterie classique.

Il ne faut bien entendu pas crier victoire trop tôt : la batterie développée par ces chercheurs de Harvard n’en est pour l’instant qu’au stade du prototype et le chemin est encore long avant une potentielle mise sur le marché. Si cette batterie révolutionnaire tient vraiment toutes ses promesses, chaque foyer pourra stocker facilement de l’énergie éolienne ou photovoltaïque dans un accumulateur, le problème du stockage de l’énergie électrique sera pratiquement résolu ! Il ne reste plus qu’à croiser les doigts…

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Une IA pour l'électroménager

DysonLe constructeur Dyson, surtout connu pour ses aspirateurs, ne veut en aucun cas rater le train de la domotique et de l’Antelligence Artificielle. Et pour prendre ce train, le groupe a ouvert un tout nouveau centre de recherche et développement à Singapour.

Même si Dyson a déjà lancé sur le marché des aspirateurs-robots complètement autonomes, le constructeur d’appareils électroménagers se doit d’innover pour poursuivre sa croissance. Pour y parvenir, Dyson a injecté pas moins de 561 millions de dollars dans un tout nouveau centre de recherche basé à Singapour. Ce centre sera spécialisé dans la recherche en robotique et en Intelligence Artificielle.

Le groupe britannique ne cache pas son intention : produire des aspirateurs, des sèche-cheveux ou encore des ventilateurs connectés et équipés d’une Intelligence Artificielle. Les robots domestiques sont à nos portes…

Posté le 17 février 2017 par Vincent Papaleo

Les internautes peuvent être pistés même en changeant de navigateurs

NavigateursPour éviter d’être pisté sur le Net, cela ne suffit pas de vider le cache du navigateur, et ce, pour une simple et bonne raison : la constitution d’une empreinte constituée par les caractéristiques du navigateur. Changer de navigateur pour éviter la construction de cette empreinte et le pistage qui s’ensuit est donc la seule solution, mais peut-être plus pour longtemps….

Des chercheurs des universités de Lehigh et Saint Louis ont développé un nouveau type d’empreinte qui ne se base plus sur le navigateur, mais bien sur les caractéristiques de l’ordinateur utilisé par l’internaute. Pour créer ce nouveau type d’empreinte, les chercheurs se servent des API (Application Programming Interface) du système ainsi que des ressources matérielles de l’ordinateur qui, habituellement, ne changent pas. Les tests menés sur près de 2000 utilisateurs montrent que cette technique de pistage atteint un taux de réussite de 99,2% !

Les chercheurs ne veulent pas vendre leur développement – le code source est d’ailleurs disponible en Open Source sur Internet – mais plutôt démontrer qu’il est possible de créer une empreinte qui ne soit pas liée au navigateur. Néanmoins, la technique n’est pas encore tout à fait aboutie et un navigateur résiste encore et toujours à l’envahisseur : Tor Browser. Le navigateur sécurisé bloque en effet des fonctionnalités et des technologies utilisées par les chercheurs pour créer leurs empreintes.

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

Convertissez des fichiers PDF en un tournemain !

PdfcandySi vous êtes un utilisateur régulier du format PDF, vous rencontrez souvent la même problématique avec ce type de fichier : comment convertir un fichier PDF dans un autre format et vice-versa. La solution ? PDF Candy !

Il n’y a rien de vraiment compliqué à expliquer au sujet de ce service, vous comprendrez tout dès la page d’accueil sur laquelle vous trouverez tous les différents formats de conversion. Une fois votre fichier à convertir chargé sur le système, les serveurs de PDF Candy se chargeront du travail. Vous pourrez également changer le découpage de vos pages, les assembler, compresser le fichier, le protéger, ajouter un filigrane ou effectuer une rotation. Si vous n’avez plus d’autres manipulations à appliquer à votre nouveau fichier, il ne vous restera plus qu’à le télécharger sur votre disque dur.

PDF Candy n’est bien entendu pas la seule plateforme proposant ce type de service, mais ici vous aurez droit à une relativement bonne qualité de conversion, à la gratuité et à une interface exempte de toute publicité.

 

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

Du dessin vectoriel simple et rapide

VecteezyLes logiciels qui se dédient au dessin vectoriel sont souvent de véritables usines à gaz difficilement utilisables pour les novices. Sauf si vous utilisez l’éditeur en ligne proposé par Vecteezy

Le leitmotiv de Vecteezy pourrait être « keep it simple ! ». Oubliez en effet toute inscription ou autre installation d’add-on sur votre navigateur : tout reste simple d'utilisation. Un dessin d’exemple vous est même proposé dès votre arrivée sur le site. Vous pouvez facilement importer un fichier dans Vecteezy et même utiliser un fichier svg que la plateforme supporte sans aucun problème. Au niveau des outils d’édition, rien de bien compliqué, même pour un débutant. Le travail peut ensuite être sauvegardé en ligne pour y revenir ultérieurement ou être exporter dans un format bmp, png et, cela va de soi, svg.

