Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 2 décembre 2016 par Vincent Papaleo

L’effaceur de comptes

DeseatLes services en ligne permettant d’effacer les nombreux comptes que vous possédez sur le Net ne sont pas rares, nous en avons d’ailleurs proposé plusieurs sur la T-Zine. Il y a à présent un tout nouveau venu : DeseatMe. Un nouveau venu qui a de la suite dans les idées puisqu’il base son travail d’effacement sur votre compte Google.

La plupart du temps, la concurrence de DeseatMe propose effectivement un effacement, mais vous êtes tenu de fournir tous vos identifiants pour chacun des services duquel vous désirez vous désinscrire. DeseatMe, lui, ne vous demandera l’accès qu’à votre compte Gmail afin de scanner tous vos messages et d’y dénicher tous vos abonnements. Ce travail de fourmi une fois effectué, l’outil va vous proposer une liste de tous les sites et services sur lesquels vous possédez un compte et donc des données privées. Vous pourrez à partir de cette liste décider quel site et service vous gardez et lesquels vous placez dans une liste afin d’effacer d’un simple clic tous ces comptes.

DeseatMe efface tous les services retrouvés dans votre boite Gmail, cela signifie qu’il n’efface que ceux liés à votre compte Google et pas les autres. Son avantage est donc également son défaut. Même avec ce petit bémol, cela vut la peine d’y jeter un œil, ne fut-ce que pour être surpris par tous ces services et sites que vous aviez complètement oublié et qui détiennent encore des données privées vous concernant…

Posté le 2 décembre 2016 par Vincent Papaleo

Créez vos propres formations en ligne

EasygeneratorL’e-learning est de plus en plus souvent utilisé au sein des entreprises afin de former les employés facilement et selon un horaire personnalisé. Il n’est donc pas étonnant que des services comme EasyGenerator voient le jour et proposent leurs nombreuses fonctionnalités dédiées à l’apprentissage en ligne.

EasyGenerator est en même temps une plateforme sur laquelle les apprenants viendront se connecter, mais également un éditeur puissant et facile d’utilisation qui va vous permettre de créer de véritables parcours de formation et des supports de cours. Ces formations en ligne peuvent également être créées en mode collaboratif, ce qui n’est pas courant dans ce type de service. Le travail de création même peut être lancé d’une page blanche, de vos propres documents que vous pouvez charger sur la plateforme ou encore d’un des modèles proposés par EasyGenerator. La suite coulera de source puisque vous serez accompagné par l’outil tout au long de votre processus de création. Outre les divers types de questionnaires, le stockage de vos sources en ligne et l’accompagnement dont nous vous parlions, EasyGenerator propose bien évidemment des statistiques sur les apprenants pour mieux cerner leurs états d’avancement.

La plateforme, dans sa version gratuite, est limitée à 100 cours maximum et à tout au plus coauteurs. La version pro, elle, vous coutera au minimum 19 euros. Autant bien tester la solution avant de prendre une décision…

Posté le 2 décembre 2016 par Vincent Papaleo

Écrivez, publiez !

WriteasSi vous prenez votre pied en publiant en ligne des textes tout en gardant votre anonymat, Write.as est un site fait pour vous, surtout si vous ne voulez pas perdre de temps…

Dès l’accueil, le ton est donné : tout n’est que minimalisme ici. Vous n’avez même pas besoin de vous identifier, il suffit de se lancer avec un titre et d’écrire votre texte. Soigner le fond parce que côté forme, ne comptez pas sur write.as pour enjoliver votre texte, vous n’aurez droit qu’à quelques polices de caractère. Votre texte une fois écrit, il ne restera plus qu’à le publier et à partager l’URL unique fournie par le service.

Notez qu’en échange d’une inscription en bonne et due forme, Write.as créera un blog qui regroupera tous vos articles et vous offrira l’opportunité de lier votre compte avec celui que vous possédez peut-être sur Twitter ou à Tumblr. Write.as est gratuit, bien évidemment !

Posté le 2 décembre 2016 par Vincent Papaleo

Des infographies à portée de souris

PiktochartNon, le graphisme n’est plus depuis longtemps l’apanage des professionnels ! C’est grâce à des outils aussi faciles d’utilisation que Piktochart que des utilisateurs lambda sont à présent capables de créer des infographies, des présentations au graphisme élégant ou encore des posters à couper le souffle.

Piktochart base son outil de création graphique sur des centaines de modèles prêts à l’emploi et un éditeur on ne peut plus intuitif. Tous les composants que vous utiliserez dans votre création sont disponibles directement dans la bibliothèque de Piktochart. Si vous n’y trouvez pas votre bonheur, vous pouvez néanmoins importer vos propres éléments. Tout se fait le plus simplement du monde par glisser-déposer et tout est bien entendu personnalisable. Une fois votre infographie ou présentation réalisée, vous pourrez directement la visionner en ligne dans un diaporama, la partager, l’intégrer dans un site ou la télécharger dans un format courant (.png, .jpg, .pdf).

