Accueil Les Marchés Mon Argent Sabato

Posté le 22 juillet 2016 par Vincent Papaleo

K7 audio à gogo

SuanSuan (acronyme de Stayed Up All Night) est un petit service en ligne qui vous permettra de composer des playlists Youtube bien sympa. Toute l’originalité et le fun de Suan réside dans la forme que vont prendre ces playlists, celle de K7 audio sur bande !

Vous l’avez compris, Suan s’adresse principalement à cette génération nostalgique des K7 qui rembobinait avec un crayon et qui pestait sur les lecteurs bouffeurs de bandes ! Le service en lui-même est très simple puisqu’il suffit de choisir un type de K7, de la décorer avec l’un ou l’autre accessoire mis à disposition et d’ajouter les morceaux Youtube grâce au moteur de recherche intégré au service. Il ne vous restera plus ensuite qu’à partager votre K7 avec vos amis.

Le service est gratuit. Cependant, pour créer votre collection de K7, il vous faudra passer par une inscription en bonne et due forme avec votre compte Facebook ou votre compte Google. Nostalgique, pas vieux-jeux !

Posté le 22 juillet 2016 par Vincent Papaleo

La boite à idées

KomunidKommunID est un tableau de liège virtuel et en ligne qui vous permettra d’épingler facilement toutes vos idées sous la forme de petites fiches. Le service est idéal pour obtenir un retour sur l’une ou l’autre idée ayant germé dans votre esprit.

En quelques secondes vous pourrez publier votre idée et l’expliquer en quelques mots sur une petite fiche. Cette idée sera soumise aux membres du réseau KomunID qui pourront à leur tour la commenter et plébisciter l’idée par un système de vote. Les idées recueillant le plus de vote sont mises à l’honneur sur la page d’accueil du site. Vous pouvez également lancer une recherche par mot-clé afin de trouver de nouvelles idées, donner votre avis sur ces dernières ou suivre un membre ayant, à vos yeux, de bonnes propositions.

KomunID peut également, grâce à la possibilité de rendre privées certaines idées, être utilisée au sein d’une société comme boite à idées ou petit outil de brainstorming. Le tout est proposé gratuitement et emballé dans un design plutôt agréable. Il ne vous reste plus qu’à vous creuser les méninges !

Posté le 22 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Un simple petit bloc-notes en ligne

TextpadDes services de traitement de texte, on en trouve à foison sur le Net. Cependant, si vos besoins se limitent à une simple prise de note en réunion ou alors que vous surfez d’une page à l’autre sur le Net, le service offert par TextPad suffira amplement !

Il faut voir TextPad tout au plus comme un bloc-notes en ligne, il ne vous rendra aucun autre service. Une fois arrivé sur la page d’accueil, vous pourrez directement vous lancer dans l’écriture. L’éditeur ne comprend pratiquement pas de fonctionnalités, vous pourrez tout au plus changer la couleur de fond, sauvegarder votre travail, l’effacer ou le télécharger dans un format TXT. Côté pratique, si vous quittez l’éditeur et que vous y revenez plus tard, vous retrouverez votre travail là où vous l’aviez abandonné.

TextPad est évidemment gratuit et ne demande aucune inscription. Tout l’intérêt du service réside dans le fait qu’il vous est possible de prendre des notes facilement en ayant uniquement votre navigateur web ouvert. Et puis, c’est tout !

Posté le 22 juillet 2016 par Vincent Papaleo

La petite histoire des enfants

StorybirdPour donner le goût de l’écriture à vos rejetons et, en même temps, stimuler leur imagination, rien ne vaut StoryBird, un service permettant de créer seul ou à plusieurs des livres numériques.

Le principe de départ est simple puisqu’une fois que vos élèves ou vos enfants auront pioché un style d’image dans la pictothèque de Storybird, ils pourront directement se lancer dans l’écriture, la première image faisant office de point de départ pour leur imagination. Les enfants pourront également insérer des images qui apparaitront sur le côté des pages comme autant de jalons pour leur imagination. L’histoire elle-même pourra prendre place sur une ou plusieurs pages selon les désirs et les envies des petites têtes blondes. Le texte est inséré dans des champs prédéfini afin qu’une fois l’histoire terminée, le système se charge de la mise en page du livre illustré.

Storybird peut également servir de bibliothèque en ligne pour toutes les histoires inventées par vos enfants ou vos élèves, des histoires qui peuvent être bien entendu partagées en mode public ou rester privées. Le tout est proposé gratuitement si vous travaillez dans l’éducation. En tant que parent, vous pouvez également utiliser les services de Storybird gratuitement mais avec des fonctions limitées. À garder précieusement pour les jours de pluie !