Vecteezy est gratuit et sans aucune publicité. On regrettera donc uniquement l’impossibilité de gérer les calques, un défaut qui ne devrait embêter que les plus habitués au dessin vectoriel et ceux qui veulent absolument utiliser des fonctionnalités plus poussées.

 

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

Le diffuseur de présentations

BeamiumLa plupart du temps, les éditeurs de présentations en ligne vous aident à réaliser de superbes présentations, avec de beaux rendus, l’intégration de média ou encore des liens, mais une fois cette préso terminée, il est parfois difficile de la récupérer et de la diffuser en direct à votre auditoire. C’est là que Beamium intervient.

Le service se charge donc de diffuser en direct et en temps réel votre présentation PDF et ce, sans devoir installer un quelconque logiciel ou module dans votre navigateur puisqu’il suffit de glisser et déposer le fichier PDF directement sur la page de Beamium. Une fois votre fichier en place, vous recevrez un lien à partager avec les participants, qu’ils suivent la réunion à distance ou sur place. Ils suivront votre présentation slide après slide, en temps réel, et pourront réagir à celle-ci soit durant la présentation, soit à la fin. Notez au passage qu’il est possible pour les participants de télécharger la présentation si tel est votre souhait à la fin de la conférence.

Le système proposé par Beamium est simple d’utilisation, rapide et gratuit si vous limitez la présence en ligne de votre présentation à deux semaines. Dans la version payante, vous aurez la possibilité bien entendu de laisser la présentation en ligne le temps que vous voulez, mais également d’analyser le succès de votre présentation et de récolter des données de contact.

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

Rendez vos vidéos interactives

H5pDans un cadre pédagogique, la vidéo est un support largement apprécié par les formateurs. Ils savent également que rendre une vidéo interactive, c’est avoir la certitude que leur public sera attentif et participera beaucoup plus à la leçon ou la formation. H5P est justement un outil formidable pour transformer vos simples vidéos en véritables outils interactifs.

Pour ajouter une vidéo dans l’éditeur de H5P, rien de plus simple : indiquez tout simplement l’URL Youtube sur laquelle le système pourra récupérer la vidéo ou fournissez directement une vidéo stockée sur votre disque dur. Attention qu’il y a une limite de taille : 16 Mo. Indiquez le titre et une rapide description avant de vous lancer dans l’intégration d’outils interactifs. Ces derniers peuvent être glissés et déposés sur la vidéo au moment désiré lors de la lecture. Les interactions peuvent ^rendre la forme de textes, d’images, de boutons, de liens web et bien entendu des questions à choix simples ou multiples. Notez au passage que la correction de ces questions est immédiate pour renforcer la compréhension de l’apprenant. Un récapitulatif des résultats peut être inséré en toute fin de lecture de la vidéo. La vidéo rendue interactive peut finalement être sauvegardée sur la plateforme et être lancée via un lien unique.

H5P est un outil très puissant qui devrait ravir les professionnels de la formation, non seulement pour sa simplicité d’utilisation, mais également pour ses nombreuses fonctionnalités et, surtout pour sa gratuité !

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

De l’acide gastrique comme source d’énergie pour les médicaments électroniques

GeluleSi vous vous souvenez encore vaguement de vos cours de physique et de chimie, vous savez déjà que la plupart des piles et autres batteries fonctionnent avec de l’acide. Le MIT a utilisé cette vieille technique pour produire du courant avec de l’acide chlorhydrique, un acide produit par notre bon vieil estomac !

Mais pourquoi donc concevoir un générateur qui fonctionne à l’acide gastrique ? Tout simplement pour alimenter en énergie des médicaments électroniques qui pourraient, par exemple, diffuser un traitement spécifique, à un moment donné. Le MIT a donc développé un microgénérateur à base d’acide gastrique, un générateur de la taille d’une grosse gélule et comprenant un capteur de température et un transmetteur radio de 900 MHz ! En entrant en contact avec l’acide gastrique, ces deux pièces du générateur agissent en tant qu’électrodes, le courant passe et le tout s’alimente en électricité. Des tests ont d’ores et déjà été réalisés sur des porcs avec succès.

La gélule électronique doit encore être un peu plus miniaturisée et être déclinée sous plusieurs formes afin de diffuser un traitement ou devenir un capteur de signes vitaux. Le médicament électronique est bel et bien une réalité !