Le service est disponible en ligne sur PC et également sur tablette si vous possédez un iPad. Son utilisation est gratuite avec un nombre limité de modèles et une définition amoindrie des infographies lors du téléchargement de celles-ci. Comptez une grosse douzaine d’euros par mois pour accéder à tous les modèles et le double pour la version pro.

Posté le 2 décembre 2016 par Vincent Papaleo

Derrière la webcam…

WebcamTranquillement installé devant votre écran, vous recevez une bien étrange demande d’amitié sur Facebook, Skype ou toute autre messagerie. La jeune personne est très attirante et vous commencez à discuter avec elle, à échanger des informations et, très rapidement, à vous lancer dans des conversations vidéo de plus en plus chaudes…

Et voilà, le poisson est ferré puisqu’en lieu et place de votre dulcinée, la conversation suivante se déroule avec un monsieur vous menaçant de rendre publics les enregistrements qu’il a pris de vos conversations coquines si vous ne payez pas une certaine somme…Sur le Net, les dangers sont nombreux et pas seulement pour les enfants et les ados ! L’arnaque à la webcam est depuis des années très utilisée pour escroquer autant les hommes que les femmes. Il semble même y avoir ces derniers temps une recrudescence de ce type d’escroquerie, principalement sur les sites spécialisés dans les rencontres en ligne.

On ne le répétera jamais assez : protégez votre identité ! Si vous êtes un ou une adepte de sites de rencontre, éviter d’utiliser votre vrai nom, ne fournissez pas votre profil Facebook, ni une adresse email professionnelle et gardez toujours en tête qu’une conversation vidéo peut toujours être facilement enregistrée. À bon entendeur….

Posté le 2 décembre 2016 par Vincent Papaleo

L’imprimante 3D qui tisse des objets

3dLes animaux ont encore quantité de choses à nous apprendre. Preuve en est l’imprimante 3D Cocooner développée par Festo qui s’inspire largement des araignées et de leur don de tisseuse.

Une imprimante 3D traditionnelle va travailler couche par couche en déposant sa résine. Ce n’est pas le cas de Cocooner qui travaille tout autrement. Cette imprimante utilise un fil en fibre de verre pour littéralement tisser des formes complexes. Pour rigidifier le tout, ce fil souple est enveloppé d’une résine qui sera durcie par rayonnement UV.

La technique développée par Festo permet l’impression de structures d’une grande complexité sans pour autant prendre beaucoup de temps : environ 10 mm d’impression par seconde. Autre grand avantage de ce type d’impression : la capacité donnée à la tête d’impression de couper et ajuster les tiges de résine obtenues, tout comme une araignée coupe son fil quand besoin est.

Posté le 2 décembre 2016 par Vincent Papaleo

La pensée mise en boite

IaL’intelligence humaine semble, à première vue, hors de portée des scientifiques et de leurs algorithmes. Bien entendu, il existe déjà nombre de projets qui utilisent des réseaux neuronaux artificiels, mais nous sommes encore loin d’une véritable copie de notre si beau et grand esprit. Loin ? Peut-être pas tellement en réalité…

Selon un article publié dans la revue Frontiers in System Neuroscience, il serait possible de modéliser l’intelligence d’une espèce vivante avec un algorithme. Des chercheurs pensent avoir trouvé la clef pour y parvenir et cette clef est inspirée de la théorie de la connectivité décrivant le comportement de groupes de neurones lors du traitement d’une information. Sur base de cette théorie, les scientifique pensent être à même de mettre la pensée humaine sous forme d’algorithme. Mais avant d’y parvenir, le chemin sera encore long : les premiers modèles mathématiques ne sont capable que d’imiter les réponses neuronales simple de la souris et ce, dans seulement 7 régions de son cerveau.

Si la piste de la théorie de la connectivité s’avère effectivement la bonne, cela signifiera l’émergence de vraies Intelligences artificielles capables de penser par elle-même, d’apprendre et de tirer des conclusions. Espérons juste que ces conclusions ne seront pas à notre désavantage…

Posté le 2 décembre 2016 par Vincent Papaleo

Google se lance dans les comparatifs techniques

GoogleLorsque vous projetez d’acheter un smartphone, une tablette ou tout autre produit high-tech, vous avez certainement le réflexe de vous tourner vers un site spécialisé qui peut fournir des comparatifs et ainsi vous aidez dans votre choix. Ce ne sera bientôt plus nécessaire, car Google va bientôt inclure directement des comparatifs techniques dans ses résultats de recherche.

Ne vous lancez pas immédiatement dans une recherche pour vérifier le bien-fondé de cette actualité : les comparatifs techniques de Google ne sont pour l’instant pas disponibles dans nos contrées. Seuls certains utilisateurs américains peuvent en profiter en lançant une recherche sur, par exemple, deux modèles différents de smartphones. Dans ce cas, Google affiche des détails techniques sur chacun de ces modèles comme la taille de l’écran, la capacité de stockage disponible ou encore le système d’exploitation utilisé.

Cette nouvelle fonctionnalité ne concerne que les tablettes, les smartphones et les consoles de jeux ; de plus, il n’est possible de comparer que deux produits à la fois. Le service n’ayant pas encore été officiellement annoncé par Google, aucune date de disponibilité n’a été dévoilée.