Posté le 22 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Un robot-jardinier pour votre potager

FarmbotAprès un premier essai, si votre potager ressemble en fin de saison à un banquet pour une armée d’insectes et si vous n'avez récolté, tout au plus, qu'une chétive endive, une carotte famélique, deux trois tomates-cerises et un bon mal de dos, ne jetez pas l’éponge! Si vous êtes un bon bricoleur, vous pouvez toujours vous lancer dans la fabrication un véritable robot-jardinier: Farmbot.

Farmbot est un bras motorisé se déplaçant sur 3 axes et qui, grâce à ses têtes interchangeables, va se charger de planter, arroser et entretenir un petit potager. Farmbot dispose même d’une petite caméra de surveillance lui permettant de repérer les mauvaises herbes afin de les enfouir sous la terre. Une interface web permettant de « composer » son potager a également été développée pour jardiner à distance. Il est l’œuvre d’une petite équipe de californiens qui a mis au point un kit de construction et les logiciels nécessaires à son bon fonctionnement.

La bonne nouvelle est que Farmbot est proposé en open source. Vous pouvez donc télécharger les plans et les codes sources gratuitement. Si vous n’êtes pas un bon bricoleur, il vous faudra malheureusement y mettre le prix fort puisque, livraison comprise, Farmbot coûte environs 2900 euros ! Un peu cher pour quelques légumes…

Posté le 22 juillet 2016 par Vincent Papaleo

L'éclairage intelligent

EclairageDepuis 2011, notre pays éteint l’éclairage sur les autoroutes lors des heures creuses la nuit. Pourtant, des solutions existent pour n’éclairer que lorsqu’une voiture, un cycliste ou même un piéton vient à passer. La Solution de l’entreprise Karanwantech en est un exemple type...

C’est grâce à un analyseur d’images baptisé Kara que les lampadaires développés par cette entreprise française s’activent. Le capteur, installée dans un lampadaire à LED, distingue les variations lumineuses durant la nuit et est capable de reconnaître, d’identifier et de suivre un objet en déplacement. Selon la vitesse de déplacement et la reconnaissance de l’usager (voiture, cycliste, piéton), Kara va adapter son intensité lumineuse. Le système a été testé avec succès à Toulouse sur une durée d’un an : la facture électrique a diminué de 67%.

La France n’est pas la première à travailler sur ce type de projet puisque de l’éclairage intelligent a d’ores et déjà été mis en place à Grâce-Hollogne en 2013. Le système GEPPADI (pour Gestion de l’Eclairage Public des Parcs d’Activités, Durable et Intelligente) avait déjà fait ses preuves en son temps. À quand une généralisation de ce type de système durable et beaucoup moins énergivore que nos vieux lampadaires?

 

Posté le 22 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Maison et voiture, la nouvelle symbiose énergétique ?

Maison-voitureLes efforts de recherche fournis ces dernières années dans le secteur de l’énergie durable tournent principalement autour de deux pôles, ceux de la voiture et de la maison. Des chercheurs du laboratoire américain Oak Ridge ont mis en commun ces deux pôles énergivores pour former une sorte de symbiose électrique.

Le projet comprend la construction d’une petite habitation grâce à une énorme imprimante 3D. Cette maison, une fois équipée de panneaux solaires, pourrait alimenter une voiture hybride fonctionnant au gaz et à l’électricité. Le contraire serait également possible puisque la voiture pourrait fournir la maison avec son surplus en électricité et ce, via un transfert par induction.

L’objectif des chercheurs est de créer de mini-réseaux afin d'optimiser la production et la consommation d’énergies renouvelables. Le projet sera, dans un premier temps, destiné à la construction de maisons dans des endroits n’ayant pas d’accès constant à l’électricité.

Posté le 22 juillet 2016 par Vincent Papaleo

De la réalité « mixée » chez Google ?

CasqueLe succès du jeu Pokemon Go annonce-t-il l’arrivée sur le marché d’applications beaucoup plus axées sur la réalité augmentée que sur la réalité virtuelle ? On peut se poser la question puisque même Google, après avoir annoncé l’abandon de son projet de casque VR autonome, semble déjà travailler sur un autre casque qui mélangerait la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

Selon Engadget, ce casque posséderait bien entendu un écran mais proposerait également des fonctions beaucoup plus centrées sur la réalité augmentée. Il ne serait pas nécessaire de le coupler à une smartphone ou à un PC, le casque étant tout à fait indépendant. L’objectif de ce projet ne serait pas uniquement la production d’un casque de réalités « mixées » mais plutôt la mise en place d’une stratégie générale et à plus long terme pouvant déboucher sur de nouvelles technologies.

Il va de soi que les informations restent floues sur ce sujet, aucune date de commercialisation n’a été pour l’instant divulguée. Quoi qu’il en soit, Google ne peut se permettre de passer à côté des technologies de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, le succès de Nintendo avec Pokemon Go le prouve amplement !