 

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

L’ISS sera-t-elle reconvertie en hôtel de l’espace ?

IssLa Station Spatiale Internationale devrait arrive en fin de vie aux alentours de 2028. Seulement voilà, cette station a une envergure de 109 mètres et un poids de 400 tonnes, ce ne sera donc pas une mince affaire de l’enlever de son orbite et de la faire se désintégrer dans l’atmosphère terrestre. À moins que les modules ne soient pas détruits, mais trouvent plutôt une autre utilité…

L’agence spatiale russe pense en effet que la désintégration de l’ISS n’est pas une bonne idée, qu’une reconversion est possible en tant qu’hôtel de l’espace pour touristes richissimes. L’idée pourrait faire son petit bout de chemin auprès des responsables des autres agences spatiales puisque dans ce cas le financement de la maintenance de l’ISS ainsi que la poursuite d’expériences scientifiques seraient possible encore longtemps après la fin des missions prévues en 2028. Des entrepreneurs privés américains ont d’ailleurs plus ou moins la même idée, ce qui amène encore plus de poids au concept. Du côté européen, on penche plutôt pour un remorquage de plusieurs modules de la station jusqu’au point Lagrange 2 du système Terre-Lune pour en faire une station lunaire. Des études ont déjà démontré qu’il est effectivement possible de développer et de construire un remorqueur spatial électrique capable d’effectuer le boulot en tout au plus un an.

La NASA, quant à elle, se frotte les mains puisque ces idées, qu’elles soient privées ou d’origine étrangère, ont toutes un point commun : elles lui enlèvent une épine du pied. Ne pas mener une opération risquée de désintégration dans l’atmosphère terrestre, cela ne peut que plaire à l’agence spatiale américaine.

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

Une IA chez « les Experts »

BrainGoogle Brain est la division en charge du développement des Intelligences artificielles au sein de Google. Cette division a terminé une nouvelle IA capable de rendre plus nettes et plus visibles des images qui sont en basse résolution à l’origine.

Vous vous êtes certainement déjà dit que ces séries policières américaines exagéraient un tantinet lorsque l’un ou l’autre agent demande à son ordinateur de donner plus de définition à cette vieille webcam un peu pourrie qui a filmé le coupable, non ? Pourtant, cette technique est en passe de devenir réalité grâce à l’utilisation d’une IA conçue à partir de 2 réseaux neuronaux. Le premier de ces réseaux va se charger d’analyser et de cartographier une image qui lui est proposée en basse résolution. Un travail de comparaison avec d’autres images similaires, mais possédant une meilleure résolution sera ensuite lancé par ce premier réseau neuronal. Il ne restera plus ensuite au deuxième réseau neuronal qu’à rendre l’image originelle plus nette, à l’ajuster et à y ajouter quelques détails réalistes pour obtenir au final une image de meilleure qualité et donc, plus lisible.

Pour l’instant, le résultat laisse encore un peu à désirer, mais la division Brain de Google espère encore faire évoluer son IA pour parvenir à des reconstitutions beaucoup plus fidèles à la réalité et même, à terme, à des restaurations complètes d’images en basse résolution.

 

Posté le 10 février 2017 par Vincent Papaleo

8 milliards d’objets connectés en 2017!

IdOLes objets connectés sont de plus en plus présents dans notre quotidien, tant dans la sphère professionnelle que privée. Une nouvelle étude du cabinet Gartner démontre à quel point et à quelle vitesse ce déploiement des objets connectés se déroule. Un seul chiffre pour 2017 : les dépenses dans ce secteur devraient avoisiner 1 700 milliards de dollars !

En terme de volume, c’est le secteur grand public qui tient le haut du pavé avec 3,1 milliards de capteurs et autres terminaux connectés devant être installés en 2017. Il s’agit principalement de systèmes automobiles, des TV connectées et des boitiers numériques. Si l’on se place sur un angle comptable, c’est le secteur professionnel qui dépense bien entendu le plus : près de 1000 milliards de dollars seront consacrés à l’achat et au déploiement des objets connectés au sein des entreprises. Il s’agit ici principalement de capteurs de mesure énergétique, de caméras de sécurités et de systèmes de localisation et de capteurs destinés au secteur de la santé en général.

1 700 milliards de dollars, une somme astronomique qui représente, pour 2017, une augmentation de 8,3 milliards d’objets connectés dans le monde entier, c’est-à-dire 2 milliards de plus qu’en 2016. Mais derrière ces chiffres se cache une autre réalité : l’infrastructure nécessaire au support et à la communication de ces objets connectés doit suivre le mouvement ce qui fait redouter à certains spécialistes un engorgement des réseaux de communication.

Suivez T-zine aussi sur Twitter Facebook RSS