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

L’agenda collaboratif

SunsamaUne vraie équipe ne peut exister que si elle possède un agenda commun, le problème étant de trouver un agenda idéal, qui donne une vision d’ensemble des disponibilités ou du travail à réaliser comme tente de le faire Sunsama.

L’outil se veut en premier lieu un agenda. Néanmoins, il ne se borne pas à des entrées dans un simple tableau, Sunsama va beaucoup plus loin dans l’organisation même du travail. L’outil va par exemple directement vous proposer un créneau libre pour organiser votre réunion. Une fois la réunion planifiée, vous pourrez la préparer un peu plus en fournissant non seulement l’ordre du jour mais également les points que veulent aborder chacun des participants ainsi que le temps imparti pour ces discussions. La réunion une fois terminée, Sunsama peut accueillir son procès-verbal et les différentes tâches attribuées aux participants. Sunsama garde donc en mémoire non seulement les dates de réunion, mais également leurs contenus, les tâches réalisée ou à réaliser, etc… Le tout peut même être classé par dossier.

L’outil, simple d’utilisation, semble parfait pour organiser vos réunions, mais surtout pour les rendre plus productive et centraliser les informations qui en ressortent. Le tout est proposé gratuitement avec des fonctionnalités limitées. Ces limitations disparaissent si vous mettez la main à la poche : 5€ par mois et par collaborateur. Le prix d’une bonne planification et organisation ?

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Un mur pour réfléchir ensemble

MuralL’outil collaboratif de la semaine est…roulement de tambour… Mural ! Un service développé plus particulièrement pour des séances de brainstorming avec des équipes distantes.

Mural porte bien son nom puisqu’il s’agit tout simplement d’un mur blanc partagé sur lequel les participants vont pouvoir « coller » de petites fiches et les organiser au fil de leurs idées. Chacune de ces fiches peut contenir tout autant u texte que de l’image, de la vidéo et des liens. Les objets multimédias peuvent être collectés directement sur les plateformes idoines comme Youtube, Vimeo, Google Drive ou encore Evernote pour ne citer qu’eux. Les fiches peuvent être déplacées, modifiées ou effacées au fur et à mesure que le concept général prend forme et ce, en temps réel. Si vous n’êtes pas connecté alors qu’un changement a été effectué par un collaborateur, vous en serez immédiatement notifié lorsque vous vous connectez à nouveau.

Le service est disponible gratuitement durant une période de 30 jours. S’il vous séduit, il vous faudra débourser une dizaine d’euros par mois et par collaborateur.

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Votre événement sur une ligne du temps

TlineIl est toujours bien utile de créer une ligne du temps pour illustrer l’un ou l’autre évènement, un voyage ou une histoire et les applications en ligne se bousculent sur le Net pour offrir ce service. Dans cette bagarre, un petit nouveau : Tline.

Toute la force du service réside dans sa simplicité d’utilisation puisque vous pourrez créer votre première ligne du temps en quelques minutes à peine. Pour ce faire, vous devrez lui donner un nom et une image afin de l’illustrer. Ensuite, vous devrez simplement ajouter les points correspondants à vos évènements à une date et à une heure bien précise. Chacun de ces points accueillera soit une image, soit un article sur l’un ou l’autre site, soit une vidéo ou du son péché directement sur Dailymotion ou YouTube. Les points peuvent bien entendu avoir leur propre titre.

Une fois votre ligne du temps terminée, il ne vous restera plus qu’à la partager par email, sur les réseaux sociaux ou l’insérer dans votre blog grâce au code fourni. Tline est proposé gratuitement ! Tout du moins…pour l’instant !

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Le Google Maps simplifié

MapbuildrSi vous êtes le gestionnaire d’un site web ou d’un blog, il vous est peut-être déjà venu à l’esprit d’y ajouter une carte pour situer votre commerce, indiquer comment s’y rendre ou fournir d’autres informations tout aussi concrètes. Si vous n’avez pas trouvé l’outil idéal pour réaliser ce type d’action, direction MapBuildr !

La plateforme en ligne ne demande aucune inscription, vous pourrez l’utiliser telle quelle. Par contre, une inscription en bonne et due forme vous donnera accès à une bibliothèque contenant toutes les cartes que vous créerez au fil du temps, à vous de voir. L’outil est assez simple et se repose complètement sur les cartes de Google Maps pour offrir ses services. Les fonctionnalités restent donc les mêmes pour situer un point sur une carte, zoomer sur un lieu et même utiliser Google Street View. À côté de ces fonctionnalités typiquement « googlelienne », vous trouverez d’autres outils de personnalisation pour insérer des points, donner une adresse de manière plus précise, afficher des coordonnées GPS, ajouter du texte , des liens et des images. Le tout sera affiché pour votre visiteur lorsqu’il cliquera sur l’un de ces points. Vous pourrez également utiliser MapBuildr pour indiquer un chemin en surbrillance en allant d’un endroit à un autre, ce qui est très pratique pour, par exemple, illustrer l’un de vos voyages ou montrer le chemin à suivre lors d’un événement.