Posté le 20 juillet 2016 par L'Echo

Réduisez votre prime d’assurance auto avec un Safety Stick

Safetystick

Le principe existait déjà depuis longtemps à l’étranger, mais cette technologie arrive aujourd’hui aussi chez nous : le Safety Stick est un petit appareil qui surveille votre comportement au volant et calcule sur cette base votre prime d’assurance d’auto. Kegels & Van Antwerpen est la première compagnie d’assurance belge à proposer cette formule en Belgique, tant pour les particuliers que pour les entreprises.

Le Safety Stick est une sorte de clé qui se branche sur le port OBD de la voiture. C’est ce même port qui est utilisé par les garagistes pour obtenir toutes sortes d’informations et dresser un diagnostic de la voiture. Doté d’un module GPS et d’une connexion mobile, l’appareil contrôle, à l’aide de la vitesse mesurée et d’autres paramètres (accélérations rapides, freinages brusques...), le comportement de l’automobiliste. Ce dernier reçoit ensuite une analyse après chaque trajet. Les informations peuvent également être communiquées à d’autres personnes intéressées, comme les parents (qui savent ainsi immédiatement si leur fils ou fille fait des bêtises au volant) ou les employeurs dont le personnel passe de nombreuses heures sur la route. Toute triche est exclue, car dès que l’appareil est débranché, un avertissement est immédiatement envoyé par SMS et par e-mail.

Les conducteurs les plus consciencieux – qui respectent les limitations de vitesses et autres règles du code de la route – sont récompensés par une baisse de leur prime d’assurance. Selon Kegels & Van Antwerpen, le gain peut atteindre jusqu’à 50 % de la facture, hors économies de carburant. Les jeunes automobilistes irréprochables sont également récompensés par le respect de leur vie privée : tant qu’ils se tiennent à carreau, leurs destinations, vitesses et heures de déplacement demeurent privées (et ne sont donc pas accessibles aux parents). Les entreprises qui souhaiteraient équiper leur flotte d’un Safety Stick peuvent opter pour un module track & trace permettant de contrôler à tout moment où un véhicule se trouve et quel trajet il a effectué.

Michel van der Ven

Posté le 18 juillet 2016 par L'Echo

Mise à jour "Anniversaire" de Windows 10 le 2 août

Win10anniversary

Le 29 juillet, Windows 10 soufflera sa toute première bougie. Pour marquer le coup, Microsoft proposera quelques jours plus tard, le 2 août très exactement, une mise à jour « anniversaire » de son système d’exploitation incluant plusieurs nouvelles fonctionnalités. La rédaction vous en présente les principales.

En près d’un an, Windows 10 comptabilise plus de 350 millions de mises à niveau. Cette vitesse d’adaptation surpasse toutes les précédentes versions de Windows. En Belgique, depuis le mois de juillet, le système d’exploitation supplante même Windows 7 – bien plus populaire que le décrié Windows 8/8.1 – en nombre d’ordinateurs équipés. Le 2 août sortira donc la première mise à jour majeure de Windows 10, gratuite pour peu que vous ayez migré vers Windows 10 avant le 30 juillet. C’est en effet à cette date que prendra fin l’offre de mise à niveau gratuite et qu’il vous faudra sortir votre portefeuille pour profiter du dernier système d’exploitation Windows : 135 € pour la version Home, 279 € pour la version Pro. À moins bien sûr que vous n’achetiez prochainement un nouvel ordinateur de bureau, portable ou tablette, lequel sera par défaut équipé de Windows 10.

"Windows 10 devient payant au-delà du 29 juillet"

La mise à jour anniversaire apporte plusieurs améliorations. Voici selon nous les cinq principales.

    • Après la mise à jour, vous ne serez plus obligé de toucher votre téléphone si vous recevez ou souhaitez envoyer un SMS : vous le ferez bientôt via une fenêtre pop-up ou sur votre bureau. La technologie sous-jacente pourra, d’après Microsoft, aussi être utilisée par d’autres services de messagerie, comme WhatsApp ou Facebook Messenger.
    • Grâce à la fonction Continuum, vous pouvez déjà relier certains Windows Phone à un écran externe et à un clavier via une station d’accueil, de quoi obtenir un PC de bureau presque à part entière. La nouveauté réside dans le fait qu’il sera désormais également possible d’utiliser – sans fil – l’écran et le clavier d’un autre ordinateur. Cela fonctionnera avec tous les appareils Windows 10, à condition naturellement que le propriétaire de l’appareil en question y ait consenti. Notons également que le téléphone ne pourra accéder qu’au hardware de l’ordinateur « étranger », et non aux données qu’il contient.

Win10anniversary2

    • Un Windows Ink Workspace fait son apparition, qui réunit de façon pratique les outils que vous pouvez utiliser avec un stylet comme le Surface Pen. Vous y trouverez un carnet de croquis où vous pouvez dessiner librement, des post-its virtuels avec reconnaissance de signature, et des liens vers d’autres applications compatibles avec le stylet, comme OneNote, Edge et les nouvelles apps du Windows Store.
    • À partir de la mise à jour anniversaire, le navigateur Edge supportera les fameuses extensions, de petits add-ons qui ajouteront de nouvelles fonctionnalités au navigateur. Comme par exemple des adblockers pour éviter les publicités, Microsoft Translator pour traduire le texte d’une page Web, un bouton Pin it pour Pinterest et des petits utilitaires pour des boutiques en ligne comme Amazon. Selon Microsoft, Edge se montrera également moins gourmand en énergie, une bonne nouvelle pour la batterie de votre ordinateur portable.

Win10anniversary3

  • Windows 10 gagne en sécurité. Avec Windows Hello (une protection biométrique sur la base de votre empreinte digitale, visage ou iris), vous pourrez désormais vous connecter en toute sécurité, mais sans mot de passe, à des apps telles que Dropbox et iHeartRadio. Edge supportera également l’authentification biométrique, par exemple pour se connecter à des sites Web avec un scan d’empreinte digitale. Enfin, Windows Defender sera également amélioré. Le logiciel de protection de Windows 10 réalisera désormais, si vous le souhaitez, des analyses périodiques et vous informera des éventuels risques à l’aide de notifications.

 

Michel van der Ven

Posté le 15 juillet 2016 par L'Echo

WhatsApp débarque sur PC et Mac

Parmi les nouveautés de la mise à jour anniversaire de Windows 10 qui sortira le mois prochain, l’une des plus notables est sans doute la possibilité d’envoyer et de recevoir des SMS via le bureau. De leur côté, les adeptes de WhatsApp peuvent d’ores et déjà échanger des messages de cette manière grâce au nouveau programme WhatsApp pour PC et Mac.

Il y a de cela quelques semaines, nous vous expliquions comment «whatsapper» via le navigateur. Si vous êtes à l’ordinateur, cette possibilité se révèle extrêmement pratique : vous pouvez en effet laisser votre smartphone de côté et taper vos messages sur un clavier grandeur nature. Le gain de temps est plus qu’appréciable. En outre, envoyer une photo ou un document va aussi bien plus vite avec l’ordinateur, car il suffit de faire glisser les fichiers vers la fenêtre de chat.

Fonctions supplémentaires

Comprenant plusieurs nouvelles fonctions (également présentes dans l’app mobile), le nouveau programme WhatsApp pour PC et Mac vous permet de ne plus devoir passer par le site Web du service de conversation. Vous pouvez ainsi enregistrer vos messages audio via le micro de l’ordinateur ou réaliser un autoportrait via la webcam. La version de bureau nécessite également que votre smartphone reste connecté durant les séances de chat. Les messages sont en effet toujours envoyés via votre téléphone, même si on ne le dirait pas.

Lorsque vous utilisez WhatsApp pour PC ou Mac pour la première fois, vous devez commencer par associer le logiciel à l’app mobile. Pour ce faire, il vous faut scanner le code QR qui apparaît sur la fenêtre du programme.

Michel van der Ven

Posté le 11 juillet 2016 par L'Echo

Quelques réglages pratiques sur Netflix

Netflixtip

Lorsque vous regardez Netflix via la télévision ou une app, les réglages possibles sont somme toute assez limités. Par contre, si vous l’utilisez sur votre ordinateur, les possibilités de personnalisation sont bien plus nombreuses, de la qualité du flux vidéo à la couleur des sous-titres. Explications.

En tant qu’abonné Netflix, vous avez sans aucun doute déjà visionné une série ou un film via votre navigateur. Depuis l’écran d’accueil, vous pouvez accéder directement aux nombreux réglages du service vidéo : placez le curseur de votre souris sur votre nom d’utilisateur jusqu’à ce qu’un menu déroulant apparaisse, et cliquez sur Votre compte.

Dans la section Mon profil, vous trouverez six réglages possibles. Avec Affichage des sous-titres, vous pouvez non seulement choisir la couleur du texte, mais aussi sa police, sa taille, le type et la couleur de l’ombre sous les lettres. Si vous préférez, vous pouvez aussi placer un arrière-plan ou une fenêtre derrière les sous-titres – ici aussi de la couleur de votre choix ou légèrement transparente.

Si cela vous énerve que Netflix lance automatiquement l’épisode suivant lorsque vous venez d’en visionner un, désactivez cette fonction dans Paramètres de lecture. Ici, vous pourrez également choisir la qualité vidéo souhaitée, bien que le choix automatique soit le plus souvent préférable. En cas de (trop) faible bande passante, Netflix rétrograde légèrement la qualité d’image, pour que le flux ne bafouille pas et ne doive pas « tamponner » pendant des heures. Si vous avez un abonnement Netflix Ultra HD, mieux vaut utiliser le câble Ethernet pour connecter votre téléviseur 4K à votre routeur : les réseaux Wi-Fi classiques ne sont pas assez performants. Vous pouvez faire le test en cochant Élevée, puis en lançant un programme en qualité 4K. Chez nous, il ne n’est ensuite rien passé, jusqu’à ce que nous connections un câble. Autre solution, choisir la position Auto : la qualité d’image sera alors réduite, mais n’en restera pas moins très bonne.