Le site est simple d’utilisation, rapide, clair et totalement gratuit. Il vous fournira pour chaque carte un code à insérer pour votre site et une adresse URL unique si vous souhaitez simplement partager cette carte avec vos connaissances pour un événement ponctuel.

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

L’île solaire

TauSi vous êtes féru d’actualités technologiques, vous n’êtes pas sans savoir que Tesla a fait très récemment l’acquisition de la société américaine de services énergétiques Solar City, une acquisition qui est à présent accompagnée d’un superbe projet digne de la société d’Elon Musk : alimenter une île entière uniquement par l’utilisation de panneaux solaires.

L’île de Ta’u qui reçoit ces panneaux solaires est située dans l’océan Pacifique, dans les Samoa américaines. Les 5328 panneaux solaires sont reliés à 60 Powerpacks Tesla qui se chargent de stocker l’énergie solaire. Ces super-batteries suffisent pour fournir l’île en électricité 600 personnes durant 3 jours sans soleil. Une fois complètement à plat, les batteries peuvent être rechargées en à peine 7 heures d’ensoleillement.

La solution installée sur une île des Samoa n’est pour l’instant pas rentable. Néanmoins, Tesla démontre par là que des solutions existent pour éviter l’utilisation d’énergies fossiles et polluantes. Dans le cas de Ta’u, ce n’est pas moins de 440 000 litres de diesel par an qui étaient utilisés auparavant par les habitants… C’est aussi simple que cela !

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Des batteries rechargées en quelques secondes

BatterieLa vitesse de chargement des batteries a fait des bonds prodigieux ces dernières années, pour ne pas dire ces derniers mois, avec des smartphones qui se rechargent à présent en moins de 2 heures. Néanmoins, les chercheurs veulent faire mieux et transformer ce délai de 2 heures en à peine quelques secondes pour une autonomie atteignant la semaine.…

Des chercheurs de l’Université de Floride planchent en ce moment sur des supercondensateurs afin d’atteindre des vitesses de charge et une autonomie dont on ne peut pour l’instant que rêver. En sus d’une charge ultra-rapide et une autonomie d’une semaine, ces supercondensateurs pourraient avoir une durée de vie de 30.000 cycles, ce qui rallongerait la durée de vie d’un smartphone de manière quasi exponentielle.

De telles batteries pourraient également trouver des applications dans le monde automobile avec la voiture électrique, c’est d’ailleurs l’un des souhaits des chercheurs. Alors, pour quand ces super-batteries ? Cela reste difficile à évaluer puisqu’il reste encore un nombre impressionnant de problèmes techniques liés aux matériaux utilisés.

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Près d’un smartphone sur deux n’est pas protégé

SmartphoneUne nouvelle étude menée par le Kaspersky Lab montre à quel point nos smartphones sont peu protégés : près d’1 mobile sur 2 n’est tout simplement pas protégé par un logiciel antivirus.

L’étude, menée dans le cadre du Mois européen de la cybersécurité d’Europol auprès de 12.000 personnes dans 21 pays, fournit un chiffre impressionnant : seulement 53% des smartphones sont équipés d’un logiciel antivirus. En ce qui concerne les tablettes, le chiffre est à peine plus haut : 57%. Un tel taux de mobiles non sécurisé fait logiquement les affaires des hackers de tous poils qui ne peuvent qu’être alléchés par des proies aussi faciles. Mais pourquoi donc les utilisateurs sont-ils aussi inconséquents ? Le rapport nous donne une piste pour en trouver la raison : 21% des mobinautes ne savent même pas qu’il existe des logiciels malveillants et, pire encore, 58% ne voient aucune utilité à protéger leurs smartphones.

Les mobinautes ne semblent donc pas au courant des risques encourus lorsqu’ils ne protègent pas leurs smartphones alors même que ce périphérique est à présent aussi si pas plus utilisé que les PC pour se connecter au net !

Posté le 25 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Internet des Objets et bonnes pratiques

IotBien avant l’attaque DDoS d’une ampleur inégalée menée grâce à des webcam en septembre, le Broadband Internet Technical Advisory Group (BITAG) avait déjà averti du manque de sécurité flagrant des équipements IoT. Un nouveau rapport pointe du doigt ces vulnérabilités et propose pour chacune des solutions.

En premier lieu, le BITAG conseille de porter une plus grande attention aux méthodes d’identification qui se sont effectivement révélées bien faibles avec leurs mots de passe par défaut connus de tous. Le Broadband Internet Technical Advisory Group propose également aux éditeurs de logiciels et aux fabricants spécialisés dans l’Internet des Objets (IoT) d’oublier les mises à jour effectuées avec le consentement des utilisateurs. Les outils devraient lancer ces mises à jour sans attendre une quelconque approbation qui, il faut l’avouer, n’arrive parfois jamais. Dans le même esprit, le BITAG conseille de ne pas rendre les IoT accessibles par des connexions entrantes et d’utiliser le protocole réseau IPv6 plus sécuritaire que l’IPv4.