La section Historique contient elle aussi plusieurs extras pratiques. Vous voyez exactement quand vous avez regardé tel film ou série, sur quel appareil et votre évaluation du contenu. Vous pouvez d’ailleurs ensuite très facilement modifier ce score, exprimé en étoiles.

Michel van der Ven

Posté le 11 juillet 2016 par L'Echo

Un PC flambant neuf en un tour de main

Agvtuneup

Grâce à sa version de base gratuite, AVG est depuis longtemps l’une des solutions antivirus les plus populaires qui soient. La société tchèque à l’origine de ce logiciel, AVG Technologies, développe toutefois également divers autres programmes informatiques. Parmi ceux-ci, PC TuneUp, un outil puissant pour accélérer et nettoyer votre PC Windows. Ici aussi, une version gratuite est proposée.

PC TuneUp se profile comme un outil de nettoyage tout-en-un pour votre PC Windows. Le programme accélère votre ordinateur, libère de l’espace en vous délestant des ballasts, et promet en plus moins de plantages et – pour les ordinateur portables – une autonomie accrue de la batterie. Utilisable pendant quinze jours, la version d’essai de PC TuneUp est gratuite. Vous pouvez ensuite opter pour une mise à niveau en souscrivant sans engagement un abonnement d’un an au prix de 29,99 €.

Approche en profondeur

Notre première impression de PC TuneUp est que le programme ne fait pas les choses à moitié. Pour vous donner une idée : après un premier scan, près de 519 problèmes ont été identifiés, dont une flopée d’entre eux situés dans le registre de Windows. D’un clic, la plupart des problèmes étaient résolus et nous récupérions plus d’un gigaoctet d’espace ! PC TuneUp s’occupe également des raccourcis invalides, il défragmente le disque dur, et le cache et les journaux système retrouvent leur prime jeunesse.

La version Pro payante de PC TuneUp va quant à elle bien sûr encore plus loin. Elle vous débarrasse des doublons, des fichiers les plus gourmands et de tous les vestiges des précédentes versions de Windows éventuellement oubliés lors de votre migration vers Windows 10. En outre, la version Pro propose un très efficace Startup Optimizer, vous permettant d’accélérer le démarrage de votre PC en désactivant les applications facultatives, qui ne servent qu’à ralentir votre machine. Bref, un programme qu’il ne coûte rien d’essayer, mais dont vous pourriez bien ne plus pouvoir vous passer.

Michel van der Ven

Posté le 11 juillet 2016 par L'Echo

Votre "Internet des objets" est-il sûr?

Iotscanner

Du thermostat intelligent à la caméra de surveillance en passant par la lampe et la balance, les gadgets connectés à Internet sans passer par un ordinateur sont de plus en plus nombreux. Mais quel est l’impact de cet Internet des objets (IdO ou IoT pour Internet of Things en anglais) sur votre vie privée et votre sécurité ? Le spécialiste de la sécurité BullGuard est un des premiers à avoir développé un scanneur IoT qui vérifie quels appareils intelligents sont susceptibles d’être vulnérables aux hackers.

Le BullGuard IoT Scanner est disponible gratuitement via tout navigateur récent. Pour repérer les appareils les plus exposés, l’application Web contrôle les données de Shodan.io, le premier moteur de recherche dédié aux appareils connectés à Internet. Après le scan, vous voyez immédiatement quelles TV intelligentes, appareils portables intelligents et autres gadgets de la maison sont accessibles aux hackers. Un rapport envoyé par e-mail et contenant les résultats du scan vous aide à identifier les failles de sécurité.

« L’Internet des objets est très vite passé du marché de niche pour early adopters à un marché grand public, mais cette évolution s’accompagne de nouveaux risques de sécurité pour le consommateur, confie Paul Lipman, CEO de Bullguard. Avec l’IoT Scanner, nous avons franchi une étape importante vers la résolution de ces problèmes. » Selon une récente enquête du spécialiste de la sécurité, réalisée au Royaume-Uni, 66 % des répondants sont très préoccupés par la sécurité des appareils connectés, tandis que 72 % ne savent pas comment protéger efficacement ces appareils du monde extérieur.

BullGuard a également rédigé un guide du consommateur sur l’IdO, que vous pouvez télécharger gratuitement ici. Le guide contient notamment des trucs et astuces pratiques pour rendre les appareils invisibles aux hackers.

Michel van der Ven

Posté le 11 juillet 2016 par L'Echo

5 bonnes raison d’installer macOS Sierra

Sierra

Lors de la Conférence mondiale des développeurs (WWDC) de San Francisco, la grand-messe annuelle d’Apple consacrée aux développeurs, la marque à la pomme a dévoilé un aperçu du futur macOS Sierra. Nous avons réuni pour vous les principales nouvelles fonctions que vous retrouverez bientôt sur votre iMac ou MacBook.

Avec les différents iOS, watchOS et tvOS, le dernier OS X faisait depuis quelque temps figure d’ancêtre. Le système d’exploitation pour ordinateurs d’Apple s’appelle désormais – logiquement – macOS, et la nouvelle version 10.12 annoncée pour l’automne reçoit comme surnom Sierra. Le successeur d’OS X El Capitan comprend une multitude de nouvelles fonctionnalités. Voici, à nos yeux, les cinq évolutions les plus notables :

1. Siri arrive sur Mac

Comme on dit, mieux vaut tard que jamais. Vous pourrez – enfin ! – bientôt commander votre iMac ou MacBook avec votre voix. Les possibilités sont bien plus étoffées que sur iPhone, iPad et Apple Watch. Vous pouvez ainsi demander à cette assistante de chercher un document spécifique sur lequel vous avez travaillé la semaine dernière. Il est de plus possible d’exporter les résultats de la recherche de Siri dans un document ou un e-mail, de les épingler dans le Centre des messages, comme par exemple pour conserver des résultats sportifs ou les cours de la Bourse. Sierra vous permet également de modifier vos paramètres système à l’aide d’une commande vocale.

2. Déverrouillage automatique

Il n’est plus nécessaire d’introduire un mot de passe pour vous identifier sur votre Mac. Si vous portez une Apple Watch, vous pourrez vous connecter automatiquement dès que vous approcherez (très près) de votre ordinateur. Il sera également possible de régler vos achats en ligne en toute sécurité via Apple Pay à l’aide de cette même montre intelligente, ou du lecteur d’empreintes digitales de votre iPhone. La technologie de paiement d’Apple arrivera bientôt dans plusieurs pays européens (comme la France et la Suisse), mais aucun lancement en Belgique n’est pour l’instant à l’ordre du jour.

3. Copier et coller entre appareils

Sierra3

Grâce au presse-papiers universel contenu dans iCloud d’Apple, vous pouvez désormais copier en un clin d’œil une photo, un dessin ou un texte de votre Mac vers votre iPhone ou iPad. Les informations sont protégées par un cryptage de bout en bout.

4. Fonctions iCloud améliorées

Où conservez-vous les documents sur lesquels vous avez travaillé ces derniers jours ? « Sur le bureau », me direz-vous certainement. Avec Sierra, ces fichiers sont également disponibles sur les bureaux de vos autres Mac, et même sur votre iPhone ou iPad, grâce à une synchronisation via iCloud. Manque de place sur votre disque dur ou votre SSD ? Sierra déplace toutes les données les moins utilisées vers iCloud, pour libérer, localement, les précieux gigaoctets nécessaires. Vous pouvez ainsi gagner jusqu’à 130 Go sur un disque de 250 Go, selon Apple. Sierra ne fait d’ailleurs pas la fine bouche lorsqu’il s’agit de télécharger vos fichiers sur le cloud : cela fonctionne aussi bien avec les films déjà visionnés qu’avez les anciennes pièces jointes d’e-mail, la mémoire cache de votre navigateur ou tous ces vieux fichiers qui stagnent dans une corbeille que vous n’avez plus vidée depuis longtemps.

5. Retrouver des souvenirs avec Photos

Sierra2

Le programme de photos d’Apple disposait déjà de la reconnaissance des visages, mais peut désormais aussi reconnaître des objets et des paysages grâce à la technologie Advanced Computer Vision de Sierra. Cette dernière est à la base de la nouvelle fonction Souvenirs qui dépoussière de façon originale vos anciennes photos et vidéos. Avec les photos de votre dernier voyage à la Côte d’Azur, le programme vous ressort par exemple aussi des clichés de précédents séjours à la plage, voire même, éventuellement, en même compagnie. Des photos que vous aviez sans doute oubliées, mais que Sierra ressuscite à l’improviste. Souvenirs crée de plus automatiquement des petits films d’événements similaires, en mixant des vidéos, des photos et un morceau de musique.

La version définitive de macOS Sierra sortira à l’automne. Si vous n’avez pas la patience d’attendre jusque-là, vous pourrez déjà installer la version bêta publique dès le mois de juillet, mais qui contiendra encore très certainement de nombreuses erreurs.