Pour rendre l’IoT vraiment sécurisé, de nouvelles bonnes pratiques doivent donc être mises en place et le plus tôt sera le mieux au vu de la multiplication exponentielle de l’IoT. Le BITAG propose même de créer un logo ou un label qui suivraient à la lettre ces bonnes pratiques. Il en va non seulement de la sécurité des utilisateurs, mais également de l’Internet dans sa totalité !

Posté le 18 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Dessiner votre intérieur en 2D, obtenez-le en 3D !

HomebymeSi vous projetez de vous installer dans une nouvelle habitation ou de réagencer vos meubles dans votre maison, autant utiliser un service en ligne pour au moins avoir une idée du résultat avant de vous casser le dos en transportant le sofa. Oui mai, comment faire si vous n’êtes pas un pro du dessin en 3D ? En utilisant Homebyme pardi !

Le service, disponible en français, permet de dessiner simplement vos plans en 2D et de les visualiser ensuite en 3D. Tracez les contours de votre pièce, ajoutez les ouvertures et disposez vos meubles tout aussi facilement en allant les pêcher dans le catalogue. Si vous voulez modifier l’agencement du mobilier, un simple glisser-déposer suffira. Ensuite, un petit clic sur le bouton idoine et voilà comme par magie votre pièce qui s’affiche en 3D. Vous pouvez bien entendu vous y promener en changeant l’angle de vue avec les flèches de votre clavier ou du bout des doigts sur une tablette.

Homebyme possède une version pro payante pour ajouter des projets ou donner un rendu plus réaliste, mais la version gratuite et sans publicité est amplement suffisante pour une utilisation ponctuelle. Bon déménagement !

Posté le 18 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Le service d’anonymisation

FacepixelizerVous aimeriez publier cette photo de votre voiture à vendre, mais sans pour autant que la plaque soit visible ? Ou encore poster sur Facebook cette autre image festive dont vous voulez flouter les visages pour éviter tout problème ? Une seule adresse : facepixelizer

Le service offert par cette plateforme est on ne peut plus simple : flouter n’importe quel élément sur une image ou une photo. Pour ce faire, il vous suffit de charger l’image à flouter sur le site par un simple glisser-déposer et de sélectionner la méthode de floutage. Vous pouvez lancer un floutage automatique qui se chargera de repérer le ou les visages et de les flouter. Vous pouvez également directement sélectionner la zone à masquer et le type de floutage.

Le service est entièrement gratuit et ne demande aucune inscription et ne contient qu’une ou deux publicités qui sont loin d’être envahissantes. Bref, un service très pratique d’anonymisation qui devrait trouver une belle place dans votre liste d’outils

Posté le 18 novembre 2016 par Vincent Papaleo

L'espace de travail selon Citrix

PodioCitrix Software, c’est déjà un nom connu et respecté dans le monde professionnel. Alors quand Citrix propose Podio,une plateforme de travail en ligne pour la gestion des flux et des projets, il vaut mieux y jeter un œil. Petit tour du propriétaire…

Le service est résolument tourné vers les projets en mode collaboratif puisqu’il intègre de nombreux outils de communication et de gestion : tchat, messagerie, profils des utilisateurs, timeline, calendrier, gestionnaire de tâches, etc.. Ces outils viennent en complément d’un espace de travail construit à partir d’une page blanche et dans laquelle les applications personnalisables peuvent prendre place. Les applications en question sont disponibles dans un kiosque interne à Podio. Vos espaces de travail peuvent donc être créés à la carte et suivre vos besoins et votre métier.

Les outils et fonctionnalités sont donc très nombreux dans ce service qui se veut on ne peut plus complet et très malléable. Cette grande flexibilité a cependant un revers : Podio doit être approché avec précaution, compris et paramétré selon vos flux de production, ce qui ne se fait pas en un jour. Du côté des tarifs, comptez 9 euros par mois pour la version basique et plus de 20 euros par mois et par utilisateurs selon les besoins de votre entreprise.

Posté le 18 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Visualisez vos données graphiquement

GetbulbReprésenter des données graphiquement n’est jamais chose facile. Une application en ligne peut cependant vous mâcher une grosse partie du boulot : GetBulb.

L’outil n’a rien de compliqué. Choisissez en premier lieu quel type de graphique vous désirez. Vous aurez un choix suffisamment large : plusieurs variétés de graphiques à barres, des diagrammes et même des cartes. Proposez-lui ensuite vos données copiées depuis Google Sheets, Open Office ou, bien entendu, Excel pour obtenir votre graphique de visualisation de données. Pour ne pas devoir recommencer à chaque fois que vous insérez des données, GetBulb vous propose une prévisualisation du résultat. Il ne vous restera plus ensuite qu’à télécharger le fichier final dans un format JPG, PDF ou SVG.

GetBulb est pratique, mais manque encore un peu de flexibilité au niveau des modèles proposés. Néanmoins, il peut d’ores et déjà être utilisé pour de la datavisualisation si les données restent simples et ce, gratuitement et sans publicité !

 

Posté le 18 novembre 2016 par Vincent Papaleo

SpaceX et la NASA à couteaux tirés

Falcon9Le modèle économique de SpaceX pour envoyer des hommes dans le complexe orbital s’appuie sur une standardisation du lanceur Falcon 9, cette standardisation inquiète la NASA qui, depuis 2014, a confié ce type de mission à Boeing et SpaceX. Explications.