Michel van der Ven

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Sécurisez vos documents sensibles

DigifySi votre métier inclus le traitement de documents sensibles, vous savez déjà à quel point il est périlleux d’envoyer par email de tels documents, sans trop savoir qui va les consulter ou les imprimer. C’est pour répondre à ce besoin de sécurité renforcée que Digify propose une solution en ligne plutôt bien conçue…

Digify veut que vous gardiez le contrôle sur un document lorsque vous le partagez sur sa plateforme avec d’autres personnes. Pour ce faire, le service propose diverses options de sécurisation toutes plus pratiques les unes que les autres. Vous pouvez par exemple interdire la copie, empêcher l’impression ou le téléchargement, crypter le document ou encore le récupérer et couper les accès précédemment accordés. Autre possibilité très pratique : que le document s’auto-détruise ! En sus de ces fonctionnalités de sécurisation, Digify offre un système de pistage de documents pour savoir qui les a consulté et quand. Il est également possible de savoir si les fichiers ont été transmis à quelqu’un d’autre. Le tout est facilement intégrable aux outils déjà utilisés en entreprise, sur Dropbox ainsi que sur Gmail via une extension.

Digify est limité dans sa version gratuite. Il vous faudra donc passer par un abonnement payant pour l’utiliser professionnellement et ce, pour au minimum un peu moins de 10 euros par mois.

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Le web en tutoriel vidéo

OpentestPour expliquer à un ami, un collègue ou encore à un client comment fonctionne une application web, il n’y a pas mieux qu’OpenTest, un outil qui va enregistrer dans une vidéo toutes vos actions sur un site web ainsi que votre voix et votre image.

L’outil, une extension pour Chrome, peut être utilisé à tout moment lors d’un surf sur l’Internet via une petite icône située dans la barre de menu du navigateur. Une fois OpenTest activé, il enregistrera dans une vidéo toutes les actions réalisées dans Chrome. Le son est également de la partie avec votre visage et votre voix en médaillon sur la vidéo. Un simple clic sur l’icône arrêtera l’enregistrement que vous pourrez ensuite partager facilement par email ou sur les réseaux sociaux. Vous pouvez également directement enregistrer la vidéo sur votre PC dans un format mp4.

L’outil est encore en développement mais au vu de ses performances, il devrait sortir rapidement de sa version bêta. Pour l’instant, il est entièrement gratuit et sans aucune limite pour ce qui concerne la taille ou la qualité des vidéos. Profitez-en !

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Dessine-moi une idée !

ChalkmotionChalkmotion est difficilement classable. Est-ce un outil de présentation ? De dessin à main levée ? Est-ce destiné aux professionnels ? Aux enseignants ? Ou est-ce uniquement pour le fun ? Peut-être est-ce un peu tout cela à la fois…

Une fois inscrit et dans l’éditeur de Chalkmotion, vous pourrez créer une série de slides dans lesquels vous pourrez soit dessiner à main levée, soit insérer l’un ou l’autre des dessins mis à disposition dans une librairie. Pour chaque diapo, vous pourrez ajouter un court texte pour un titre ou une rapide explication. Le résultat final est une préso composée d’une série de dessins qui prendront forme durant la lecture. Les présentations sont conservées sous votre profil et vous pouvez les partager sur les réseaux sociaux habituels.

Chalkmotion est gratuit et devra le rester tant les bugs sont nombreux ! Il faut en effet beaucoup de temps pour que le site et l’affichage demandé soient effectivement délivrés à l’utilisateur, sans parler des nombreux petits bugs plus énervants les uns que les autres. Pourquoi, dès lors, présenter Chalkmotion? Tout simplement parce que, un jour ou l’autre, le site sortira de sa version bêta et pourrait bien être un outil génial pour exprimer l’une ou l’autre idée de manière originale. À garder sous le coude donc !

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

La culture geolocalisée

GeopediaQue se passe-t-il lorsque l’on combine les cartes d’Openstreetmap et l’immense source de savoir encyclopédique qu’est Wikipedia ? Eh bien, on obtient Geopedia, un service de cartographie qui va vous faire voyager à travers la culture des lieux.

L’API de Wikipedia fait des merveilles une fois qu’elle est associée à Openstreetmap. Le service est idéal pour, par exemple, se faire une idée de la richesse culturelle d’un lieu que vous projetez de visiter. Il suffit d’entrer le nom d’une ville ou un lieu-dit pour se retrouver directement sur une carte parsemée de points d’intérêt et accompagnée sur la droite des articles Wikipedia correspondants. Au niveau de la carte même, vous pourrez afficher différentes vues, zoomer sur un point en particulier ou utiliser votre propre geolocalisation. Cette dernière fonctionnalité est surtout utile en utilisant un smartphone lors de la visite même d’un lieu.

Geopedia est le service à ne pas oublier si vous partez en vacances, surtout si vous n’êtes pas du genre à vous retourner comme une crêpe durant 15 jours sur une plage espagnole…

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Quand des protozoaires jouent à Pac-Man

PacmanLes chercheurs sont de grands enfants qui adorent jouer à Pac-Man, surtout ceux de l’University College Southeast en Norvège. Ces scientifiques ont cependant réussi un tour de force afin qui allie le jeu et le travail : le labyrinthe qu’ils ont conçu fait moins d’un millimètre et en lieu et place de Pac-Man et des fantômes, ce sont des protozoaires qui s’y baladent !

Pas de manette pour ce jeu culte mais plutôt un bon microscope braqué sur un labyrinthe microscopique fabriqué grâce à des nanotechnologies et sur une sarabande de micro-organismes qui se font la chasse dans ce dédale d’un autre monde. Ce micro-labyrinthe n’a bien entendu pas été créé pour des raisons ludiques mais bien pour étudier le comportement des protozoaires et de leurs prédateurs.

Outre l’objectif scientifique, le professeur Erik Andrew Johannessen espère que ce labyrinthe microscopique va également aviver l’intérêt du grand publique pour tous ces organismes invisibles à l’œil nu et pour leurs comportements.

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Une robe chiffonnée pour être imprimée

P3dPour imprimer en 3D un objet qui ne peut en aucun cas sortir tel quel de l’imprimante du fait de sa grande taille, la technique habituelle consiste à découper et imprimer l’objet en question en plusieurs plus petites pièces que l’on assemble ensuite. L’entreprise américaine Nervous System a, elle, choisi une autre manière de faire : par pliage !

Imprimer une robe d’une seule pièce est un sacré défi, défi qu’a relevé haut la main la société Nervous System en modéliser et en pliant virtuellement la robe afin de l’imprimer dans le même état que lorsque nous jetons un vêtement en boule dans le bac à linge. Le résultat est plutôt plaisant à regarder une fois sur un mannequin en chair et en os, même si cela manque peut-être un peu de couleur...

L’idée sera sans nul doute reprise par d’autres sociétés spécialisées dans l’impression 3D d’objets de grandes tailles car la technique développée par Nervous System permet non seulement d’obtenir un objet de grande dimension d’une seule pièce mais également de gagner un temps considérable, tant au niveau de la conception de l’objet que de son impression. 

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

L’UE veut plus de cybersécurité pour plus de compétitivité

SecuriteL’UE passe à la contre-attaque en mettant sur la table 450 millions d’euros pour le développement de la cybersécurité. Cette somme devrait être complétée via un partenariat public-privé avec pour objectif à terme un financement du secteur à hauteur de 1,79 milliards d’euros.

Le commissaire européen pour l’économie et la société numériques Günther Oettinger a signé ce partenariat public-privé afin de protéger le marché européen numérique. L’enjeu est de taille puisque, selon un récent sondage, pas moins de 80% des entreprises européennes ont dû faire face à un incident lié à la cybersécurité au cours de l’année écoulée. Ces incidents ont d’ailleurs augmenté de 38% dans le monde en 2015.

En sus d’une stimulation de la recherche dans le secteur et le développement de services de sécurité pour les entreprises européennes, l’objectif de cet accord est avant tout économique puisqu’une meilleure protection des entreprises européennes améliorera forcément leur compétitivité sur le marché mondial.

Posté le 7 juillet 2016 par Vincent Papaleo

Une puce du MIT aux performances stupéfiantes

CpuLa puissance des processeurs a une fâcheuse tendance à stagner ces dernières années. Pour compenser cette stagnation et augmenter vaille que vaille la puissance de nos machines, les constructeurs font travailler plusieurs cœurs en parallèle. Malheureusement, multiplier les cœurs par quatre ou huit ne signifie pas que la puissance totale est multipliée d’autant, tout simplement parce que les programmes travaillent, eux, de manière séquentielle et ont toutes les difficultés du monde pour distribuer leurs tâches entre plusieurs cœurs. Ce problème pourrait toutefois être bientôt réglé grâce à une puce en développement dans les labos du MIT.

Le laboratoire CSAIL (Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory) du MIT a dévoilé « Swarm », une nouvelle puce conçue pour optimiser les calculs en parallèle et ce, même si les programmes n’ont pas été développés pour travailler de cette manière. Pour y parvenir, les chercheurs ont mis en place une nouvelle façonde hiérarchiser les tâches en accordant des priorités pour certains calculs, tant au niveau au niveau de la puce que de l’allocation mémoire. En testant Swarm avec 6 programmes différents, les chercheurs ont pu mesurer le gain en rapidité et les résultats sont enthousiasmants : Swarm est entre 3 et 18 fois plus rapide pour cinq des six programmes. Le sixième ne fut pas un échec, loin de là puisqu’il a tourné 75 fois plus rapidement !

Le gain en vitesse de traitement n’est pas le seul avantage de Swarm. La puce pourra également être plus économe en énergie et dispenser les développeurs d’un codage orienté multicoeurs puisque c’est la puce du MIT qui s’en chargera. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour que Swarm trouve sa place dans nos PC et nos smartphones…

Suivez T-zine aussi sur Twitter Facebook RSS