Le Falcon 9 de SpaceX a déjà explosé deux fois jusqu'à présent, mais, et la NASA est bien placée pour le savoir, ce n’est pas parce qu’un lanceur explose qu’il faut abandonner la partie. De plus, Elon Musk a affirmé mordicus que le problème avait été résolu. Alors ? Pourquoi cette inquiétude ? Parce que ce problème est lié à la température de l’oxygène liquide. Afin de transporter plus de fret et récupérer l’étage supérieur du lanceur, SpaceX utilise un oxygène liquide sur-refoidi afin d’améliorer les capacités de compression et donc la quantité dans un même réservoir. Seulement voilà, cet oxygène sur-refroidi est beaucoup plus difficile à maintenir à température (-207°C) et doit impérativement être transféré dans les réservoirs du lanceur une demi-heure avant le décollage, ce qui signifie que l’équipage doit se trouver dans l’appareil lors de son remplissage. Le risque est donc bel et bien là.

La solution proposée par la NASA? Utiliser un oxygène liquide un tantinet moins refroidi, à – 196°C, ce que SpaceX ne peut en aucun cas accepter sans mettre en péril son modèle économique. La société d’Elon Musk a d’ailleurs demandé une dérogation pour que l’équipage soit déjà présent dans le lanceur lors du remplissage. Le bras de fer est lancé, contrairement au Falcon 9…

 

Posté le 18 novembre 2016 par Vincent Papaleo

La montre qui tire son énergie de votre corps

PowerwatchLes montres connectées ont un gros défaut : leur autonomie dépasse à peine deux petites journées. Matrix Industries, une startup californienne, veut s’attaquer à cette problématique avec la PowerWatch : une montre connectée qui tire son énergie du corps humain.

Notre corps produit de la chaleur et cette chaleur peut induire un effet thermoélectrique et donc fournir en électricité la PowerWatch. C’est tout bête, mais il fallait y penser ! Dès que la montre est enlevée du poignet du porteur, elle passe en veille, tout en continuant à suivre l’heure et à sauvegarder ses données grâce à une batterie de 200 mAh qui peut survivre facilement 2 ans sans que la montre ne soit portée. La PowerWatch sera connectable par Bluetooth sur les smartphones iOS et Android, utilisera un écran noir et blanc de 1,2 pouce pour afficher le nombre de pas effectué, les calories dépensées et l’énergie thermoélectrique produite.

Matrix Industries aurait donc inventé la montre connectée ultime ? Certainement pas puisque la PowerWatch n’intègre que bien peu de fonctions. Les premiers modèles devraient être produits en juillet 2017 et commercialisés 3 mois plus tard. Pour l’instant, le projet en est à son stade de financement sur Indiegogo. À l’heure d’écrire ces lignes, près de 300.000 $ ont été récoltés, c’est-à-dire déjà 3 fois plus que ce qui était demandé…

Posté le 18 novembre 2016 par Vincent Papaleo

L’IA polyglotte

GoogletranslateUtiliser un système de réseau neuronal pour la traduction demande une puissance de calcul et donc des coûts plus importants que les traducteurs automatiques habituels. Malgré ces coûts supplémentaires, Google est bel et bien décidé à se lancer dans l’aventure et propose dès à présent la traduction de huit langues vers et depuis l’anglais en utilisant une intelligence artificielle.

Le réseau neuronal de Google Traduction est à présent capable de traduire 8 langues, de et vers l’anglais : l’espagnol, le chinois, le coréen, le japonais, le portugais, le turc et - cela nous intéresse - le français. Les traductions depuis et vers ces langues représentent environ 35% de l’ensemble des requêtes envoyées vers le service Google Traduction. Le système neuronal, baptisé Google Neural Machine Translation (GNMT), est entraîné pour traduire des phrases entières non plus au mot à mot, mais bien en bloc. Un premier passage sur la phrase à traduire va en extraire le sens. Ensuite, le GNMT va pondérer le sens de chaque mot pour les organiser correctement et enfin en donner une traduction correcte.

L’objectif ultime de Google est de parvenir à une traduction beaucoup plus naturelle que celle offerte par les traducteurs classiques. Pour l’instant, cela n’est pas encore le cas, le GNMT fait encore et toujours des erreurs, mais devrait bientôt offrir des traductions plus pertinentes que les traducteurs classiques.

Posté le 18 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Une TV holographique dans les cartons de Samsung ?

HoloLa télévision 3D, on le sait, n'a pas rencontré le succès escompté par les fabricants. Pourtant, Samsung ne semble pas vouloir baisser tout à fait les bras, preuve en est un nouveau brevet déposé par le géant coréen pour une TV holographique.

Le brevet déposé par Samsung et repéré par le site Patently Mobile, décrit un système composé de trois éléments : une source lumineuse, un modulateur pour projeter une image holographique par diffraction et enfin un système de suivi du regard du téléspectateur pour adapter l’image selon l’angle de vue.

Bien entendu, déposer un brevet ne signifie pas forcément que la télé holographique sera effectivement mise en production par Samsung. Néanmoins, le géant coréen voit dans cette technologie un avantage non négligeable et qui pourrait favoriser son utilisation: regarder une image holographique ne cause pas une fatigue oculaire contrairement à la TV 3D.

Posté le 11 novembre 2016 par Vincent Papaleo

L'enregistreur d'appels

RollcallPasser des appels quand vous voulez, avec qui vous voulez et en enregistrant la conversation ? Cela vous intéresse ? Si oui, direction Rollcall !

L’outil propose deux options : la première, que l’on lance avec le lien « join the party » permet de parler avec une autre personne sur une plateforme commune pour discuter avec un peu tout le monde et n’importe qui. La deuxième option, plus intéressante, créera une salle virtuelle pour discuter avec le ou les personnes que vous désirez : il suffit de leur envoyer le lien URL unique correspondant à la salle. La conversation, à deux ou plus, peut être enregistrée facilement dans un format webm pour vous y référencer ultérieurement si besoin est.

Rollcall est un outil open source, gratuit et sans aucune publicité ! Plutôt facile d’utilisation avec une qualité sonore raisonnable qui dépendra bien entendu de votre connexion au Net et du niveau sonore que vous pouvez régler à l’envi. À garder précieusement dans votre boite à outils…

Posté le 11 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Le dictaphone polyglotte

DictanoteMais qu’elle est éloignée cette époque du dictaphone à mini-cassette et gros boutons pour enregistrer, rembobiner et lire ! Le pire, c’est que Dictanote va encore enfoncer le clou et vous donner à nouveau un coup de vieux avec son service de reconnaissance vocale et de transcription écrite.

Première qualité de l’outil : il ne se limite pas à une seule langue ! Choisissez donc en premier lieu la langue dans laquelle vous voulez dicter, un petit clic sur le bouton et à vous la parole ! La qualité de la reconnaissance vocale et de la retranscription en texte est tout simplement génial même si elle n’est pas tout à fait dénuée d’erreurs. Cependant, ces erreurs peuvent être rapidement corrigées directement sur le clavier. Mieux : les corrections peuvent être personnalisées directement en commandes vocales !

Vos notes peuvent être directement gérées sur la plateforme et partagées via une URL unique. Cerise sur le gâteau : l’outil est entièrement gratuit et ne demande qu’une inscription pour utiliser les fonctions d’enregistrements et de gestion des notes.

Posté le 11 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Des bulles et des idées

BubblusUne idée en tête, un concept à mettre en forme ? Ce n’est pas compliqué, direction le merveilleux monde du mindmapping pour créer une belle carte mentale avec vos collaborateurs et surtout avec Bubblus.

Le maître mot avec Bubblus est « simplicité ». La création d’une carte mentale n’a de toute manière nul besoin d’artifices, que du contraire ! Bubblus propose donc un système basé sur des bulles, du texte et bien entendu des flèches pour relier tout ce petit monde. Vous pourrez néanmoins offri un peu de vie à votre carte en sélectionnant des couleurs. Cependant, l’avantage principal de l’outil ne se trouve pas dans sa simplicité d’utilisation, mais bien dans ses fonctions collaboratives qui permettent un travail à plusieurs et à distance en temps réel. Quelques petits emails d’invitation et vous voilà avec une équipe entière pour vous pencher sur une carte mentale : vous pouvez vous retrouver jusqu’à 50 à travailler en même temps et inviter autant d’observateurs que vous désirez.

Votre carte pourra être ensuite téléchargée dans un format image, partagée sur les réseaux sociaux ou tout simplement envoyée par email. Le prix ? 5 euros par utilisateur et par mois !

Posté le 11 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Centralisez toutes vos communications en entreprise

SkrumbleSi Slack ne vous plait pas, vous trouverez en ligne d’autres applications peut-être tout aussi performantes comme l’outil collaboratif Skrumble par exemple…

L’objectif de Skrumble est bien entendu de centraliser toutes les communications et informations au sein d’une même entreprise. Pour atteindre ce but, le service s’est doté d’une belle série de fonctionnalités : de la vidéoconférence, une messagerie et même un standard téléphonique ! Pour aller un peu plus dans les détails, sachez que le service de vidéoconférence atteint un niveau de qualité élevé, tant du point de vue du son que de l’image et du partage d’écran. Pour ce qui est de la messagerie, Skrumble a choisi un système intégrant des canaux privés ou publics afin de partager facilement toute information ou fichier avec une ou plusieurs personnes. Le troisième outil, quant à lui, est un véritable standard téléphonique avec lequel vous pourrez contacter qui bon vous semble avec un numéro de téléphone, dévier vos appels ou encore mettre en place un répondeur.

Skrumble semble donc bel et bien paré pour faire face à la concurrence sur le marché professionnel avec ses outils de communication qui sont, soulignons-le au passage, également disponibles sur tablettes et smartphone. Le tout est proposé à des prix situés dans une fourchette entre 6 et 15$ par utilisateurs et par mois selon les fonctionnalités dont vous aurez besoin.

Posté le 11 novembre 2016 par Vincent Papaleo

L’IA qui jouait

IaOn aurait pu croire qu’en battant le plus grand représentant humain du jeu de go, DeepMind, L’IA de Google, allait prendre un repos bien mérité. C’est mal connaître Google qui va placer l’IA devant un nouveau défi : battre l’humain à un jeu de stratégie en temps réel !

Battre les humains au célèbre jeu de stratégie StarCraft II ne sera certainement pas une mince affaire pour DeepMind car l’IA ne verra pas les manœuvres de ses adversaires. Cette difficulté supplémentaire devrait pousser l’IA à imaginer des stratégies de gestion des ressources, de reconnaissance, de défense et d’offensive. Pour parvenir à ce niveau d’intelligence, DeepMind va pouvoir compter sur une toute nouvelle plateforme de recherche ouverte aux chercheurs.

Pour ce qui est des pronostics sur ce futur match historique entre la machine et l’humain, les paris sont ouverts ! Mais attention de ne pas mettre votre argent sur le mauvais cheval. Un tuyau pour terminer : une IA n’était pas censée battre un champion du jeu de go avant une bonne dizaine d’années…

Posté le 11 novembre 2016 par Vincent Papaleo

La machine qui fume

CigaretteLa cigarette, on le sait, c’est mauvais, c’est même extrêmement mauvais. La cigarette électronique, quant à elle, serait moins nocive, mais qu’en sait-on en réalité ? Pour le savoir, nous ne pouvons demander à un cobaye humain de fumer clope sur clope jusqu’à ce que mort s’ensuive ! Non, bien entendu. Il suffit plutôt de demander cela à une machine !

Une machine qui fume ? Drôle de concept que voilà. Et pourtant, c’est le modèle expérimental adopté par des chercheurs de l’Institut Wyss à Harvard. La machine qu’ils ont mise au point « fume » des cigarettes grâce à un micro-respirateur. La fumée exhalée est envoyée sur une puce en passant par un canal tapissé d’épithélium pulmonaire, un épithélium prélevé chez des patients sains et des patients souffrants d’ores et déjà d’une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

La machine qui fume semble réellement aider les chercheurs dans leurs études sur la MPOC puisque, grâce à elle, ils ont obtenu une meilleure compréhension du fonctionnement des cils transportant le mucus dans les voies respiratoires. Ils pourront, à terme, développer de nouveaux biomarqueurs et apporter une approche personnalisée aux patients souffrant de la maladie pulmonaire obstructive chronique.

Posté le 11 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Des drones et des hommes

DroneLes processus de miniaturisation touchent tous les secteurs, celui des drones y compris. Des chercheurs américains viennent de mettre au point Piccolissimo, un drone ne mesurant pas plus de 28 millimètres de diamètres et ne pesant pas plus de 2,5 gr.

Mais à quoi pourrait donc servir un drone miniature comme Piccolissimo ? Seul, à pratiquement rien, mais organisé en essaim, ce serait une autre histoire ! Une flottille de drones minuscules, une fois équipée de caméra et de capteurs, pourrait sans difficulté effectuer une surveillance policière ou autre exemple, être lâchée dans l’atmosphère avec pour mission d’étudier des phénomènes météorologiques. L’utilité de Piccolissimo étant établie, penchons-nous à présent sur le moucheron en question. Fabriqué à partir de pièces que l’on trouve aisément dans le commerce, le mini-engin dispose d’une alimentation autonome avec sa batterie lithium polymère et d’un châssis circulaire imprimé en 3D sur mesure. Cette version de Piccolissimo ne peut malheureusement être contrôlée à distance, contrairement à son grand frère contrôlable par signal infrarouge et qui est un poil plus volumineux et légèrement plus lourd : 39 millimètres de diamètre pour 5 grammes à la balance.

Une fois au point et connectés entre eux, les mini-drones pourraient facilement remplacer les hommes pour se rendre dans des zones dangereuses ou inatteignables pour les grands formats que nous sommes.

Posté le 11 novembre 2016 par Vincent Papaleo

Android Auto bientôt disponible pour toutes les voitures

AndroidautoAndroid Auto, dont le pendant est CarPlay chez Apple, est cette interface plutôt basique que l’on retrouve en option sur certains véhicules qui permet d’afficher votre écran de smartphone Android directement sur le système multimédia de la voiture. Google vient d’annoncer que la deuxième version de l’application sera compatible avec tous les véhicules.

Jusqu’à présent, seules les voitures équipées d’un lecteur multimédia compatible pouvaient profiter des fonctionnalités de Android Auto, ce qui limitait fortement son utilisation. Google a donc corrigé le tir en proposant une mise à jour de son application afin que cette interface soit utilisable directement sur le smartphone. Vous pourrez donc facilement passer un appel ou dicter un message tout en étant au volant. L’appli se chargera également de lire les SMS, de rechercher l’une ou l’autre adresse dans Google Maps ou encore de lancer votre musique préférée.

La mise à jour est d’ores et déjà disponible aux États-Unis et devrait être déployée d’ici quelques jours dans tous les pays européens

Suivez T-zine aussi sur Twitter Facebook RSS